Déterrer les secrets [PV Nasyl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ozhâlee Sae'kia
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Si elle est en voyage :
- Besace et ceinture en cuir ;
- Épée et dague à lame courbe ;
- Amulettes à l'effigie de ses Dieux ;
- Feuilles de parchemin reliées, calame et bâton d'encre ;
- Un exemplaire imprimé d'un traité de chamanisme ;
Messages : 15
Date d'inscription : 16/10/2016
Localisation : Ermurag
avatar

MessageSujet: Déterrer les secrets [PV Nasyl]   Mer 2 Nov - 20:00

Le mois de Nuvan était toujours un peu étrange pour Ozhâlee. Ce n'était, pour la jeune Azdyor, que le mois qui précédait celui des pélerinages, Denkan. Par conséquent, elle s'y préparait avec une certaine ardeur ; tout juste alors qu'elle émergeait d'une certaine léthargie, presque apathique, dans laquelle elle se plongeait le reste du temps.
Et là encore, l'Elyakie s'exerçait. Mais cette fois, ce n'était pour protéger ni les pèlerins, ni les opprimés dont elle se voulait la protectrice. Une toute autre mission l'attendait ; des chercheurs, archéologues, historiens et théologiens débattaient sur la possibilité de visiter les ruines du temple, dédié à Az'gath, le Dieu fou. Oh bien sûr, plus aucune prière ne lui était dédié par le peuple du désert, seulement, le monument permettrait, sans doute, de trouver des éclaircissements sur certains points. Religieux, historiques, architecturaux... Des considérations de lettrés, en somme, ce qu'elle n'était que partiellement. Ils étaient finalement tombés d'accord (ce qui consiste déjà un exploit en soi, avouons-le) sur le fait qu'un tel périple ne saurait être négligé. Seulement, ces Lazulys, tous autant qu'ils étaient, étaient bien incapables d'assurer leur propre protection, et engager de simples mercenaires ou gardes aurait été... Inconvenant. Inopportun.
Un ou deux Azdyors, ça faisait déjà plus classe, en pratique et sur le papier.
Et puis, entre nous, c'était une défense de bien meilleure qualité.

Il fallut alors tout préparer. Assez pour survivre, quoi ? Une semaine, tout au plus. Ozhâlee jeta à peine dans sa besace une tenue de rechange (on ne transpire pas en Naäskyr, tellement il y règne un climat sec), plusieurs gourdes d'eau, et de la nourriture sèche qu'elle pourrait conserver aisément. Épée ? Là, à sa gauche. Dague ? Dans sa ceinture, à droite, à portée de main pour être lancée avec facilité. Parures ostentatoires ? Laissées de côté, si seulement elles existaient vraiment. Seules quelques boucles dorées flottaient encore sous ses oreilles. Elle n'eut plus qu'à enfiler des chaussures spartiates, quelques couches de tissus rougeâtres et orangés, et elle était prête.


Ainsi devait partir la caravane, d'Alënor, un Kalder matin. Ozhâlee dût débarquer au milieu de tout ce beau monde, un peu gênée à vrai dire. Les savants avaient bien eu quelques recommandations sur la marche à suivre, sur quoi porter, quoi emporter, quoi laisser, sur les charges que pourraient supporter leurs montures ; cependant, ils conservaient leur attitude d'apparat en tout temps. Deux longs-coureurs portaient les maigres bagages, les gourdes, et des bonbonnes remplies d'eau ; un Zhélix là-bas, ployait sous plusieurs cages de volumes ; et un Lungae, aux rênes qu'elles croyaient véritablement tissées d'or, avait pour seul charge ses divers maîtres.
Mais la chamane n'était pas la seule à assurer la protection des érudits : elle crut apercevoir une sentinelle à l'aspect singulier, tout droit venue d'Hydras, vraisemblablement, et s'approcha d'elle. Elles eurent à peine le temps d'échanger quelques salutations - l'Azdyor fut par ailleurs la seule à parler, un "Recevez la bénédiction de Waldraïd et d'Iskar pour ce périple" venant d'Ozhâlee, que la marche débuta.

Les premières heures furent particulièrement ardues. Les chercheurs ravalèrent vite leurs râles d'épuisement et leurs plaintes : un seul mot, une seule direction, le nord-est, coincé entre les plateaux rocheux d'Hydras, les carrières, et le littoral. Ils n'essuyèrent aucune attaque, mais ce ne fut pas le cas du lendemain. Un Velipaad adolescent et isolé, étonnamment, tenta d'agresser le convoi, mais la créature fut rapidement et facilement abattue.
A l'aube du deuxième soir, tous purent bénéficier du bienfait d'une oasis, à quelques heures à peine des ruines du temple. Le lendemain matin serait le dernier à souffrir avant la consécration, et chacun pourrait ensuite apprécier à sa juste valeur sa récompense : admirer ce qu'aucun autre Elyakie n'admirerait dans sa vie. Un temple abandonné, laissé aux carnivores et charognards de tout Ermurag, peut-être en proie à une malédiction ténébreuse et...
Le soleil se couchait sur les dunes. De hauts arbres poursuivaient leur ballet erratique avec le vent, et de petites et étranges plantes fournissaient la lumière ce repas frugal. Alors que tous savouraient dattes et viande de Bolipe séchée, Ozhâlee se leva. Et s'assit. Près de la Sentinelle qui était censée l'accompagner. Elle n'avait pas l'air très loquace mais elle s'était dit que ça ne devait être que... Une attitude ?

- Ces fruits sont-ils à ton goût, ma sœur ?

La banalité ouvrait les gens, parfois.
Voir le profil de l'utilisateur

 
Déterrer les secrets [PV Nasyl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Ermurag-
Sauter vers: