Elenwë Manîthil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elenwë Manîthil
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : - Son précieux pendentif
- Quelques pièces
- Son habituel petit carnet
- Des récompenses pour son animalier
Messages : 11
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 26
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Elenwë Manîthil   Jeu 22 Déc - 14:00




Elenwë Manîthil

“Les étoiles parmi les étoiles ne donnent que peu de lumière et pas davantage de chaleur.”


Informations générales

❖ Âge : 27 ans
❖ Taille : 1m65
❖ Poids : 53 kg
❖ Race : Humaine
❖ Peuple : A’ëriths
❖ Classe sociale : Pauvre
❖ Lieu de vie : Morrokoth à Pavryon chez ses employeurs mais originaire d’un petit village côtier niché aux pieds des montagnes.
❖ Guilde ou clan :
Aucun pour le moment
❖ Situation familiale : Célibataire
❖ Métier ou poste : Servante

Inventaire et biens

Pour toutes possessions, Elenwë n’a qu’un petit pendentif contenant des portraits de ses parents et de sa grand-mère paternelle, quelques vêtements et effets de toilette (peigne,…), un petit carnet avec un crayon où elle note ses découvertes du jour, une petite bourse contenant quelques pièces et une poignée de récompenses pour son animalier. Le reste lui est fourni par ses patrons.

Caractéristiques notoires

L’élément le plus remarquable d’Elenwë repose dans ses yeux d’un bleu froid, presque gris, dans lesquels on peut distinguer sa détermination et son intelligence qui contrastent avec sa physionomie et son attitude douce et réservée. Autres caractéristiques notables, mais cette fois liées à son peuple, derrière ses lèvres roses et pleines pointent des canines aiguisées et, entre ses omoplates, un tatouage de griffon encore frais, trahissant son passage récent à l’âge adulte. Très peu coquette, ne porte pas d'atours particuliers mis à part son précieux pendentif.

Cerner votre personnage

1. Comment votre personnage serait-il perçu en société ? Dans le cercle privé ? De son point de vue personnel ?

❖ En société, Elenwë est la parfaite petite servante. Attentive, discrète et toujours respectueuse, elle sait se faire oublier et satisfait grandement ses employeurs. Elle peut paraître un peu difficile d’accès face à un étranger.

Une fois que l’on apprend à la connaître, la jeune femme demeure une personne calme et agréable mais on découvre alors également son intelligence et sa détermination. Véritable éponge, elle absorbe autant de connaissances que possible dans tout ce qui l’entoure et se révèle plutôt sage et érudite pour une fille tout juste adulte bien qu’il lui reste encore beaucoup de choses à découvrir n’ayant jamais vraiment parcouru le monde.

Face à son miroir, Elenwë ne voit qu’une fille banale physiquement, bien que ce ne soit pas vraiment le cas. Cependant, elle est très consciente de ses capacités intellectuelles, ce qui dans de rares occasions la pousse à se comporter de manière suffisante. Ce petit défaut est surtout dû à la jeunesse et passera certainement avec le temps et la sagesse. Enfin, elle se sait capable de bousculer un destin qui lui paraît bien peu attrayant même si elle ne rêve pas pour autant de devenir une aventurière.

2. Quelle vision votre personnage a-t-il des autres peuples de Thoronir ?

❖ Les galbuks : Plutôt méfiante car ignorante de tout ce qui concerne la technologie, elle n’en demeure pas moins fascinée par leur capacité à apprivoiser ces techniques si mystérieuse et éloignées de son mode de vie.

Les nazakhins : Du peu qu’elle a pu apprendre sur eux, Elenwë peine à se faire une opinion unique car ce peuple est lui-même scindé en deux de par leurs pratiques. Cependant, la soif de pouvoir des deux clans est, pour la jeune femme, difficile à comprendre.

Les draturis : Véritable mystère, sa curiosité naturelle la pousse à essayer d’en apprendre plus sur eux. Malheureusement, la plupart des a’ëriths ne s’y intéressent pas et il est donc difficile de se faire une opinion. Mais en sondant quelques voyageurs, elle apprit des détails qui lui ont donné une opinion plutôt négative notamment sur leur façon de « s’améliorer » en modifiant leur corps avec des éléments totalement artificiels.

Les elyakies : Leur apparente similarité aux a’ëriths donna dans un premier temps une idée favorable de ce peuple à Elenwë. Cependant, elle découvrit ensuite leur système de castes, et surtout l’existence d’esclaves, ce qui révolta grandement l’a’ërith car malgré son statut de servante et sa pauvreté, elle était libre et heureuse.


3. Quels tics et manies possède-t-il ?

❖ Chaque soir avant de s’endormir, la jeune femme contemple longuement les portraits de sa famille, priant Zanory de veiller sur eux.

4. Quelles seraient ses réactions en cas de provocation ? De danger éminent ? De perte ?

❖ En cas de provocation, son premier réflexe serait d’éviter le conflit même si intérieurement elle maudirait la personne qui s’en prend à elle. Si cependant la provocation allait trop loin, touchant à ce qui lui est cher, elle rétorquerait avec une réplique bien sentie ou par un geste inattendu mais toujours sans en arriver aux mains.

En cas de danger éminent, elle userait de son intelligence et de ses capacités pour se protéger et protéger ceux autour d’elle, néanmoins ce n’est pas une guerrière et pourrait difficilement se battre physiquement et vaincre.

En cas de perte, elle serait de prime abord anéantie. Une perte accidentelle la mènerait à faire son deuil en silence en gardant pour elle sa souffrance et en continuant à faire ce que l’on attend d’elle, même si le cœur n’y est pas. Une perte non-accidentelle (meurtre par exemple) la détruirait mais elle ferait son possible pour confondre les coupables en usant de tous les moyens à sa disposition, même si elle ne pourrait pas tuer quelqu’un volontairement de ses propres mains.

5. Quel est son rapport avec la magie ? A-t-il des pouvoirs ? Si oui, les a-t-il développés ? Comment ?

❖ L’une des raisons pour lesquelles les parents d’Elenwë ont envoyé leur fille à Pavryon une fois sa majorité atteinte, était sa capacité à communiquer avec les animaux, pouvoir appelé le vif, qu’elle a probablement hérité de sa grand-mère paternelle. Cette dernière avait commencé à l’aider à développer son pouvoir, mais l’âge l’ayant rattrapé, elle ne put terminer l’apprentissage de sa petite-fille et décéda alors qu’Elenwë n’avait que vingt ans.

Une fois majeure, ses parents rassemblèrent les quelques économies qu’ils avaient alors rassemblé pour le futur de leur fille et l’envoyèrent en apprentissage chez un riche marchand d’animaux et animaliers exotiques dont la femme possédait des talents similaires très développés afin qu’elle puisse continuer à peaufiner son don en échange de son travail comme servante chez eux et à leur boutique.
Elenwë détient un grand potentiel mais le peu d’apprentissage qu’elle a reçu par sa grand-mère ne lui a permis que d’aborder les bases de ce pouvoir. Arrivée à Pavryon, il n’y a que quelques semaines, son apprentissage ne fait que commencer et nécessitera patience et pratique.

Jusqu’à maintenant sa capacité à communiquer avec les animaux reste limitée et très aléatoire surtout avec les animaux sauvages avec qui elle peine à établir une connexion.
La seule exception aux limites de son pouvoir, trahissant son grand potentiel, est le lien exceptionnel qu’elle entretient avec son griffon, Shan, qui lui a été offert par sa grand-mère peu de temps avant son décès. Leur communication est fluide, ils perçoivent les émotions et les sensations de l’autre intensément. Cependant ce lien est à affiner car parfois Elenwë n’arrive pas à discerner s’il s’agit de son propre ressenti ou s’il s’agit de celui de son animalier, ce qui peut provoquer chez elles des réactions qui semblent incohérentes avec la situation qu’elle est en train de vivre.

6. Quel est son rapport avec la technologie ? Est-il l'auteur d'inventions spécifiques ? Lesquelles ?

❖ En bonne a’ërith qui se respecte, Elenwë n’a aucun rapport avec la technologie. Cependant, quand par hasard elle y est confrontée, elle fait montre de curiosité plutôt que de rejet.

7. Quel est son rapport avec la religion ? Quels rituels ou actes réalise-t-il dans ce cadre ?

❖ Les rites et la religion sont omniprésents parmi les gens de son peuple. Cependant, ayant été élevée dans un petit village loin des grands temples, sa pratique de la religion reste très sommaire et personnelle. Elle part régulièrement s’isoler dans la forêt afin de communier avec la nature et se rapprocher de sa déesse, Zanory, et essaye d’agir en accord avec la faune et la flore autant que possible afin de rendre hommage à leur protectrice.

8. A-t-il des peurs, des craintes particulières ? Quelle pourrait être sa réaction en cas de confrontation avec ces dernières ?

❖ Bien qu’Elenwë entretienne une connexion forte avec la nature, l’eau reste un élément source de peur pour elle.
Enfant, elle faillit se noyer lors d’une sortie en mer avec son père qui est pêcheur. Assourdi par le bruit du vent et des vagues, alors qu’il remontait son filet. Elenwë bascula dans l’eau et s’enfonça comme une pierre alourdie par ses vêtements trempés, ne sachant pas encore nager. Alors que les eaux noires l’engloutissaient, elle a été secourue par un globilion qui avait entendu son appel désespéré et qui l’aida à remonter à la surface où son père en larme la repêcha inconsciente.
Même s'il n’a duré que quelques secondes, cet événement marque un tournant dans la vie de la jeune femme. Elle en sortit traumatisée, ne voulant plus entrer dans l’eau si elle n’a pas pied, mais elle découvrit aussi sa magie car l’appel à l’aide qui avait attiré le globilion était purement mental, son père affirmant n’avoir entendu aucun cri et la petite soutenant que l’animal et elle avaient communiqué.

Bien qu'à présent elle évite toute situation pouvant l’amener à se trouver sur un bateau ou dans une quelconque eau profonde, si Elenwë venait à se trouver à nouveau dans une eau où elle n’a pas pied, elle ne pourrait rien faire à part paniquer car elle n’a jamais appris à nager. Elle ne pourrait que compter sur la chance et ses pouvoirs balbutiants au cas où un animal dans les environs ait la gentillesse de la secourir, ou alors compter sur l’aide d’une autre personne.

9. Quelles sont ses ambitions ? Quels moyens pourrait-il déployer pour parvenir à ses fins ?

❖ Les ambitions d’Elenwë sont plutôt modestes.
Elle souhaite peaufiner ses pouvoirs et poursuivre son apprentissage. Une fois arrivée aux limites de ce que sa tutrice peut lui enseigner, elle aimerait quitter son poste de servante pour découvrir le monde et les créatures qu’il recèle.
Une fois ce voyage de découverte achevé, elle aimerait trouver un endroit où la faune et la flore sont omniprésents et se dédier entièrement à son don.
Elle pourrait, une fois installée, ouvrir son propre commerce de remèdes pour animaux et animaliers mais ce projet n’est dans son esprit encore qu’une vague idée. Elle rêve également d’une famille même si pour l’instant elle se trouve bien trop jeune pour l’envisager.


Description physique et psychologique libre

Elenwë n’est pas le genre de fille que l’on remarque de loin, de taille moyenne et assez mince, son physique est plutôt banal mais harmonieux. Sa physionomie lui permet de se fondre dans la masse, ce qui convient bien à son rôle de servante.
Son visage, qui est plutôt joli et doux, dégage un charme discret et timide avec de longs cheveux légèrement ondulés encadrant son visage, des lèvres pleines et roses, un peu boudeuses, et de longs cils épais bordant ses yeux qu’elle garde souvent baissés. Des yeux qui, si par chance vous veniez à les croiser, bousculeront toute l’image que vous venez de vous faire d’elle. Leur couleur bleu tire vers le gris comme s’ils étaient délavés mais si vous êtes attentif, vous verrez briller en eux l’intelligence et la détermination qui animent la jeune femme.
Elle sourit peu, ou du moins rarement largement, mais quand ça lui arrive son visage s’illumine ce qui la rend très belle.

Son aspect discret s’accorde tout à fait avec sa personnalité calme. Méticuleuse, attentive et fidèle, elle est d'une compagnie agréable et reposante. De nature à éviter le conflit, elle préférera faire profil bas ou essayer d’apaiser la situation. Néanmoins, elle se révèle forte et passionnée quand le jeu en vaut la chandelle.
Même si elle peut se montrer parfois farouche au premier abord, elle s’avère être une personne ouverte et curieuse qui aime se cultiver et qui se révèle être une amie et alliée précieuse pour les êtres à qui elle tient.
Proche de la nature, être en communion avec la faune et la flore est pour elle indispensable. C’est donc tout naturellement qu’elle fuit les lieux bondés des villes dès que l’occasion se présente pour renouer avec son environnement de prédilection, la forêt.

Découvrir ses racines et son histoire

Biographie de votre personnage :

Le vent marin soufflait un peu ce jour-là, le ciel était gris et lourd mais il ne pleuvait pas pour autant. C’était comme s’il n’arrivait pas à se décider du meilleur moment pour déverser son trop-plein d’eau. Elenwë était allongée dans l’herbe, les bras écartés, contemplant ce ciel indécis. Son griffon, Shan, était roulé en boule sur son ventre et dormait profondément. Elle laissait les flashs colorés et apaisants des rêves de son compagnon envahir son esprit, espérant ainsi chasser les vagues sombres de tristesse qui ne cessaient de refluer.
Aujourd’hui elle célébrait sa vingt-septième année, elle aurait dû être heureuse comme tous les autres jeunes qui eux aussi atteignaient leur majorité, mais elle ne l’était pas. Ce moment important était enfin arrivé, ce moment effrayant, magique et qui allait radicalement changer sa vie. Mais tout ce que ressentait Elenwë à ce moment précis était l’absence et la peur. L’absence de sa grand-mère, qu’elle aimait tant et qui lui avait tant appris, était, sept ans après, toujours aussi douloureuse. Quant à la peur… La peur venait de ces épreuves qui l’attendaient quelques heures plus tard lors du rituel qui marquerait son passage du statut d’enfant à adulte, mais aussi c’était aussi la peur du changement qui en découlerait.

Une voix l’appela au loin, elle se releva lentement en prenant soin de ne pas trop remuer son ami endormi et se retourna. Elle aperçut une silhouette au loin qui approchait en lui faisant signe, sa mère. La laissant venir à elle, elle sentit le vent augmenter faisant claquer ses vêtements.  Comme cet endroit allait lui manquer. Vivre dans ce village était un peu comme vivre à la croisée de plusieurs mondes. Derrière elle s’étendait la mer, grise et froide, l’odeur du sel se mêlait à l’odeur de l’herbe de la prairie mais aussi à celle de la forêt qui bordait le village niché au pied d’une chaîne de montagne. Ce croisement improbable offrait une faune et une flore d’une incroyable richesse qui ravirait n’importe quelle personne qui comme elle était dotée du vif.

Alors qu’elle se perdait dans cette contemplation qui sonnait comme un au revoir, sa mère arriva enfin jusqu’à elle :

- Te voilà enfin ! Tu es partie depuis des lustres, la cérémonie commence dans moins d’une heure il faut te préparer.

Je hochais silencieusement la tête, encore un peu embrumée par l’irréalité de cette journée. J’allais subir ce rituel et après quelques préparatifs et une bonne nuit de sommeil je quitterais cet endroit. Le seul endroit que j’ai jamais connu, pour aller vivre dans une ville loin des miens et de ma maison. Voyant mon air absent, ma mère soupira et, passant son bras autour de mes épaules, me conduisit jusque chez nous. Mon père nous y attendait, et bien qu’il ne voulait pas le montrer, ses yeux étaient rouges et son visage inquiet. Ma mère a toujours été la plus forte des deux, c’est grâce à elle que la famille a pu surmonter le décès de grand-mère. C’est elle qui prend les choses en main quand cela est nécessaire. Quand elle le vit, elle lui fit signe d’aller se préparer, lui laissant le temps de se reprendre. Il se leva sans un mot m’embrassa sur le sommet du crâne comme il le fait depuis toujours et disparut dans la pièce du fond. Puis, elle m’envoya également me changer et me débarbouiller. Une fois notre trio, frais et prêt, nous nous rendîmes sur les lieux de la cérémonie.

Tout se passa dans une ambiance onirique. J’avais l’impression d’être là sans y être vraiment. L’Oshka marmonnait des incantations, gesticulait et me touchait. S’en était presque comique, si la suite n’allait pas être aussi douloureuse. Il s’avéra que la couleur de mon âme correspondait à celle du griffon. Ce qui prouvait une fois encore que ma grand-mère avait vu en moi beaucoup plus que n’importe qui d’autre, même sans les pouvoirs de l’Oshka. Il fut tatoué dans mon dos, entre mes omoplates, là où aurait pu se trouver mes ailes si j’en avais été dotée. Puis vint le terrible moment du limage des dents. Lorsque la sorcière commença son œuvre tout devint noir l’espace d’un instant. J’entendis Shan gémir dans les bras de ma mère à qui je l’avais confié le temps du rituel. Notre connexion était si forte qu’il souffrait et était aussi terrifié que moi. C’est ce qui me permit de reprendre pied. Il avait besoin de moi, nos âmes étaient liées, je devais être forte pour ne pas l’entraîner avec moi. Le rituel prit fin. J’étais à présent une femme et non plus une enfant. Cependant, pour moi, l’épreuve ne s’arrêtait pas là.

Suite à un incident lors de mon enfance, nous avions découvert avec étonnement que j’avais hérité des mêmes dons que ma grand-mère pour le vif. Ce fut elle qui prit en charge mon apprentissage qui commença peu de temps après mes quinze ans. Cependant, cinq ans plus tard, elle décéda de mort naturelle. Elle était simplement trop âgée pour continuer parmi les vivants. Mes parents décidèrent donc de m’envoyer en apprentissage dès que j’aurais atteint la majorité. Pendant ce temps-là, mon don resta en jachère. Je m’étais simplement appliquée pendant cette période à affiner mon lien avec Shan.

Il avait été décidé que je partirai le lendemain matin à l’aube. Mes parents avaient travaillé d’arrache-pied afin d’économiser suffisamment pour me permettre un voyage confortable et de me laisser un peu d’argent le temps que je gagne de quoi vivre. La femme qui serait ma tutrice lors de mon apprentissage était l’épouse d’un riche marchand. Elle était réputée pour son don du vif particulièrement puissant. Je ne sais pas par quel moyen mes parents si modestes réussirent à la convaincre, mais elle avait acceptée de m’enseigner la pratique du vif et de me fournir de quoi vivre en échange de mes services, en entretenant leur maison et en aidant à la boutique.

Étendue dans mon lit, ressassant tout ce qui s’était passé la veille, je vis l’aube se lever. Qu’importe le manque de sommeil, la peur et la tristesse, ma nouvelle vie commençait maintenant.


Relations, PNJs et animaliers :


Grand-mère paternelle (décédée)

Occupe une place de premier plan dans le cœur et la vie d’Elenwë malgré son décès. Elle s’est toujours occupée d’elle et c’est elle qui a commencé à la former au vif car elle possédait elle-même ce don. (Source image : Charlie Bowater DeviantArt)

Parents

Les parents d’Elenwë sont très modestes. Son père pêcheur et sa mère herboriste. Leur magie est très limitée mais a le mérite d’exister. Sa mère lui a transmis quelques-unes de ses recettes d’herboristerie notamment pour soigner les animaux blessés qu’Elenwë passait son temps à ramener chez eux quand elle était enfant. Ce sont des personnes aimantes et humbles qui ont tout fait pour que leur unique enfant ne manque de rien aussi bien sur le plan physique qu’intellectuel.(Source image : Magali Villeneuve Pinterest)


Animalier

Offert par sa grand-mère peu de temps avant son décès, Shan est l’animalier d’Elenwë.  Le petit griffon venait tout juste de sortir de son œuf lorsqu’il rencontra Elenwë qui était alors âgée de vingt ans. La connexion fut immédiate et le lien qu’ils ont forgé est, sept ans après leur rencontre, très puissant, parfois même un peu trop. Vif, intelligent et fidèle, sa personnalité est le reflet de celui de sa maîtresse. (Source image : Bestiaire du forum)


Ses patrons

Les employeurs d'Elenwë sont des marchands prospères dans le commerce d'animaux exotiques, commerce qui se porte bien notamment grâce au grand talent de la femme du marchand dans la pratique du vif. Cette dernière est également la tutrice d'Elenwë dans son apprentissage du vif. Le couple est dans l'ensemble bon et attentionné envers la jeune femme bien qu'elle reste une servante à leurs yeux. (Source image: Omupied DeviantArt)

Thoronir et vous

❖ Un p'tit sobriquet ? Pas particulièrement, mais je suis ouverte à toute proposition haha
❖ Comment êtes-vous arrivé sur le forum ?Par hasard, je voulais me remettre à RP
❖ Quelles en sont vos impressions ? Univers complet, très beau graphiquement, semble actif. Hâte de mieux le découvrir
❖ Seriez-vous prêts à laisser le staff disposer de vos créations ? Oui




Dernière édition par Elenwë Manîthil le Mar 27 Déc - 12:29, édité 11 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Elenwë Manîthil   Jeu 22 Déc - 15:07

Bienvenue parmi nous Elenwë !
Une nouvelle a'ërith servante à Pavryon, nice ça.
Bon courage pour ce qu'il te reste à faire et n'hésite pas à up une fois les informations apportées. Si besoin, on est là !

Bonne journée à toi.


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Elenwë Manîthil
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : - Son précieux pendentif
- Quelques pièces
- Son habituel petit carnet
- Des récompenses pour son animalier
Messages : 11
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 26
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Elenwë Manîthil   Jeu 22 Déc - 15:25

Hello!
Merci pour cet accueil et pour la proposition d'aide!
Il ne me reste plus que les descriptions libres que je ferai aujourd'hui si j'ai le temps...
Ensuite on verra si je suis validée

Bonne journée!
Voir le profil de l'utilisateur

Elenwë Manîthil
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : - Son précieux pendentif
- Quelques pièces
- Son habituel petit carnet
- Des récompenses pour son animalier
Messages : 11
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 26
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Elenwë Manîthil   Jeu 22 Déc - 17:15

Up! Terminé!
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Elenwë Manîthil   Ven 23 Déc - 13:01

Re-coucou Elenwë !

Comme tu le sais, c'est moi qui prendrai en charge ta fiche. Toi qui disais "ne faites pas attention à ma plume et aux fautes", que tu te sous-estimes ! J'ai beaucoup apprécié lire cette fiche, l'histoire est bien ficelée, la taille des dents parfaitement comprise, tout comme le vif. On voit que tu as bien lu les annexes et ça fait plaisir ! Aussi, j'ai trouvé très peu de fautes !

Juste deux petites choses à relever, mais qui n'empêcheront pas ta validation (la deuxième étant d'ores et déjà corrigée, tu n'auras qu'à modifier la première) :

Citation :
Certains respectent la nature, ce qui leur attire naturellement la sympathie de la jeune femme, mais les autres sont avides de pouvoir ce qui la rebute.

Tu parles très certainement du clan Vahzah quand tu écris "certains respectent la nature". Mais sache que ce clan est également avide de pouvoir. Ne serait-ce qu'à travers leur "culte" de l'homme aguerri, des arts martiaux, et leur politique parfois aussi tordue que la nôtre.

Fais attention également à bien orthographier Pavryon, et non Pavyron.

Voilà voilà, je m'en vais t'attribuer ta couleur verte et te souhaite officiellement la bienvenue sur Thoronir ! :D


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Elenwë Manîthil
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : - Son précieux pendentif
- Quelques pièces
- Son habituel petit carnet
- Des récompenses pour son animalier
Messages : 11
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 26
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Elenwë Manîthil   Ven 23 Déc - 21:04

Reuh!

Ouiiiii je suis validée, je suis validée
Merci pour les compliments!!
La partie sur les nazakhins est corrigée! C'est pas faute d'avoir lu toutes les fiches de peuples... *soupir*
Je ferai gaffe pour Pavryon, surtout que ça sera ma ville de résidence principale!


Merci encore! J'ai hâte de m'y mettre!!
Voir le profil de l'utilisateur

 
Elenwë Manîthil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Plateforme d'invocation :: Atelier de confection :: Galerie des personnages :: Présentations validées-
Sauter vers: