A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]   Mar 1 Nov - 20:24

Anva'ar Kordrak tenta d'émettre un profond soupir, mais le bruit qui s'échappa de ses lèvres ressembla plus à une espèce de beuglement. "Peut-être que tout ce qui est écrit dans ce bouquin n'est pas forcément bien après tout ...", se surprit-il à penser. En effet, cela faisait maintenant plus d'une heure que le pauvre Hajhira était en train de brouter de l'herbe en plein milieu d'un troupeau de Bolipes sauvages. Bien sûr, il était lui-même devenu un Bolipe, grâce à sa magie, car les approcher d'aussi près sans cela les aurait fait décamper à coup sûr, à cause de leur très craintive nature.

La raison pour laquelle il faisait cela, toutefois, était qu'il avait lu dans un autre livre de zoologie (qu'il avait acheté la veille dans la ville de Kirim) qu'il était bien plus facile d'approcher un animal lorsqu'on imitait son comportement. S'étant dit qu'avec l'aide de sa magie, il pourrait imiter non pas que leur comportements, mais aussi leurs formes, le Hajhira se précipita en dehors de la ville afin de tester ces nouvelles connaissances.

Malheureusement pour lui, les premiers animaux sur lesquels il était tombé étaient un troupeau de Bolipes sauvages, se repaissant dans une clairière d'une taille conséquente, bordée d'une forêt bien touffue. Toujours autant sous l'effet de cette découverte, le Hajhira se dépêcha de ranger ses affaires dans un coin bien tranquille où il était sûr que personne ne les trouveraient. Ensuite, il mit tous ses efforts dans sa métamorphose en ce gros animal, afin d'être le plus ressemblant possible. Après le succès de cette dernière, il repassa dans sa tête les habitudes des Bolipes, notamment leur caractère placide et l'étroitesse de leur intelligence. Ce bref récapitulatif accompli, Anva'ar se hâta de rejoindre le troupeau, en tâchant de paraître aussi naturel que possible. Son arrivée provoqua des réactions de la part de quelques individus, qui le regardèrent d'un oeil méfiant, avant de se remettre à brouter l'herbe de la clairière. Soulagé du succès de l'opération, le Hajhira commença à se mêler au troupeau, tout en broutant occasionnellement quelques touffes d'herbe. Le goût de celles-ci lui tira d'ailleurs plusieurs grimaces, c'était en effet la première fois qu'il mangeait de l'herbe. Il se jura d'ailleurs presque automatiquement de ne plus en manger après cette expérience.

Cependant, après une bonne heure d'intégration, les effets néfastes de la Métamorphose se firent ressentir. Sa peau commença à picoter, et ses entrailles se mirent à frémir. Anva'ar se rendit aussitôt compte qu'il devait arrêter sa transformation au plus vite, sous peine de subir de nombreux effets ... indésirables. Ainsi, il se hâta de s'éloigner du troupeau, en essayant d'attirer le moins de regards et de suspicions de la part des autres Bolipes.

Ce n'est qu'après s'être abrité derrière quelques gros arbustes que le Hajhira s'offrit enfin un moment de répit en retournant à sa forme originelle. Son corps entier perlant de sueur, il trouva un bref réconfort dans un matelas de feuilles improvisé à l'aide de quelques branches, évitant ainsi la multitude d'insectes et de parasites trouvables sur le sol. Il se permit ainsi une dizaine de minutes de repos, avant de décider que son absence, aussi longue, rendrait sûrement le troupeau suspicieux. Se préparant mentalement, Anva'ar se métamorphosa à nouveau en Bolipe, et repartit dans le troupeau pour observer le comportement des bêtes, tout en faisant semblant de brouter lui-même.

Plusieurs dizaines de minutes passèrent, jusqu'à ce qu'un léger sifflement se porte jusqu'aux oreilles du Hajhira/Bolipe. Il n'eut même pas le temps de se demander ce que cela pouvait être avant qu'une douleur lancinante ne lui perce le flanc gauche. Celle-ci provoqua une espèce de réflexe chez Anva'ar, qui le poussa à quitter sa forme de Bolipe le plus rapidement possible, tout en émettant un puissant hurlement :

"GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH !!!!"

Pivotant sa tête, le Hajhira put enfin voir ce qui était à l'origine de cette énorme douleur : une flèche lui perçait la cuisse gauche, d'où était en train de s'écouler son sang.
Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]   Mar 1 Nov - 21:18

La chasse. Yelen l'avait beaucoup pratiquée autrefois, mais cette activité occupait nettement moins son temps à présent. Elle avait bien d'autres occupations mais... Il fallait continuer à entretenir sa couverture, celle de la pauvre petite chasseuse suivant avec assiduité les pas de son père. Que penserait-il, en la voyant avec son arc dans cette forêt si familière, mais en sachant qu'elle y prenait désormais beaucoup moins de plaisir ? Elle haussa les épaules en avançant un peu plus dans la forêt, comme si son geste s'adressait à quelqu'un qui la regarderait. Il ne dirait sûrement pas grand chose. Elle avait toujours fait ce qu'il fallait pour survivre, et maintenant elle devenait certainement assez dangereuse pour pouvoir tenter de vivre sans trop se laisser intimider. Mais le moment de la révélation n'était pas venu. Elle était et elle resterait Yelen la chasseuse encore un moment, aux yeux du commun des mortels.
Les traces au sol étaient formelles, elle trouverait du gibier. Les Bolipes avaient tendance à se déplacer par troupeaux gigantesques, et c'était loin de passer inaperçu aux yeux d'un pisteur qui ne soit pas aveugle. Si elle abattait un seul de ces animaux elle aurait de quoi se nourrir et de quoi en revendre un peu. Les gens, en la voyant vendre du gibier, ne se douteraient de rien. Et tout irait pour le mieux. Elle se lécha les babines à la manière d'un chat, se coupant légèrement la langue sur ses crocs acérés.
Hadra vola au-dessus de sa tête en croassant bruyamment. La femme n'en fut pas surprise, elle l'avait comme senti. C'était habituel, caractéristique de leurs parties de chasse, et en cinq ans elle avait fatalement intégré ce comportement. Elle ne put pas s'empêcher de penser quelque chose à son intention. « Hadra. Tu risquerais d'effrayer les proies, ou au moins de les surprendre. C'est pas bon pour nous, ça. ». L'animal ne répondit rien pour le moment, il se contentait de voler encore, et ne se décida à répliquer qu'après un long silence.
« Il y a tes animaux. Ceux que tu chasses. Je les vois. » Et ainsi, c'était comme si Yelen les voyait de ses propres yeux. Elle n'avait pas l'image, mais elle avait la sensation de toucher au but. Se rapprocher de son animal de lien était instinctif, elle n'avait plus besoin de pister le troupeau. Il fallait juste qu'elle se montre discrète.
Autant dire que c'était aisé ! Elle était une Lame, tout de même, et un peu plus d'ailleurs puisqu'elle avait atteint le statut de Regard au sein de sa guilde. De qui pourrait-elle se jouer si elle n'était pas capable de tirer tranquillement sur une de ces stupides bestioles ?
Yelen s'abrita derrière un tronc d'arbre. Elle soupesa son arc un instant. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas chassé mais elle ne doutait pas un seul instant de sa capacité à faire mouche, surtout avec une arme qui lui était si familière. Il fallait tout simplement qu'elle se choisisse une cible.
Ses yeux détaillèrent la scène avec attention. Il fallait choisir le plus faible, si possible un animal un peu malade, qui ne pourrait pas fuir. Pas de chance ça ne semblait pas se trouver de ce côté-ci. Quoique... Il y en avait un. Il ressemblait à tous les autres mais sa bouche ne se refermait jamais vraiment sur l'herbe qui semblait l'intéresser. C'était étrange. Et même si Yelen ne savait pas ce que signifiait ce comportement, elle avait bien remarqué qu'il était le propre de cet unique individu.
Elle prit une inspiration.
« Comment fais-tu pour tuer et ensuite manger un animal aussi gros. ? » lui lança Hadra alors qu'elle bandait son arc.
« Chut. », pensa-t-elle à son intention. Elle avait besoin qu'il la laisse tranquille pour qu'elle puisse se concentrer et atteindre sa cible. Elle pourrait toujours répondre aux considérations alimentaires d'Hadra plus tard. Et puis, elle se doutait aussi qu'il disait un peu ça pour l'embêter, en sachant pertinemment qu'elle avait besoin de sérieux. Les corbeaux étaient des animaux farceurs.
Inspiration. Expiration. Elle leva doucement son arc, se déplaçant un peu pour ne pas risquer de toucher l'arbre qui l'abritait. Telle une ombre, elle avait bougé sans effrayer le moindre animal. Elle encocha sa flèche lentement, mais avec assurance. Elle retint son souffle au moment de viser, et finit par lâcher la flèche. Elle aurait bien visé l'oeil de l'animal, pour sauvegarder le plus possible la chair comestible de l'animal. Mais Yelen la pauvre chasseuse n'était pas censée être assez talentueuse pour y parvenir. Le flanc de l'animal suffirait.

"GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH !!!!"

Les Bolipes aux alentours paniquèrent, pauvres proies idiotes, et s'enfuirent en tout sens, mus par un instinct de survie qui devait être leur seule raison d'existence à ce jour. En revanche, l'animal sur lequel elle avait tiré était bien différent d'un Bolipe désormais. Yelen, sans s'en rendre compte, avait tiré sur un Hajhira. Elle n'avait pas souvenir d'une bourde pareille depuis longtemps. Le croassement aigu d'Hadra se fit entendre, comme un rire moqueur et désagréable. Yelen n'eut pas besoin de tourner la tête pour lui lancer un regard noir. Cela faisait partie des choses que le lien qui les unissait transmettait.
« Tu vas t'étouffer avec ses poils »
, murmura Hadra dans son esprit.
Que faire ? Elle pourrait bien le laisser là. Mais la pauvre chasseuse qu'elle devait incarner aux yeux des autres n'était pas censée être si insensible. Et puis... Elle avait blessé quelqu'un à la chasse. Son père aussi avait été blessé à la chasse. Elle crut l'apercevoir un instant, mais l'image du Hajhira revint vite à ses yeux. L'endroit était de toute façon déserté par les autres Bolipes, il n'y avait pas grand chose à faire à part s'approcher.
Yelen s'avança donc à découvert, l'arme à la main, jusqu'à arriver à la hauteur de sa victime involontaire.

T'as gâché ma partie de chasse. Qu'est-ce que je vais manger moi, maintenant ?

Elle n'avait jamais été très aimable, mais elle se rendait bien compte que ce n'était pas tout à fait le comportement attendu. Yelen s'accroupit, pour observer de plus près les dégâts qu'elle avait causé.

Tu devrais pas l'enlever tout de suite, pour l'instant la flèche empêche un peu le sang de s'écouler.


Un conseil, voilà qui était mieux. Mais peut-être pas suffisant. Il lui rappelait son père, malgré l'absence du moindre trait commun entre eux. Et ça la rendait un peu plus sympathique que d'habitude.

Je peux t'aider à rentrer jusqu'au village le plus proche, si tu veux.

Hadra choisit ce moment pour décoller de sa branche, et venir se poser sur l'épaule de sa camarade.
« Ça se soignera toujours mieux qu'un oeil » glissa-t-il en écho à son choix de cible.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]   Mer 2 Nov - 22:59

La douleur aigüe qui le transperçait accaparait tout l'esprit du Hajhira, l'autre partie étant plongée dans de la surprise, mais aussi un peu de honte. En effet, il savait déjà que les Bolipes étaient des proies de choix pour les chasseurs, de part leur placidité ainsi que l'apport substantiel de viandes qu'ils permettaient. Et pourtant, il s'était quand-même mêlé aux animaux comme ça, sans précautions.Anva'ar prit ainsi quelques secondes pour se maudire intérieurement, avant de lâcher un énorme soupir. La douleur lui revenant à l'esprit, il ne put que grimacer en voyant la flèche plantée dans sa cuisse gauche. Le troupeau de Bolipes avaient d'ailleurs profité de son moment d'inattention pour filer sans donner leur reste, mais après tout c'était un comportement normal de leur part.

Le Voleur s'était retourné sur le dos pour mieux apercevoir sa blessure, malgré les éclats de lumière aveuglants que Olek'tar faisait parvenir à ses yeux. Et bien décidément, la personne qui l'avait visé savait se débrouiller avec un arc : la flèche lui perçait la gauche de la cuisse, s'enfonçant assez profondément. Un rapide coup d'oeil plus en profondeur permit au Hajhira de se rendre compte qu'elle ne devait pas être fatale : le taux de sang s'écoulant de la plaie semblant être plutôt réduit, ce qui le rassura ne serait-ce qu'un peu. Il était néanmoins trop concerné par ce qui venait de se passer pour remarquer qu'une personne s'était approchée, ne lui prêtant attention qu'à partir du moment où elle se mit à parler.

Apparemment, Anva'ar avait "gâché la partie de chasse" de cette jeune femme aux cheveux sombres et aux yeux violets. Cette première remarque l'indigna à un très au point : après tout ce n'était pas de sa faute si cette femme lui avait tiré dessus, pourquoi aurait-il quelque chose à se reprocher ? La colère montant en lui lui fit ainsi oublier que c'était en partie de sa faute, du fait qu'il s'était lui-même transformé en Bolipe. Presque automatiquement, des mots prirent forme dans son esprit, et il se hâta de les prononcer.

"Mais vous êtes pas bien ?! C'est vous qui m'avez tiré dessus ! Vous pourriez faire plus attention !" lui cracha-t-il au visage.

La hargne de Anva'ar ne semblait pouvoir qu'augmenter, alors que son interlocutrice, apparemment non perturbée par ses mots, reprit la parole, désignant la protubérance fixée dans sa cuisse. Elle entreprit de lui expliquer qu'il ne devait pas retirer la flèche car elle empêchait le sang de s'écouler. Le Hajhira n'arriva pas à s'empêcher d'émettre un rire presque hautain. Ce n'était pas la première fois qu'il se faisait poignarder par quelque chose. Ses jours à Nèpres lui avaient laissé pas mal de cicatrices d'ailleurs. Ainsi, il était bien au courant de ce qu'il se passerait s'il retirait la flèche : le sang qui s'écoulait jusque ici à un faible rythme se mettra à jaillir de la plaie, et il serait ainsi dans de beaux draps. Le voleur se mit à fixer la femme d'un regard noir avant de reprendre d'un ton toujours aussi agressif :

"Pour qui vous me prenez ? Je suis pas débile au point de faire ça !"

La chasseuse (tout du moins c'est ce qu'il pensait qu'elle était) ne flancha pas sous son commentaire et reprit la parole pour lui proposer de l'accompagner jusqu'au plus proche village. Anva'ar s'apprêta à refuser, toujours sur le coup de la colère, avant de repérer une chose inhabituelle. Un corbeau perché sur une branche non loin en décolla, afin de venir se poser sur l'épaule de la femme, comme s'il souhaitait lui parler. Cet évènement failli rendre le Hajhira bouche bée, et lui permit de reprendre contrôle de ses émotions afin d'éviter de faire une grosse erreur. En effet se rendre jusqu'au village le plus proche aurait été extrêmement difficile avec une flèche dans la jambe, et il ne disposait ni des moyens, ni des connaissances nécessaires pour soigner la blessure. De plus, il pourrait observer de plus près ce corbeau, qui semblait avoir une relation spéciale avec cette chasseuse.

Après un bref temps d'attente, un long soupir se fit entendre, et Anva'ar brisa le silence :

"D'accord, mais ne penses pas que ça excuse ça !" s'exclama-t-il en montrant la flèche planté dans sa cuisse, pour l'emphase. "... Pourrais-tu m'aider à me relever s'il te plaît ?" lui lança-t-il alors qu'il tentait vainement de se tenir debout en s'appuyant le moins possible sur sa jambe.

Voir le profil de l'utilisateur

Yelen Dil'Kran
Guilde : Lame de l'Ombre
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2016
avatar

MessageSujet: Re: A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]   Jeu 3 Nov - 12:41


-Mais vous êtes pas bien ?! C'est vous qui m'avez tiré dessus ! Vous pourriez faire plus attention !


Attention à quoi ? À un bolipe parmi un troupeau de bolipes au beau milieu de la forêt. C'était plutôt ce type qui était pas bien, à prendre des risques inconsidérés. C'était quoi ce délire? Quel était l'intérêt de faire ça ? Yelen garda son calme, une de ses rares qualités : quelqu'un qui avait de idées aussi inconcevables ne méritait pas qu'elle s'énerve pour lui. Même s'il semblait la détester cordialement et qu'elle était bien loin elle aussi de le porter dans son coeur.
Elle était tellement sympa qu'elle lui donna un conseil pour sa flèche. Elle aurait peut-être mieux fait de s'abstenir.

-Pour qui vous me prenez ? Je suis pas débile au point de faire ça !

Ah. Monsieur je-me-transforme-en-bolipe-dans-la-forêt n'était pas assez idiot pour vouloir retirer une flèche plantée dans sa cuisse. Yelense demandait bien comment elle aurait pu le savoir, puisque jusque là il ne lui avait pas donné l'image de quelqu'un de particulièrement... Dégourdi. Tant pis. Il n'empêche que la demoiselle détestait cordialement les accidents de chasse et que si elle laissait traîner ce type ici, qu'il s'en sortait, et qu'il allait raconter tout ça, sa réputation allait en prendre un sacré coup. Hadra, qui venait de se poser sur son épaule avec un petit commentaire fort sympathique, était le seul réconfort dans cette histoire.
Yelen remarqua la surprise sur le visage du Hajhira à ce moment. Il est vrai que le Vif provoquait souvent son petit effet, quand une intimité anormale se faisait ressentir entre l'homme et l'animal. L'avantage était principalement que grâceà ça il arrêta de l'agresser en lui parlant pendant un instant. Si ça avait duré plus longtemps, genre une heure ou deux, la Lame l'aurait peut-être trouvé supportable. C'était vraiment bien le silence. Le long soupir qui suivit, ça allait encore. Mais la victime malencontreuse de son tir reprit la parole.

-D'accord, mais ne penses pas que ça excuse ça !


Yelen leva les yeux au ciel alors qu'il désignait la flèche. Elle ne retint pas sa réponse cette fois-ci, qui jaillit d'un ton acerbe. Le chemin jusqu'au village allait être long.

- J'ai jamais dit que je m'excusais, au cas où t'aurais pas remarqué.

Hors de question d'aller ramper en implorant pardon, encore plus pour une faute qu'elle n'avait pas commise. Enfin si, théoriquement, mais elle n'était pas responsable de tous les abrutis qui se décidaient à vivre en troupeau avec des bolipes dans la forêt où elle chassait.

... Pourrais-tu m'aider à me relever s'il te plaît ?


La femme au corbeau préférait largement qu'on lui parle sur ce ton. Déjà parce que ça mettait en évidence sa position de force, peut-être temporaire mais bien réelle, et ensuite parce que ça rappellerait peut-être à ce type qu'il ferait bien de la boucler cinq minutes, en signe de remerciement.
Yelen l'aurait bien fait attendre, le temps que ça monte au cerveau, mais il risquait de à montrer encore plus désagréable s'il remarquait qu'elle y mettait de la mauvaise volonté.
Sans répondre, elle fit un mouvement d'épaule. Hadra prit son envol en croassant, avant de voler en cercle autour d'eux. Il n'avait jamais aimé se faire virer de son perchoir de la sorte.
" Tu devrais le laisser là, les oiseaux et les charognards le mangeront quand il sera mort..." glissa-t-il comme un murmure à sa camarade. "Ne me tente pas." .
Yelen s'accroupit à côté de sa victime, avant de glisser son bras dans son dos de manière à pouvoir l'aider à se relever. Il était plus petit qu'elle, et peut-être un peu plus léger, ce qui facilitait plutôt les opérations.

- C'est par là,
dit elle en pointant la bonne direction avec sa main libre.

Elle ne mentait pas, elle comptait tout simplement passer par un raccourci qui lui était fort utile lorsqu'elle souhaitait abréger son retour après une partie de chasse. Comme en cet instant. Il ne connaissait certainement pas cette route, quoiqu'il était peut-être du coin... Non, Yelen n'y croyait pas tellement. Comment quelqu'un habitant ici pourrait-il avoir l'idée de se transformer en bolipe au milieu d'un troupeau ? Comment quelqu'un aurait-il pu survivre ici avec des idées pareilles ?
La proximité physique avec cet individu lui était tout à fait insupportable, et elle se maudit d'avoir proposé de l'aider. Elle aurait mieux fait de passer son chemin et personne n'aurait jamais su que c'était elle la responsable.

- Et sinon c'était quoi ton délire? Partir vivre en pleine nature avec les bolipes ? T'as pourtant dit que t'étais pas idiot...
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]   


 
A la chasse au Hajhira [PV : Yelen Dil'Kran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Malaggar :: Kirim-
Sauter vers: