Le chat et le corbeau (PV Yel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Jeu 3 Nov - 22:30

Avancer.

Tout droit.

Vers l'avant.

Tout droit.

Ne pas penser. Ne pas se laisser aller... Ne pas...

-Hey, toi là, où est ton maître ?

Se retourner, juste le temps d'évaluer la menace puis courir. Comme depuis trois jours maintenant. Entendre le bruit les leur propre course sur le sable, derrière toi. Être plus preste qu'eux, plus rapide, plus déterminée. Faim te tiraille les entrailles et l'eau volée à a caravane hier commence à manquer, mais tu cours avec l'énergie du Désespoir. Tu cours. Tu cours. Tu fatigue.

Et il te tombe dessus, de toute sa masse. Tu hurle, strident, un cri désarticulé, incompréhensible. Tes cordes vocales s'enflamment et ton moignon buccal s'agite désespérément. Peur te submerge, tu te retourne, frappe.... Petit à petit la brûlure revient, puissante. Il va brûler. Il va...

Il pose ses mains sur les tiennes et éteint les flammes avant même qu'elles n'en sortent. Peur t'ordonne aussitôt l'immobilité. Alors tu ne bougea plus. Tu respire avec difficulté, tu attends la suite, en silence. Tu l'évalue.

Il te soulève, te jette par terre, sort des chaînes. Tu rampe, cherchant quelque chose, de quoi frapper... Du sable. Droit dans ses yeux.
Tout droit.

Il ne doit pas pouvoir te suivre. Il faut que tu sois efficace. Il faut qu'il ne puisse pas te suivre, alors tu tends la main, attrape et tord. Il peut sans doute dire adieu à sa descendance vu le cri de douleur perçant qu'il vient de pousser, mais ce n'est pas ton problème.

Attends, attaques et fuis.

Tels étaient les ordres impérieux de Peurs à laquelle tu as bien obéis.

*****

Un soleil rouge se couchait sur des traces de pas hésitantes allant se perdre dans le désert. Trace qui disparaissaient d'ailleurs subitement.

L'oreille attentive aurait sans doute entendu le léger souffle passant entre les grains de sable et le bon observateurs aurait vu les formes étranges que prenait le sable à cet endroit là. Comme les formes d'un corps, sans doute celui d'une jeune personne ayant trouvé un moyen de discrétion absolue.

Faim lui tiraille l'estomac et soif attaque sa bouche sans langue. Elle va mourir. Si elle continue comme cela, elle va mourir et elle le sait. Seulement, Peur lui dit d'attendre, encore un peu.

Alors elle attends.

Elle attends et elle écoute. Elle écoute le son d’ailes venant se poser à côté d'elle, légèrement. Elle entends le coassement du corbeau. Les charognards l'ont trouvé.
Elle se redresse, brusquement, dans un signe de survie, bougeant les bras, feulant pour chasser l'animal. Ramassée sur elle, chat de peau et d'os, elle l'affronte du regard. Lui et les jambes se situant derrière.

Les jambes ?


*****

Tu tente de bondir, tu n'en a plus l'énergie. Tu lance un grondement d'avertissement. Pitoyable. Peur te martèle le crâne mais Faiblesse, Faim, Soif et fatigue possèdent ton corps. Ton regard est celui d'un chat mourant, près à se battre pour demeurer libre mais implorant l'aide. Tu recule quand même un peu.

C'est une femme. Armée. A la peau plus clairs que tout ceux que tu connais.

Tes yeux noirs plantés dans les siens.

Plus jamais en cage.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Jeu 3 Nov - 23:30

Yelen avait décidé de voyager. Elle en avait déjà eu l'occasion, par son... Travail. Le vrai, celui qui devait paradoxalement rester caché. A vrai dire, elle pouvait exercer la chasse un peu partout, tout comme l'assassinat ou l'espionnage. La seule chose qui venait de la pousser à cet exil provisoire était très claire : l'envie d'aller voir ailleurs. Enfin non, pas la seule chose. Il y avait aussi cette envie de défi. Les créatures d'Ermurag étaient réputées bien plus dangereuses que celles des alentours de Kirim, et voilà qui ne pouvait qu'intéresser une chasseuse doublée d'une Lame de l'Ombre. Hadra avait beaucoup moins apprécié l'idée.
Pendant les cinq jours qu'avait duré le voyage, il avait murmuré, crié, supplié dans sa tête par l'intermédiaire du lien qui les unissait pour qu'elle fasse demi tour. Il avait ensuite décidé de s'en aller seul, mais... Ne l'avait pas fait. Ils étaient déjà arrivés et un corbeau seul sur un navire n'avait pas des chances de survie incroyables. Au moins lorsqu'il restait avec Yelen personne ne songeait à le flécher à vue.
 «  C'est pas un temps pour les corbeaux ça... Trop chaud... Trop chaud... Je suis pas un corbeau du désert moi... »
Parce qu'évidemment, Yelen ne se rendait pas dans la ville. Elle, elle voulait voir le sable, les étendues désertes ou presque. Les créatures. Elle avait apporté de quoi pouvoir tenir plusieurs jours, que ce soit en nourriture ou en boisson, même si elle n'était pas persuadée de rester ainsi solitaire en pleine nature plusieurs jours d'un coup. Pour l'instant elle n'avait rien vu.
Les traces partaient trop vite dans le sable, c'était bien plus difficile de pister les animaux grâce à leurs empreintes... Voilà le vrai défi. La chasse était un art subtil se reposant sur une parfaite connaissance du milieu, et elle était ici pour apprendre. Pour s'entraîner chaque jour un peu plus, pour dépasser ses limites et qui sait... Entrer au conseil des Lames.
Le croassement d'Hadra la tira de ses pensées. Il ressemblait à celui de tous les autres corbeaux bien sûr, mais lorsqu'elle l'entendait elle avait la certitude, au plus profond d'elle-même, qu'il s'agissait du sien. Ils étaient liés.
Mais il ne lui disait rien. Ce fut elle qui tendit son esprit vers lui, pour une fois. « Hadra ? » Elle sentait son camarade profondément concentré sur quelque chose, et ça l'intriguait. Elle réajusta son sac sur ses épaules, et se remit en marche pour s'approcher de son compagnon. Son arc était encore dans son dos, mais ses mains s'étaient rapprochées de ses poignards. Officiellement ils lui servaient à dépecer les bêtes ou à en couper les morceaux qu'elle souhaitait conserver de sa chasse. Officieusement... Ils n'avaient pas touché que des bêtes, et étaient même peut-être un peu trop bien pour cet usage.
Yelen eut le temps d'apercevoir une forme étrange, avant que celle-ci ne se redresse dans le sable avec un bruit... Particulier. Elle ressemblait à une humaine, mais Yelen n'avait jamais entendu personne faire ce genre de bruits. Elle recula mais Yelen se demandait bien où elle pourrait aller. Elle avait l'air en piteux état.
La Lame éloigna ses mains de ses poignards. La gamine semblait bien inoffensive, mais... Énervée. Comme un chat qui viendrait de prendre un bain contre son gré, mais dont les griffes étaient de toute façon trop faibles pour vraiment faire mal. Mais ces chats étaient imprévisibles et il valait mieux ne pas s'y frotter.
Et puis, elle semblait bien jeune. Yelen n'appréciait pas particulièrement tout ce qui n'avait pas l'âge d'être considéré comme adulte. Certes elle ne semblait pas spécialement avoir en dessous de dix ans, mais elle n'attirait pas la sympathie de la Lame au premier abord. Et puis surtout... Qu'est-ce que cette gamine faisait-là ? En plein milieu de... Nulle part ? Qu'est-ce qu'elle était maigre... Au fur et à mesure que les yeux de la Lame détaillaient le corps de la fille, une grimace de désapprobation se peignait sur son visage. Sa peau était plus foncée que celle d'Yelen, mais cette dernière n'aurait pas su si c'était naturel ou dû au soleil du désert. Peut-être un peu des deux ?
La chasseuse aurait pu tourner les talons. Partir, en laissant cette fille grogner dans le sable. Peut-être pourrait-elle l'oublier rapidement, et puis ici elle n'avait pas de réputation à défendre. Mais tout de même. Yelen n'était pas devenue un monstre. Elle se souvenait de certaines choses.
Sa curiosité la poussait également à rester. C'était peut-être ça qu'elle était venu chercher ici : la surprise. Même si ça passait par une fille bizarre dans un désert.

-Qu'est-ce que tu fais au juste ?

Elle avait des traces, là où peut-être il y avait eu des chaînes. Le sable, s'il s'y engouffrait devait la faire souffrir. Mais Yelen n'était pas en mesure de faire quoi que ce soit pour ça. Elle n'était certainement pas en mesure de faire quoi que ce soit tout court, d'ailleurs. Cette fille n'avait rien dit pour le moment.
« T'as déjà vu ça toi ? »
Hadra, qui s'était envolé au mouvement brusque de la demoiselle, décrivait des cercles dans le ciel, comme s'il hésitait à fondre sur sa proie.

-Tu veux te faire bouffer, à te cacher dans le sable ?

« Elle s'est peut-être perdue », tenta Hadra par l'intermédiaire du Vif. Mais elle n'avait pas l'air d'avoir pris quoi que ce soit avec elle. Elle ne semblait avoir aucune affaire. Ça ne ressemblait pas vraiment à un voyage. Yelen se fichait pas mal de qui était cette gamine, mais ce qu'elle faisait là l'intéressait beaucoup.

-Bah alors, tu réponds ? T'as perdu ta langue ?

Elle tenta un sourire, qui découvrit ses jolies dents pointues.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Ven 4 Nov - 18:57

Tu la regarde éloigner ses mains de ses armes, dans un geste se voulant rassurant. Tu te redresse un peu, tu la regarde... Peur se modère, Curiosité pointe timidement sa frimousse. Tu attends. Tu attends de voir ce qu'elle va faire ensuite, aux aguets, Peur prête à refaire surface au moindre geste, au moindre doute.

-Qu'est-ce que tu fais au juste ?

Ne pas répondre. De toute façon elle ne te comprendrait pas et puis il n'y avait rien à répondre. Répondre c'était risquer d'y retourner. Tu jettes un regard rapide au dessus de toi. Le charognard rôde, vole, menaçant. Pourtant tu n'es pas encore morte.

-Tu veux te faire bouffer, à te cacher dans le sable ?

Immobilité. Regard planté dans le sien, la respiration rapide, prête à fuir. Elle n'est pas un garde, elle est... Inconnue. Elle ne correspond à aucune personne que tu as déjà rencontré, sauf peut être à ceux auxquels on parle comme des étrangers. De plus... Se faire manger, dans le sable ? Oh. Elle ne sait pas comment sentir venir le danger du désert ? Peut être pense-t-elle aux vers... Étrangère.

Curiosité te pousse à te rapprocher. Un pas, un tout petit pas. Tu l'observe, essaie d’emmagasiner un maximum d'informations. Prudence te retiens tout de même et Peur reste présente. Mais Curiosité est trop forte... Ou presque.

-Bah alors, tu réponds ? T'as perdu ta langue ?

*****

Un cri strident, guttural, venait de retentir. Un cri de Peur pure.

Des dents animales. Des dents animales chez un humain, un sourire tel que celui qui lui était offert par les limiers. Peur revint à la vitesse d'un cheval au galop, elle se retourna et commença à courir. Peur lui martelait les côtes, encore et encore et....

Son corps, d'os et de chair s'effondra par terre. Elle tenta de se relever, sans succès, de ramper.... Peur lui signalait qu'elle ne s'éloignait pas assez du danger.

Alors, dans la nuit tombante, un brasier éphémère s'alluma. Autours de son corps recroquevillé s'élevèrent des flammes puissantes, l'enveloppant de leur dangereuse chaleur. Puis, elles moururent aussi vite qu'elles s'étaient développées, laissant Issëa inconsciente. Tremblantes, les mâchoires serrées.

Une main agrippant douloureusement la cicatrice de ses chaînes.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Ven 4 Nov - 20:29

La gamine avait crié. Yelen avait déjà entendu beaucoup de cris, dans beaucoup de situations différentes mais aucun n'avait ressemblé à cela. Cette fille était vraiment particulière, sans que la Lame ne puisse véritablement expliquer en quoi. Ses dernières visites dans les villes du coin avaient été bien trop courtes pour qu'elle puisse vraiment comprendre le fonctionnement de cette région du monde, mais elle n'avait pas souvenir de quoi que ce soit du genre.
La gamine s'était mise à courir, immédiatement suivie d'un croassement lugubre. Hadra avait décidé de la suivre, réduisant brusquement son altitude comme s'il voulait se préparer à becqueter quelque chose. Il n'en ferait rien, Yelen le savait. Il n'avait pas pour habitude d'attaquer des proies vivantes de cette envergure. Ce n'était que l'instinct, qui lui disait qu'il ne fallait pas perdre de vue cette fille. Dans son état elle représentait un futur repas plausible pour le corbeau, d'ici quelques heures, quelques jours, il pourrait attendre lui.
La Lame aussi avait suivi, se mettant à courir en direction de la fille.

-Hééé ! Attends !

C'était trop intriguant, encore. La femme aux cheveux noirs se souvenait pourtant d'avoir vu ce geste, ce déplacement particulièrement réduit, cette marque de curiosité dans le regard de l'adolescente... Pourquoi avait-elle crié? Yelen voulait le savoir. Elle n'avait rien vu qui puisse justifier ce genre de choses. La fugitive n'avait que la peau sur les os, elle avait semblé ne pas réussir à se lever à sa première approche et voilà qu'elle avait eu assez peur pour bondir et se mettre à courir sans regarder derrière elle. Peut-être que l'A'ërith ferait mieux de la suivre, même pour son intérêt personnel. Peut-être y avait-il vraiment quelque chose à fuir ? Quelque chose dont elle n'avait pas connaissance ?
La course ne dura pas longtemps. Ce n'était pas très étonnant de toute façon, vu la condition physique de la demoiselle. Elle tomba, sembla étendre ses bras vers l'avant comme pour ramper mais le sable ne permettait pas vraiment de s'y accrocher pour se tirer le long du sol.
Mais... Ouaw. Un feu était apparu. Pas juste un feu de camp, un pauvre truc pour se réchauffer un soir d'hiver. Même si la nuit tombait sur le désert, il ne faisait pas encore assez froid pour avoir besoin de ça. Yelen était bouche-bée, contente de s'être arrêtée à quelques pas de là. Elle pensa un instant, une brève seconde, à tirer la demoiselle hors de cette fournaise, mais ne fit rien.
Les flammes avaient disparu. Comme elles étaient venues, elles s'étaient retirées, laissant le désert sombre. C'était vraiment très impressionnant.
Néanmoins la gamine ne bougeait plus. Enfin, elle tremblait un peu mais elle semblait avoir abandonné toute volonté de fuir. C'était à se demander si elle n'avait pas aussi abandonné la volonté de vivre. « Tu crois qu'elle est morte ? » demanda Hadra qui venait de se poser juste derrière la tête de la demoiselle. « Je crois pas. N'y touche pas. » La Lame s'approcha à pas lents, jusqu'à saisir le poignet de la gamine. A l'origine elle voulait prendre son pouls mais les marques qu'elle voyait de plus près attirèrent beaucoup trop son attention. Yelen fit glisser ses doigts le long de la cicatrice pendant un moment tellement long que c'était un peu indécent.
Mais elle sentait en tout cas les tremblement du corps fragile qu'elle touchait désormais.

Hé ! Petite !

Se rappelant soudainement qu'elle était en train de toucher une créature du démon, à savoir une fillette, Yelen lâcha brusquement sa main. Néanmoins elle ne comptait pas l'abandonner là, surtout sans avoir eu de réponse.

-Petite !

La Lame détestait qu'on ne lui réponde pas. Ça avait le don de l'énerver, sans qu'elle sache vraiment pourquoi. Même Hadra était sensible à ce sentiment, et commença à croasser de manière frénétique pour attirer l'attention de la gamine, juste au dessus de son oreille. Yelen se recula, un peu. Pour ne pas l'effrayer si elle revenait à elle, puisque visiblement elle avait beaucoup hésité avant de se rapprocher. Et avant de fuir. Elle ressemblait à un animal à apprivoiser.
Dés qu'elle sembla un peu revenir à elle, Hadra se tut. Il s'envola, craignant sans doute des représailles.
Mais Yelen avait un plan. Elle allait amadouer la petite, comme elle amadouerait un animal. Dés qu'elle eut un œil ouvert, la Lame l'attendait. En lui tendant une gourde remplie d'eau.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Lun 7 Nov - 21:19

Si l’inconscience était venue de manière soudaine et violente, son réveil fût lent. Et douloureux. Son dos la faisait particulièrement souffrir, la peau brûlait et tirait sur sa colonne et le sable s’infiltrant dedans lui causait une douleur insupportable. Elle resta un instant allongée sur le sol, la respiration saccadée, sentant le froid de la nuit tomber sur elle. Elle battit des paupières, regardant droit devant elle à travers le voile flou qui perturbait sa vue.

Elle était épuisée. Elle était mal en point. Elle…

*****
Devant toi, à quelques pas, se tenait l’autre. Comme en attente. Tu restes immobile, les yeux grands ouverts, la regardant un instant dans les yeux. Elle te tend quelque chose. Alors tu baisse les yeux.

Une gourde. Une gourde tendue vers toi. Soif te rentre violement dans les côtes, elle perce jusqu’à ta gorge y allumant un feu que tu ne soupçonnais même pas. Arrivé au niveau de ton sternum, elle a d’ailleurs commencé une bataille sans merci contre Peur. Elles se sont battues à t’en donner la gerbe alors que tu tentais de te redresser, grimaçant de douleur à cause de ton dos. La respiration saccadée, tendue jusqu’au bout de tes ongles, trop fatiguée pour véritablement faire autre chose qu’observer et gémir.

Tu prends le temps la regarder encore avant de lui lancer un regard plein d’espoir. Tu as envie de lui faire confiance, mais il y a cette seconde de danger, celle où tu va saisir la gourde, la seconde critique… Tu tends ta main, saisit l’objet, attends un instant…

Puis tu l’amène à toi brusquement, te fige… Pas de réaction, rien ne se passe. Alors tu bois… Tu bois… A tel point que tu t’étouffe. Tu ne prends même pas le temps de souffler, tu bois… Jusqu’à être obligée d’enlever la gourde de tes lèvres pour éviter de te noyer.

****

Elle avait bu, c’était étouffée et avait fini par reprendre son souffle en crachant ses poumons. Elle s’essuya la bouche du revers de la main, relevant les yeux sur l’autre. Reconnaissance. Ses prunelles étaient emplies d’une reconnaissance non feinte. Peur s’était tue, enfouie. Elle reposa la gourde, par terre, devant son interlocutrice.

Puis, elle s’assit, du plus confortable qu’elle pu. Et elle ouvrit grands la bouche, pointant l’absence de langue à l’intérieur. Elle agita son moignon de langue un instant, pour être sûre que l’autre ai compris.

Oui, elle avait perdu sa langue. Elle resta, un instant à l’observer puis… Appréhension s’était fait un doux nids dans sa gorge mais elle tendit tout de même la main vers la bouche de la brune avant de lui montrer ses dents. Elle voulait comprendre pourquoi un humain avec des dents de prédateur l’avait sauvé.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Lun 7 Nov - 22:02

Elle semblait vraiment mal, mais avec tout ce qui venait de se passer ce n'était pas si étonnant. Elle était dans le sable, immobile et faible quand la Lame était arrivée, elle avait couru à toute vitesse, créé des flammes... Elle s'était évanouie. Ça n'était pas tellement gage d'une forme olympique, pas plus que sa silhouette maigrichonne au bas mot. Mais il y avait une lueur dans ses yeux. Quelque chose. Elle semblait réfléchir. Et...
Quelle vitesse ! Cette petite avait des réflexes tout à fait intéressants, qui pourraient lui être fort utiles en d'autres circonstances. Yelen avait bien remarqué l'hésitation de la gamine avant de se lancer, mais visiblement elle ne s'était pas trompée sur un point : la gourde représentait une offre assez intéressante pour que la petite ne songe pas tout de suite à s'enfuir. Au contraire même, il s'agissait d'une proposition faite pour montrer sa bonne foi – pas tout à fait désintéressée certes.
La gamine buvait avec envie. L'A'ërith se demandait si elle avait déjà vu quelqu'un boire comme ça auparavant mais aucun exemple ne lui vint. Il fallait dire que malgré ses quelques voyages elle avait passé le plus clair de son temps chez elle, aux alentours de Kirim, et que le temps y était beaucoup plus clément... La gamine buvait avec tant d'avidité qu'il fallut qu'elle se sépare de la gourde tellement elle s'approchait de la noyade ou de l'étouffement. Mais depuis combien de temps n'avait-elle rien bu ? Que faisait-elle toute seule dans ce désert, au juste ? A part cracher ses poumons en terminant de boire le contenu de la gourde d'une inconnue de 32 ans, cela va de soi.
Et là il y eut le piège.
Yelen ne détachait pas ses yeux de la fille, autant par curiosité que pour vérifier qu'elle n'avait aucune intention hostile. Les enfants, même lorsqu'ils étaient plus adolescents qu'enfants, étaient bien trop imprévisibles. Et avec celle-ci, Yelen avait l'impression d'avoir un sacré phénomène... Qui la regardait droit dans les yeux. La gamine à la peau hâlée semblait ne plus la craindre, et posa la gourde devant Yel', par terre, sans la lui tendre. La Lame hésita. La ramasser ? Ce serait se pencher, se rapprocher, risquer d'effrayer le petit animal fragile qu'elle avait eu peine à amadouer pour le moment. Ce serait prendre le risque de n'avoir aucune réponse à ses questions, parce qu'elle se braquerait ou tenterait encore de s'enfuir loin d'elle. Yelen n'avait pas l'intention de traverser la moitié du désert juste par curiosité, tout de même.
La Lame ne bougea pas, trop intriguée par les mouvements de la fille qui venait de s'asseoir. Bon. Il n'était apparemment pas question de faire la course cette fois-ci.
La petite ouvrit la bouche, bien plus grand que pour parler. De toute façon, avec ce que voyait désormais la Lame, elle aurait eu bien du mal de l'ouvrir pour parler. Ce qui s'agitait à l'intérieur était bien loin d'être une langue ! C'était bien trop petit. C'était peut-être ce qu'il restait d'une langue. Yelen n'était pas une femme réputée pour sa compassion ou sa gentillesse, mais elle ne put s'empêcher de se sentir assez révoltée. Une gamine de son âge, incapable de parler parce qu'il lui manquait un bout de langue ! Ça voulait dire qu'on lui avait coupée. Ça voulait dire qu'il existait des monstres bien plus grands que les enfants dans ce coin du monde. Mais la demoiselle ne semblait pas vraiment gênée ou mal à l'aise de ce trait physique, et se contenta de pointer à son tour la bouche de la Lame après un moment de silence et d'immobilité.
Yelen tira d'abord la langue, avant d'apercevoir la suite du mouvement de l'effrayée qui désignait ses … Dents. L'adulte passa une main gênée dans ses cheveux, tandis qu'Hadra vint tranquillement se poser non loin. Pour gagner un peu de temps, et montrer sa bonne volonté, l'assassin s'assit à son tour dans le sable. Elle regrettait déjà cette idée en s'imaginant vider ses bottes pleines de grains de sables...
Ses dents. Qu'avaient-elles, ses dents ? Yelen ouvrit la bouche, retroussant ses lèvres comme elle le pouvait pour les montrer à son interlocutrice, bien que la conversation ne fût pas verbale. Elle passa lentement sa langue dessus, se la coupa légèrement contre un bout pointu de ce qui ressemblait un peu plus à des crocs qu'à des dents naturelles... Elle referma la bouche. Mais elle avait compris. En arrivant ici, elle mettait les pieds dans un territoire qui n'était pas peuplé en majorité d'A'ëriths. Et donc dans un territoire où les gens n'avaient pas pour coutume de se faire tailler les dents en pointe à leurs 27 ans. Ça avait dû attirer l'attention de la petite.

-Ah, ça.

« J'ai toujours dit que ça te donnait un air bizarre ce truc » ajouta Hadra par le Vif. Un peu agacée qu'il se permette de lui faire ce genre de remarques dans un moment aussi important pour la satisfaction à venir de sa curiosité, Yelen tourna directement la tête en direction du corbeau, et lui répondit de vive voix.

-Tu m’énerves Hadra, tu le sais ça ? Tu vois bien que je discute.

Revenant alors à la discussion entamée avec la petite, en espérant ne pas l'avoir trop effrayée par cet interlude, Yelen se racla la gorge et reprit.

-C'est normal. J'avais des dents comme toi avant, mais chez moi on se les fait tailler quand on a 27ans, par respect pour la déesse Zanory.


Ou, comme dans le cas de Yelen, par respect pour la tradition et par envie de faire comme tout le monde. Elle leva alors sa main droite, et montra le dos de sa main à la gamine, de loin, doucement, pour ne pas lui faire croire qu'elle voulait lui faire du mal. Un tatouage de corbeau, noir. Funeste, comme son destin apparemment.

-Ça aussi, ça va avec.


Mais maintenant la Lame estimait c'était à son tour de poser des questions, puisqu'elle avait docilement répondu à celles qui lui avaient été posées.

Pourquoi on t'a coupé la langue ? Comment tu t'appelles ?

Et se rendant compte qu'il serait difficile de répondre à haute voix, elle ajouta encore.

-Tu sais écrire ?
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Mar 8 Nov - 23:48

Elle s’assoie elle aussi, comme pour prendre le temps d’échanger avec toi. D’abord étonnée que tu pointe ses dents, elle finit par retrousser ses lèvres dans une espèce de grognement… Peur revient. Immédiatement. Tu gémis, émet un mouvement de recul immédiat, fermant les yeux. Mais rien ne vient. Elle n’attaque pas, elle parle.

-Ah, ça. Tu m’énerves Hadra, tu le sais ça ? Tu vois bien que je discute.

Tu rouvres les yeux précipitamment. Elle s’adresse à quelqu’un que tu n’as pas entendu arriver ? Tu regarde à droite, à gauche, tout tes sens en alerte. Mais non, il n’y a bien que vous deux et… Le corbeau. Ton regard se fixe sur la créature de mort. S’y plante. Obstinément.


-C'est normal. J'avais des dents comme toi avant, mais chez moi on se les fait tailler quand on a 27ans, par respect pour la déesse Zanory.

Un bruit de mouvement, tu tourne la tête vers la femme. Elle te montre sa main sur laquelle à été dessiné un corbeau, noir. Enfin, dessiné… Ca te rappelle un peu le marquage de certains esclaves, ça semble dans la peau… Indélébile. Un tatouage. Elle aussi elle a été esclave ? Elle n’a pas l’air.

-Ça aussi, ça va avec. Pourquoi on t'a coupé la langue ? Comment tu t'appelles ?

******

Elle s’apprêtait à lui répondre quand elle l’interrompit avant qu’elle n’ait pu commencer un geste.

-Tu sais écrire ?

Elle fit non de la tête avant de lui tenter de répondre dans le langage qu’elle avait développé avec les esclaves. Sans résultats. Elle prit un instant pour réfléchir, puis pointa son absence de langue avant de se retourner en grimaçant, les brûlures de son dos lui rappelant soudainement leurs existences. Alors, elle pointa son marquage, sur son épaule. Le cercle avec des initiales. Ceux de son premier maître.

Puis, dans le sable elle traça les rares lettres qu’elle savait écrire. Sa première maîtresse lui avait apprit l’alphabet et la seule chose qu’elle en avait tiré était une orthographe approximative de son nom.

SiceranIcéa.

Et elle pointa son torse.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Mer 9 Nov - 9:15

La fille avait fait non de la tête à la dernière question, ce qui décourageait un peu Yelen d'avance. Si cette fille ne pouvait ni parler ni écrire, la conversation allait vite devenir très compliquée. La Lame maudit sa capacité à toujours se fourrer dans des situations incroyables. Après tout, elle était actuellement assise dans le désert avec une presque-enfant, et ce n'était pas non plus très rassurant. Mais celle-ci était assez différentes des autres enfants. Elle n'y ressemblait pas vraiment.
La gamine avait bien l'air de tenter quelque chose mais Yelen se contentait de la fixer sans rien comprendre. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre de cas, elle n'avait jamais rencontré quelqu'un de muet. Comment faisait-elle dans la vie de tous les jours ? Yelen avait l'intime conviction qu'elle, elle ne supporterait pas cette situation. Elle avait trop besoin de s'exprimer, vite et d'une manière compréhensible. Elle avait trop l'habitude de pouvoir simplement parler pour imaginer s'en passer. Même sa magie avait ce but : parler, encore plus facilement, à plus d'interlocuteurs. Cette fille était un mystère.
La petite montra sa langue avant de se retourner lentement et avec précautions. Ça avait l'air d'être douloureux, mais la Lame ne comprenait pas pourquoi. Elle s'était peut-être fait mal dans sa chute ? Brûlée dans les flammes ? Ou peut-être avait-elle été blessée avant toute cette histoire ? Tout était probable. Mais l'attention d'Yelen se porta sur ce que montrait la fille. Une marque sur son épaule, comme les marques qu'on faisait parfois sur les bêtes des troupeaux. Il y avait des initiales mais peu importe ! C'était la même chose. La Lame aperçut également une marque sur le poignet de la main qui désignait cela, la marque qu'elle avait observée un peu plus tôt. Cette fille était apparemment une esclave. Et ça revoltait totalement Yelen.
Elle devait avoir à peine plus de 10 ans ! Et voilà qu'elle n'était qu'une esclave muette. Mais comment ? Mais pourquoi ? C'était une injustice. Une injustice si grande que la Lame eut envie de la venger. Si un jour elle apercevait un contrat visant à tuer un maître, elle le ferait sans la moindre hésitation ni le moindre regret et elle penserait à cette fille, dont la vie avait été gâchée dès le plus jeune âge. Yelen avait peur des enfants parce qu'elle avait l'impression qu'avec leur innocence ils voyaient trop bien la meurtrière en elle. Ils pourrait la désigner comme telle, la trahir, la fuir, et elle se retrouverait dans une bien mauvaise posture. Alors qu'au fond elle ne faisait que jalouser cette innocence qu'elle avait conservée longtemps et fini par perdre à son tour. Mais avec cette petite ce n'était pas tout à fait pareil. Même si elle lui renvoyait une image effrayante d'elle-même, avec tous ses mouvements de reculs et ses petits bruits apeurés... Yelen avait la certitude que ça n'avait pas de rapport direct avec elle en tant que Lame et meurtrière. Mais plutôt avec elle en tant que personne, ou en tant qu'étrangère. Elle la craignait moins que les enfants A'ëriths qu'elle croisait plus souvent.
Lorsqu'elle aperçut que la petite s'était mise à dessiner dans la sable, elle se releva doucement pour se mettre du bon côté afin de lire ou d'observer le résultat.

SiceranIcéa

Yelen ne connaissait pas ce mot, et le mouvement de la petite esclave lui indiqua bien vite que c'était un prénom. Le sien. "Plutôt long comme nom !" pensa-t-elle. Et pourquoi une majuscule en plein milieu ? La fameuse SiceranIcéa avait pourtant bien prouvé qu'elle savait les écrire en minuscule, alors c'était sans aucun doute fait exprès. Il n'y avait pourtant ni tiret ni espace ni apostrophe ni rien, et décidemment la Lame ne comprenait pas. Peut-être une coutume par ici ? Aucune idée.

- SiceranIcéa. Ça se dit comme ça?

Elle attendit un mouvement de la part de la demoiselle, avant de reprendre. Yelen avait toujours eu horreur d'écorcher les noms des personnes à qui elle s'adressait.

-Moi c'est Yelen,
dit-elle simplement, et le corbeau là s'appelle Hadra.

L'adulte se demandait bien ce que cette fille ferait de cette information puisqu'elle n'allait clairement pas l'apostropher en la reconnaissant dans la rue, ou l'appeler pour lui montrer quelque chose. Néanmoins c'était plus poli, et ça faisait partie des habitudes de la Lame. Toujours se présenter et en particulier lorsque l'on demandait aux autres de le faire. Hadra avait eu l'air un peu ridicule lorsqu'elle l'avait désigné parce qu'il s'était posé un peu plus loin et qu'il marchait jusqu'à elles d'un air un peu laborieux plutôt que de voler.

- Pourquoi t'es toute seule ici ? Je connais pas trop l'endroit mais ça doit être dangereux la nuit, non ?


Yelen n'avait pas résisté à cette question, qui constituait un premier pas vers la satisfaction de sa curiosité personnelle. Mais en se rappelant soudainement que la petite n'allait pas trouvé facile de lui répondre, sauf au sujet de la fin, elle se décida à une tentative pour rendre la conversation plus facile. Peut-être.
Poser des questions où la réponsepourrait être oui ou non. Voilà qui serait dans les cordes de la demoiselle. Et si jamais elle ne proposait jamais la bonne raison, il serait temps de trouver autre chose.

- Tu t'es perdue ?

Elle observa le regard de SiceranIcéa. Ce serait logique. En voyageant pas le désert ils auraient enlevé les chaînes parce que s'enfuir par le sable était bien trop dangereux pour être tenté, et que ça les handicapait trop pour avancer. Ou pas. Yelen n'avait aucune idée de ce que pouvait être la vie d'un esclave par ici.

- Tu as été affranchie?

Elle ne semblait pas avoir décidé d'un voyage puisqu'elle n'avait aucun matériel avec elle. Néanmoins l'affranchissement n'était pas synonyme de richesse et peut-être qu'elle était partie sur un coup de tête. Elle était un peu jeune pour savoir préparer un voyage à travers le désert seule. Mais pourquoi affranchir une enfant ? Ou une adolescente, disons ? Elle avait encore toute une vie de servitude devant elle. Yelen guetta encore la réaction de la gamine.
Pendant ce temps là, Hadra avait fini par rejoindre sa camarade, et lassé de tenter des choses contre-natures, il s'envola pour se poser sur l'épaule d'Yelen, fixant intensément du regard le visage de SiceranIcéa. Curieux.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Mer 9 Nov - 23:08

Si Faim et Douleur continuaient de la tarauder, Curiosité avait prit le dessus. Elle penchait la tête, cherchant à détailler l’étrangère. Entre ses dents et ses couteaux, il y avait tout de même de quoi se méfier et Peur restait prête à tout. D’autant que… Lorsqu’elle regardait la femme dans les yeux, elle semblait quelque peu mal à l’aise ce qui était intriguant et laissait sous entendre qu’elle pouvait se montrer dangereuse. La peur et la méfiance rend dangereux. Elle en était la preuve.

- SiceranIcéa. Ça se dit comme ça?

Elle hocha de la tête. Son accent était mauvais mais à chaque fois qu’elle l’écrivait les gens le prononçaient comme cela avant de l’associer à la plante.

-Moi c'est Yelen, et le corbeau là s'appelle Hadra.

La jeune femme s’appelait Yelen. Un pouce remontant le long de la gorge jusqu’au menton, puis une main s’ouvrant avec un léger mouvement de rotation devant son visage, le tout d’un seul mouvement. Un mouvement pour le –ye-, pour le –l- et pour le rappel du –n-. Yelen. Quand au corbeau… -Ha-, un pouce remontant de sa mâchoire à sa pommette, puis ouverture de la main, doigts devant la bouche, avant de l’avancer pour le –da-. Le –r- était trop difficile à transmettre.

Visiblement, l’autre n’avait pas noté ses mouvements car elle continua.

- Pourquoi t'es toute seule ici ? Je connais pas trop l'endroit mais ça doit être dangereux la nuit, non ?

Elle aurait aimé répondre, ou du moins essayer. Mais l’autre ne lui en laissa pas le temps.

- Tu t'es perdue ?

Elle hocha négativement de la tête. Elle n’était pas perdue à proprement parler, elle était… En cavale. Se perdre, c’était perdre ses poursuivants… Du moins elle l’espérait.

- Tu as été affranchie?

Le regard de Sysser se remplit de désespoir. Non. Et dire qu’elle avait faillit, il y avait bien longtemps, quand elle était encore enfant… Avant de… Elle fit non de la tête, le regard se perdant dans le vide. L’ensemble des sensations douloureuses revinrent, celles des souvenirs enfouis. Celle terrées qui vous déchirent la mémoire, qui vous donne envie d’hurler en remontant.

Elle glissa pour se mettre à côté de son interlocutrice, fronçant les sourcils intensément. Elle dessina dans le sable une légère silhouette maladroite derrière laquelle s’élançaient limiers et gardes. Elle pointa la fugitive en posant son autre main sur son torse. Puis elle pointa ses poursuivants, désignant son marquage.

******

Ta respiration s’accélère alors que tu traces dans le sable tes pas, ta fuite… Culpabilité t’assaillis aussi. Tu les as laissés, tu l’as laissé. Oroglion.
Quelques sanglots sans larmes te secouent. De tes lèvres déformées par la douleur sortent un cri silencieux et perçant, un cri déchirant. Douleur déferle, sa tempête à sa suite.

Tu tente de ne pas te noyer.

Tu te recroqueville.

Tu te noies.

Douleur.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Jeu 10 Nov - 12:25

Les deux réponses avaient été négatives et ça ne laissait plus vraiment d'idées à Yelen pour expliquer la présence d'une jeune esclave isolée par ici. Elle était tout de même loin d'une ville, il ne s'agissait pas d'une petite promenade tranquille. Maintenant elle avait le regard qui semblait se perdre au loin, peut-être réfléchissait-elle à une manière d'expliquer sa présence, peut-être se souvenait-elle de quelque chose ? Ça arrivait souvent à Yelen de se perdre dans ses pensées, aussi elle ne dit rien et de contenta encore une fois de se demander intérieurement ce qu'elle faisait au juste dans toute cette histoire. Elle ne s'était pas vraiment attendue à ça en descendant du bateau !
SiceranIcéa s'était glissée à côté d'elle, et ce fut au tour de la Lame d'esquisser un mouvement de recul qu'elle ne mena cependant pas jusqu'au bout. Cette fille était bien trop imprévisible et bien trop jeune pour que l'avoir à côté d'elle soit sans risque. Mais c'était tout de même plus pratique pour observer le dessin et le comprendre d'être dans le bon sens et d'assister à sa naissance.
La gamine commença par le personnage principal de son dessin. Les autres personnages semblaient en retrait, et Yelen ne parvenait pas à comprendre de quoi il s'agissait. Elle n'avait jamais vraiment eu la fibre artistique ou un talent pour le dessin sur sable. Lorsque SiceranIcéa désigna les "participants" de cette scène les choses s'éclaircirent assez rapidement. Elle était apparemment le personnage principal. La petite associa ensuite les dessins de l'arrière plan avec son marquage sur l'épaule.
Voilà donc l'explication, ou au moins une partie. Les gens l'ayant marquée, probablement ses "maîtres" étaient à sa recherche, et la petite ne voulait visiblement pas qu'ils la trouvent. Avait-elle fui ? Ou fait une bêtise qui lui coûterait cher et lui faisait préférer le désert au retour ? Les possibilités étaient moins nombreuses, mais les issues heureuses possibles de réduisaient également. Du moins pour la petite, parce qu'après tout Yelen n'avait rien à voir là-dedans. Sauf qu'en tant que Lame elle avait l'habitude d'espionner ou de mener à bien d'autres... Missions, et qu'elle savait très bien ce qu'elle penserait si elle tombait sur une esclave ayant fui et une autre personne dans le déserts. Complices. Elle ne voyait pas très bien l'intérêt qu'elle aurait eu à aider cette fille à s'enfuir, à part peut-être apaiser sa conscience un moment et suivre son sentiment d'indignation. Seulement elle savait bien faire taire les deux quand il le fallait, depuis longtemps.
Pendant que SiceranIcéa dessinait, sa respiration s'était subitement accélérée. Elle venait d'ajouter un genre de traces de pas, probablement sa provenance. Mais le bruit de sa respiration fut tout ce qui attira l'attention de la Lame qui la détaillait avec application.
C'était horriblement gênant. Elle voyait la bouche déformée par la douleur de la gamine, mais aucun son ne sortait. Elle semblait crier, pleurer, mais il n'y avait ni larmes ni bruit. Yelen détestait les enfants parce qu'ils pleuraient trop. Le bruit des sanglots la rendait irritable au possible. Mais là il n'y en avait aucun et c'était peut-être pire. Elle n'était pas irritable elle était profondément mal à l'aise devant ce triste spectacle. La petite, fragile demoiselle, se recroquevilla sur elle-même. Et Yelen était totalement désemparée. Que faire ?
Maintenant elle se sentait mouillée dans cette affaire et ne souhaitait pas se séparer de l'esclave sans être sûre qu'il n'y avait pas de risques. Mais depuis combien de temps fuyait-elle ? Étaient-ils encore à sa recherche ? Étaient-ils armés? Étaient-ils nombreux ? Autant de questions qu'elle ne pouvait pas poser pour le moment. Bon. Première étape calmer la petite. Décidant cette fois-ci que son arrêt avait duré suffisamment longtemps pour ça, Yelen déposa sur le sable son sac à dos, son arc et son carquois. Pas la peine de s'encombrer lorsque c'était inutile. Elle se tourna alors vers la petite.
"Pourquoi elle fait cette tête? Je ne vois pas de prédateur" expliqua Hadra, pour qui la terreur et la peur étaient synonymes et ne s'expliquaient que par la peur de finir dévoré par un quelconque animal plus haut placé dans la chaîne alimentaire. La Lame releva la tête pour observer le paysage, et de rendre compte qu'effectivement ils avaient une vue bien dégagée et qu'aucun danger ne semblait à profiler à l'horizon. Surtout que la nuit tombait, et qu'ils auraient probablement des torches pour les trahir. Voilà ce qu'il fallait dire à la petite: lui rappeler que pour l'instant elle était hors de danger. Et ensuite Yelen pourrait essayer de se renseigner pour savoir si ça allait rester vrai longtemps.


-Hé... Euuuh....


Le malaise. Yelen n'aimait pas les enfants, elle ne savait pas leur parler. Elle ne savait pas non plus rassurer les adultes, et le cri silencieux poussé par SiceranIcéa était du même genre que ceux qu'elle provoquait en plongeant sa lame dans la poitrine d'une de ses cibles. Elle tendit une main vers la petite, mais ne la toucha pas. Sa main tremblait un peu, et elle se maudit intérieurement. Réussir à tuer sans la moindre hésitation et ne pas savoir quoi faire devant une gamine ? C'était le comble du ridicule ! Mais Yelen n'abandonna pas pour autant.

- Regarde. Oui, regarde.

Elle effleura l'épaule de la gamine en prenant soin d'éviter sa marque, juste pour attirer son attention sur la réalité: le paysage.

- Y a personne, tu vois. Personne. Juste nous.


Sa main commença à trembler et Yelen la ramena immédiatement à elle. "Tu veux bien faire un tour ? Regarder si on est bien seuls. " Hadra, destinataire de ces mots, s'envola. Il n'avait pas envie non plus que sa camarade se fasse attraper.

- Ça va aller, hein... Hadra est parti voir.

La voix d'Yelen était mal assurée, elle était convaincue de ce qu'elle disait mais la gamine la mettait vraiment mal à l'aise.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Jeu 24 Nov - 22:08

Tu hurle. Tout ton corps hurle. Tu tremble comme une feuille, claquant des dents violement.


-Hé... Euuuh.... Regarde. Oui, regarde.

Un contact. Tu sursaute violement, tournant ton visage vers ‘’elle ‘’. Elle s’est rapproché mais ne semble pas agressive, elle semble même presque… Compatissante. Elle te désigne le paysage, l’immensité instable du désert. Le silence de l’endroit. Le vent, le vide…

-Y a personne, tu vois. Personne. Juste nous.

Tu regarde, relevant la tête. Personne. Juste vous. Le corbeau s’envole, te faisant sursauter. Tu regarde sa course un moment, ses ailles noirs s’ouvrant face au ciel. Douleur s’est faîtes un peu oublié. Mais Peur reste. Tu sais que tu n’es pas en sécurité. Qu’il faut marcher.

- Ça va aller, hein... Hadra est parti voir.

Tu la regarde, ose un sourire difficile. Hoche la tête. Avant de poser ta main sur ton cœur…

****
La petite venait de mettre sa main sur son cœur, tapotant doucement sa poitrine. Merci.

Elle espérai que le message passe.

*****

Le vent porte Hadra jusqu’à vous. Rapidement. Presque paniqué. Tu te redresse, tu renifle.

Il sort de derrière une Dune.

Peur te prends au cou, à tel point que tu te fige complètement. Un velipaad. Seul ?

*****
 

L’animal venait d’arriver, sifflant. Seul. Blessé. Sans doute abandonné par sa meute a cause de cela mais affamé à cause de cela. Dangereux.

Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Ven 25 Nov - 22:15

SiceranIcéa avait sursauté quand le corbeau s'était envolé. Parfois Yelen ne se rendait pas vraiment compte que ça pouvait être surprenant. Ils étaient liés, c'était comme si elle sentait ses mouvements, à tel point qu'elle n'avait même pas imaginé que la gamine ignore qu'il allait partir. Oui mais elle n'était pas dans sa tête, la gamine, er il fallait que la Lame s'y fasse.
SiceranIcéa souriait. Un peu, pas trop, en même temps il aurait été étrange de la voir afficher un air béat vu son état précédent. Elle ne s'arrêta pas là cependant, et déplaça sa main jusqu'à la coller sur sa poitrine. Enfin, au-dessus de... Son coeur ? Hmmm. Elle devait sans doute remercier Yelen. La Lame appréciait généralement les remerciements, mais n'agissait que dans son propre intérêt. Ici il s'agissait d'assouvir sa curiosité et de se protéger contre ce qui pourrait éventuellement les attaquer. Hadra n'avait accédé à sa demande que par crainte d'être affecté en cas de blessure. Mais si SiceranIcéa se plaisait à imaginer qu'elle lui rendait service, soit. C'était toujours une forme d'avantage qu'elle pourrait sûrement convertir en quelque chose d'autre plus tard, comme quelques réponses de plus à ses questions. Yelen hocha la tête, signe qu'elle avait bien reçu l'information.

 - De rien.

Même si le ton de la voix de la Lame n'avait pas changé entre temps, SiceranIcéa devait être loin de se douter d'à quel point effectivement ce n'était rien. Ce n'était rien pour elle. C'était tout pour Yelen.
Il y a un animal... Blessé... Dangereux... L'assassin releva la tête d'un coup, se tournant instinctivement dans la direction d'où revenait Hadra. SiceranIcéa aussi s'était redressée, elle avait dû voir quelque chose. Yelen dut réprimer les sensations qui submergeaient Hadra et qui se répandait jusqu'à elle. La hâte, ce pressentiment de mort à l'odeur du sang qui excitait l'appétit du corbeau... Ressentait-il lui aussi parfois des sentiments trop humains qu'il s'attachait à réprimer ? Aucune idée. Mais une chose était sûre: l'animal qui venait d'apparaître sur la dune n'avait rien d'humain, ni d'amical. Et il était inconnu à la Lame. Yelen tourna la tête cherchant à apercevoir l'expression de la petite, qui avait plus de chances de savoir à quoi s'en tenir. Elle aperçut la peur.
Évaluant la distance qui séparait encore l'animal d'elles, Yelen évalua du même coup le temps qui lui restait pour agir. Méthodique, comme... Une Lame. Doublée d'une chasseuse.

 - Ok
, dit-elle à voix haute plus pour elle-même que pour SiceranIcéa.

Elle sortit une dague d'un de ses fourreaux, et la posa à côté de la gamine. Elle n'avait pas le temps de la lui tendre et de s'assurer qu'elle la prenne, juste le temps de lui donner une chance de se débrouiller un peu quand l'animal serait là, si jamais Yelen ne se débrouillait pas assez elle-même.

 - Prends-ça.  

Elle se précipita sur son arc, attrapa son carquois, mais l'animal s'était déjà approché. Il faisait un bruit assez incroyable, que la Lame n'avait jamais entendu, mais elle ne comptait pas de laisser impressionner. Elle banda son arc avec des gestes précis et déterminés, et la flèche se ficha dans une patte de l'animal. Il poussa une espèce de cri étrange, manqua de tomber mais... Accéléra. Comment diable un animal blessé pouvait-il atteindre une telle vitesse ?! Il parcouru la distance qui les séparait encore en si peu de temps qu'Yelen ne pur que balancer son arc à terre, et lancer son sac d'affaires en direction de SiceranIcéa en criant.

 - Cours !


Elle comptait bien se sortir de cette situation dangereuse. Et si la petite s'en sortait de serait toujours ça de pris.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Sam 26 Nov - 16:07

Si il y a bien quelque chose que l'on apprends lorsque l'on est esclave, c'est à faire profil bas. Certes. Mais aussi la solidarité, celle qui fait qui amène le sens du sacrifice.

La petite avait ramassé la dague, réprimant son hésitation. Toutes les fibres de son corps étaient tendues à l'extrême. S'il fallait fuir, elle n'y parviendrait pas. Son état ne le lui permettrait pas. Pas face à ce prédateur, elle le savait.

La flèche partie. Dans sa patte...

*****

Peur manque de te faire t'étouffer. Elle ne l' pas tué. Elle n'a pas directement visé le cœur... Avec un Velipaad, on avait le droit qu'à un seul essais... Un seul et unique essais.
Tu laisse tomber les affaires à côté de toi, sans les ramasser. Courir ? Pour faire quoi ? Tu mourra seule, tu le sais.

Tu resserres ta main sur la dague, te ramasse par terre, arrondissant ton dos. Et tu le fixe. Tu le fixe alors qu'il arrive sur l'autre. Elle ne sait pas, elle ne sait pas sa rapidité. Mais toi, tu sais. Toi tu connais. Blessé comme il est, il ne pourra pas aller aussi vite une deuxième fois.

Survie te martèle les côtes. Tu vas peut être mourir si tu fais ça. Et tu le sais.

Alors tu gonfle tes poumons, en faisant siffler ta respiration. Puis, attrapant la dague par la lame, tu fais comme tu as déjà vu faire. Tu la lance.

Oh, tu n'espère pas la planter... Non. Tu espère paraître dangereuse. Ca serait déjà ça...

****

La dague venait de se heurter dans un son mat aux côtes de l'animal avant de tomber dans le sable. Il se tourna brièvement et, alors que son regard se portant sur la chose recroquevillée, cette chose grogna. Sourd. Assassin.

Puis, elle se mit en mouvement. Un mouvement de menace, incisif. Sur l'animal.

*****

Il change de cible. Tu es plus dangereuse, là, maintenant.

Peur te dis que tu vas mourir.
Survie te dis que tu vas mourir.
Adrénaline t'ordonne de courir. Vite. Dans l'autre sens.

Et toi, tu prie pour qu'Elle soit plus rapide que le prédateur...
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Sam 26 Nov - 23:22

La vitesse de l'animal était tout simplement incroyable. Il avait eu l'air en mauvais état quand il arrivait, et elle avait pensé qu'une flèche dans la patte suffirait à le faire tomber et le rendre inoffensif jusqu'à ce qu'elles l'achèvent. Erreur. Lorsqu'il arriva jusqu'à elle, Yelen ne put que bondir pour échapper un mouvement de queue visiblement destiné à la faire tomber. La bestiole semblait intelligente puisqu'elle avait pensé à l'affaiblir avant de la dévorer, et ça n'était pas tellement une bonne nouvelle.
L'autre mauvaise nouvelle était qu'Yelen n'avait pas entendu SiceranIcéa se mettre à courir. Peut-être était-elle trop concentrée sur l'animal? En tout cas elle ne pouvait pas se permettre de le lâcher des yeux. Ils se fixèrent une seconde, comme deux prédateurs prêts à s'affronter, ce qui sembla durer une éternité à la Lame. Son plan n'avait pour l'instant pas porté ses fruits, et l'animal était trop proche pour qu'elle tente de récupérer son arc et de s'en servir. Elle sortit un de ses poignards restants, prête à tenter une attaque directe, quand elle entendit le bruit mat provoqué par le lancer de la gamine.
Quoi ?! Elle lui avait donné une arme si utile pour qu'elle s'en débarrasse ainsi ?! Yelen détestait les enfants, mais elle détestait au moins autant qu'on lui désobéisse. La gamine avait bafoué son autorité, et ce n'était même pas pour quelque chose d'utile : elle se désarmait elle-même face au monstre et ne fuyait pas. Au contraire. Mais au fond, la Lame n'était plus tout à fait persuadée du caractère humain de SiceranIcéa, qui grognait dans une drôle de position à l'intention de l'espèce de reptile bizarre qui les attaquait. Ils se fixèrent eux aussi un moment, comme deux prédateurs, pendant une seconde qui parut encore durer une éternité à la Lame. Et l'éternité ne serait pas de trop pour essayer de sauver cette gamine.
SiceranIcéa s'était élancée sur l'animal, au mépris de toutes les règles élémentaires de survie et des consignes de l'assassin. Désarmée. Yelen n'avait pas le temps de réfléchir. Ni de récupérer son arc. Elle bondit à son tour, profitant du fait que l'attention de l'animal soit portée ailleurs. Alors que le prédateur tendait son cou en direction de la petite, prêt à en mordre un grand bout pour se faire une idée du goût, le poignard que tenait Yelen se ficha dans son dos. Cette blessure ne lui serait pas mortelle, à moins que pour une raison inconnue cet animal ait son coeur à cet endroit, ce qui semblait hautement improbable. Mais après tout, la Lame ne connaissait pas l'anatomie de cette aberration. Elle aurait sûrement préféré l'ignorer encore un moment.
D'un geste brusque elle retira le poignard de la chair de l'animal. Il émit un sifflement dangereux, avec une espèce de grognement aussi désespéré qu'agressif. Sa tête se tourna brusquement vers l'adulte, prête à mordre malgré la douleur, et Yelen ne put que reculer. Reculer sa jambe droite, qui la fit glisser à cause du sable instable. Alors qu'elle tombait en arrière, serrant de toutes ses forces son poignard pour ne pas le perdre, la mâchoire du prédateur se ferma à quelques centimètre à peine d'elle.
Yelen se redressa tant bien que mal, avant de se remettre sur pieds d'une agilité féline. Elle ne se ferait pas avoir deux fois.

- Qu'est-ce que tu fous ? Va-t-en !
Cria-t-elle à SiceranIcéa.

Elle se moquait bien qu'elle emporte ses affaires ou non. Elle s'en rachèterait, elle trouverait une ville, elle se débrouillerait. Un véritable assassin ne pouvait pas garder avec lui quoi que ce soit qu'il ne puisse quitter en moins de trois secondes si les circonstances l'exigeaient. Elle préférait se passer de son sac plutôt que de subir encore les improvisations de la gamine, qui allaient sûrement lui attirer encore des ennuis.

- Reprends au moins le poignard, bordel !

S'il lui fonçait dessus il fallait bien qu'elle se défende non ? Qu'est ce qu'elle ferait ? Se rouler en boule ? Faire des flammes comme tout à l'heure? Ça ne suffirait sûrement pas. Yelen se laissa submerger par le sentiment de faim et d'excitation que lui transmettait Hadra. Ça devrait l'aider à faire face au prédateur, qui semblait prêt à reprendre la lutte lui aussi.
Voir le profil de l'utilisateur

Sysser'Han Issëa
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Le chat et le corbeau (PV Yel)   Dim 18 Déc - 13:27

Tu le regarde te foncer dessus. Tu t'es arrêtée.

Tu sens les flammes venir et tu sais, aussi, qu'elle ne sortiront pas. Pas assez de combustible.... Il fond sur toi. Et toi tu attends... Tu attends...

Peur est insoutenable. Mais tu attends.

Ta respiration te griffe la trachée, froide, brûlante. Peur est insoutenable. Mais pourtant tu attends.

Un ordre fuse. Reprendre la lame. Tu plonges, l'attrape et... Douleur.

*****

Alors qu'elle plongeait pour attraper l'arme, l'animal venait de lui attraper l'épaule, y plantant ses dents. Elle hurla, guttural, sans former une seule syllabe avant de planter plusieurs fois son arme dans l'animal. Avec rage.

Il finit par la lâcher, la laissant tomber lamentablement au sol. Elle s’écrasa par terre comme une poupée de chiffon, les saignements abondant en plus.

*****

Il t'a lâché, te laissant tomber par terre. Par terre ? Pourquoi est ce que tu continue de tomber dans ce cas là ? Tu es lasse, tellement lasse... Le sommeil t'appelle... Cèdera-tu ? Quelle question. Tu y cède déjà.

C'est étrange, cette obscurité... Ce noir. cette inconscience.Rien

*****

Elle était inconsciente. Elle perdait pas mal de sang. Sans soins... Sans soins, s'en était sans doute fini de la jeune femme.

Voir le profil de l'utilisateur

 
Le chat et le corbeau (PV Yel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Ermurag-
Sauter vers: