Hadriack • Capitaine pirate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hadriack
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Coutelas minutieusement ouvragé, tricorne, quelques épissoirs.
Messages : 6
Date d'inscription : 28/05/2016
avatar

MessageSujet: Hadriack • Capitaine pirate   Mar 18 Oct - 15:11




Hadriack

« Rien n'est plus artificiel que le plaisir de s'oublier. »


Informations générales

❖ Âge : 47 ans.
❖ Taille : 178 cm.
❖ Poids : 73 kg.
❖ Race : Humaine.
❖ Peuple : Elyakies.
❖ Classe sociale : D'une richesse notable.
❖ Lieu de vie : Son propre navire, La Fringale.
❖ Guilde ou clan : Les pirates d'Opanir.
❖ Situation familiale : Marié, deux enfants, sans doute dans la fleur de l'âge désormais...
❖ Métier ou poste : Capitaine pirate.

Inventaire et biens

Il n'est rien de plus prestigieux que son propre navire. Cet aéronef, volé il y a de cela quelques années et apprêté pour des escapades audacieuses aux quatre coins de l'archipel. Son cœur abrite une fabuleuse lanythe bleue, ainsi qu'une quantité effarante de victuailles, afin de nourrir et soûler l'équipage entier. D'aucun relate la fabuleuse histoire de La Fringale : la splendeur de ses fleurons en or massif ou tout simplement la prestance de ses périples passés.

Caractéristiques notoires

L'horreur et l'aversion, tels sont les sentiments s'insinuant dans votre esprit. La difformité de son faciès lui ont valu quelques sobriquets élégants : le brûle-gueule est certainement le plus répandu de tous. Chair calcinée, dévorée, tuméfiée à certains endroits. Qu'importe, il demeure l'immondice des eaux. Afin de n'éveiller aucun soupçon, aucun flot de questions irrépressibles, le pirate cache ces vestiges d'un temps qu'il préfère oublier. Ainsi l'apercevrez-vous, dissimulé sous son large tricorne, le sourire presque narquois.

Il est à noter qu'en raison de ses brûlures, l'effort, poussé à un certain niveau, lui est impossible. Ne transpirant pas normalement, il risquerait une mort certaine, couplé au fait que son nez est en majeure partie rongé, rendant sa respiration saccadée.

Cerner votre personnage

1. Comment votre personnage serait-il perçu en société ? Dans le cercle privé ? De son point de vue personnel ?

❖ Le cercle privé ? Cela fait bien longtemps que cette sphère n'est plus connue d'Hadriack. Toutefois, ceux l'entourant craignent sa présence. Maladif, maudit... de nombreuses histoires à dormir debout circulent à son propos. Néanmoins, "l'épouvanteur" sait en tirer bénéfice : le marchandage est d'une facilité déconcertante, les abordages... réfléchissez quelques secondes, n'y a-t-il pas plus efficace que la panique ?

Quant au principal intéressé... disons qu'il essaye tant bien que mal de dissocier ses pensées de son état. Nul miroir n'est présent à bord. Admirer ses plaies lui déplaît. Bien qu'il tend à accepter ce nouveau lui, une autre part cherche encore une identité... Tiraillement qui n'a de cesse de l'angoisser, tant et si bien que ses nuits se ponctuent d'expériences cauchemardesques, de cris, de sueur perlant son front et ses tempes. Le temps n'opère aucun changement. Cette acceptation, il devra la chercher par ses propres moyens.

2. Quelle vision votre personnage a-t-il des autres peuples de Thoronir ? (Merci d'aborder chaque peuple afin que l'on puisse embrasser une vision d'ensemble.)

❖ Bien qu'il connaisse la plupart des spécificités de chaque peuple, il ne nourrit pas spécialement d'opinions diverses. Peut-être trouvera-t-il la dictature draturis trop sectaire. Peut-être qualifiera-t-il d'abominable l'esclavage elyakie, risible le dévouement religieux a'ërith... Oui, à bien y réfléchir, seuls les galbuks et nazakhins conservent une image plus ou moins agréable.

3. Quels tics et manies possède-t-il ? (Question facultative)

❖ En cas de contrariété, Hadriack fume quelques feuilles d'odyl'kum. L'euphorie le gagne, suivie bientôt par un sentiment de profonde répugnance. Du reste, il ajustera son tricorne, afin de vous signifier son mépris. L'indifférence instruit, paraît-il. Surtout lors de propos malavisés.

4. Quelles seraient ses réactions en cas de provocation ? De danger éminent ? De perte ?

❖ Si les provocations sont fines, elles feront très certainement mouche. Hadriack reste un individu brisé, verser du sel dans ses plaies encore béantes engendrera des conséquences vives. Meurtre déguisé. Torture sous forme de mise en garde, ou intimidation. Joute verbale. Coup imprévisible. L'imagination est la meilleure alliée de la cruauté.

Lors d'un danger éminent, Hadriack fera preuve d'un sang froid légendaire. Autrefois sentinelle, les rudiments du métier lui permettent d'établir des stratégies rapidement, sans sourciller. Il n'ira jamais au combat, préférant être spectateur de ses pièges, tactiques et autres subterfuges mortels. Sa condition physique ne lui permet que de supporter certains combats singuliers. Ni plus ni moins. Pour autant, en raison de ses qualités de meneur et de planificateur, aucun pirate n'ose remettre en cause ce comportement. Pour le moment.

La perte ? Comme beaucoup, il vous dira très certainement - avec une pointe de sarcasme - qu'il n'a plus rien à perdre. Or, il lui faudra apprendre le prix de certaines choses... de choses qu'il possède encore et qu'il perdra tôt ou tard.

5. Quel est son rapport avec la magie ? A-t-il des pouvoirs ? Si oui, les a-t-il développés ? Comment ?

❖ Aucun pouvoir ne circule dans ses entrailles. Le chamanisme du feu éveille en lui de terribles pensées. Être en proie aux flammes, les sentir vous lacérer la chair comme un vulgaire bout de viande. Non... cette idée l'insupporte.
Du reste, qu'importe, tant que ces sortilèges et autres drôleries se tiennent loin de sa personne.

6. Quel est son rapport avec la technologie ? Est-il l'auteur d'inventions spécifiques ? Lesquelles ?

❖ Récemment, les technologies draturis le fascinent. En particulier tout ce qui touche de près ou de loin à la biomécanique. Les implants, la capacité à bousculer les règles physiologiques. S'il pouvait seulement récupérer un semblant d'humanité, il aurait tôt fait d'entamer de longues et douloureuses opérations. Ainsi essaye-t-il d'en comprendre les ressorts, afin d'en saisir toute la profondeur, à son échelle.

7. Quel est son rapport avec la religion ? Quels rituels ou actes réalise-t-il dans ce cadre ?

❖ Lorsqu'il abandonna les siens, il abandonna par ce fait sa condition d'elyakie, ses croyances, ses racines. Prier un dieu n'a aujourd'hui plus aucun sens, plus aucune raison d'être. Cependant, il tend à respecter les pratiques et rituels y étant rattachés. Même s'il les évitera soigneusement, avec discrétion.

8. A-t-il des peurs, des craintes particulières ? Quelle pourrait être sa réaction en cas de confrontation avec ces dernières ?

❖ La difformité, dont la sienne. L'oubli, bien qu'il le recherche la plupart du temps. Le parfum d'Azvi, la chaleur des corps potelés de ses fils. Quantité de choses le rongent, nourrissant ses peurs les plus enfouis. Nul ne sait ce qu'il adviendrait, en cas de confrontation. Il l'ignore lui-même. Tétanisé, anéanti, terrifié ? En tout cas, il ne pourrait en ressortir qu'une émotion négative et fragilisante.

9. Quelles sont ses ambitions ? Quels moyens pourrait-il déployer pour parvenir à ses fins ?

❖ Pour le moment, il aspire à des choses matérielles pour se détourner de chemins plus spirituels. L'or, les parures serties de joyaux, la renommée, le confort. Toutes ces futilités pour lesquelles il risque sa vie et celle de son équipage à chaque instant.


Description physique et psychologique libre

Pour ceux et celles voulant un format plus classique, vous êtes libres de remplir cette partie (ou non). Dans tous les cas, les questions 2, 5, 6, 7, 8 et 9 sont obligatoires (bien que vos réponses pourront être incorporées dans cette partie même).

Découvrir ses racines et son histoire

Biographie de votre personnage :


CHAPITRE 1 • Les décombres de l'être


Lorsque l'ombre de la mort frôle votre esprit, vous êtes seul. Qu'importe la foule autour de vous, les bruits répétitifs, l'impression de chaud, de froid. Vous êtes condamné à subir cette épreuve, seul.
C'est ainsi que j'affrontai mon destin quand ces monstres d'Hydras me défigurèrent, me firent comprendre ma place dans la chaîne alimentaire. Quelle pire humiliation que la preuve de sa propre impuissance ? Cette nuit-là, tout devint flou. Je ne me rappelle que de cet instant, après des crachats sanguinolents, après cette main affable sur cette épaule tremblante. De brèves paroles échangées...

- Sentinelle... vous n'avez rien ? J'ai du user de mes pouvoirs de chaman po...

Tournant mon visage vers le sien, je fus la cause de son mutisme soudain. Il sut que les flammes m'avaient touché, finissant le travail de ces goules affamées. Autrefois respecté, adulé par mes comparses, je fus dès lors l'image de leurs cauchemars. Cette carcasse déshumanisée, sans autre rêve que celui de la normalité. Pris en charge par quelques guérisseurs, aucun de ces charlatans ne put me faire recouvrir mon apparence d'antan. Des jours s'écoulèrent, durant lesquels je n’aperçus ni ma femme, ni mes fils. Mes pensées furent ma seule distraction, tout comme elles furent mon indestructible prison. Qu'étais-je devenu ? Une charge pour les miens ? Un autre, condamné à regretter une projection passée de lui-même ? Je m'embourbai toujours plus profondément, me transformant peu à peu en cette coquille acariâtre dont la simple présence fascine et repousse. Quand je pus enfin quitter ce lit, reprendre possession de mon corps, je sus que je n'en étais plus le maître. Suivre des hommes et des femmes aux confins de cavernes brumeuses me parut d'une difficulté inimaginable. Bientôt, on me démit de mes fonctions, sans autre motif que celui d'y être "indisposé". Indisposé... mh, quelle ironie du sort.

- Hadriack, mon amour, n'abandonne pas, je t'en prie. D'autres chemins s'ouvrent à toi...

- Quels chemins ? Celui d'un époux hideux, avec qui les nuits charnelles ne sont plus qu'un souvenir amer ? Ou encore d'un père délabré, peut-être... subissant la pitié de ses propres enfants. Ne me demande pas ce que je ne suis pas en mesure de t'offrir, Azvi.

- Je...

- Oui, le désir n'est plus. Oublie ces aigres reproches...

- Que cherches-tu à me dire ? Tu ne peux pas... tu ne peux...

L'émotion transpira dans sa voix vacillante. Elle comprit, elle l'accepta. Quel autre choix s'offrait à ma femme ? Je lisais sur ses traits, ce fut un soulagement, quoi que difficile à admettre. Une lente expiration me délivra des griffes de la colère.

- Sois pour eux un pilier robuste. Aime-les pour deux.

M'avançant, je déposa sur son front un baiser amer. Ses bras entourèrent mon buste, le serrant une dernière fois. De temps en temps, il m'arrive de me remémorer cet instant... le contact de sa peau, les frémissements me parcourant. Une chimère éphémère qui me berce et m'apaise.

- Ce qui reste de l'homme que j'ai été...

Un temps d'arrêt me fut nécessaire. Je dus réunir la force recelée dans cette maigre enveloppe corporelle.

- Ce qui reste de l'homme que j'ai été... ne mourra-t-il jamais en toi ?

Un petit hochement de tête, tandis que les sanglots la firent hoqueter légèrement.

- Jamais. Non... jamais !

Lorsque l'ombre de la mort frôle votre esprit, vous êtes seul. Et lorsque vous quittez ce qui vous est le plus précieux au monde, vous êtes mortifié.

CHAPITRE 2 • Périples sinueux


- Vous êtes bien silencieux, capitaine.

- Azbaella. As-tu des nouvelles de l'aéronef ?

Un léger sourire se peignit sur ses lèvres.

- Il semble faire route vers l'île du crépuscule. Quels sont vos ordres ?

- Timonier ! A bâbord toute. Nous coincerons ces enflures... l'absence d'Olèk'tar nous sera plus que profitable.

L’œil perçant du prédateur fondant bientôt sur sa proie... Il scruta l'horizon, impassible devant l'infini. La jeune femme se retira, laissant place à une petite créature, la voix rocailleuse. Il s'agissait de Mastias d'Algue-Lourde, le maître d'équipage. Un brave compagnon, s'il en est. Du reste, un froussard qui n'ose l'admettre, sauf quand des ecales sont en jeu. C'est ce qui en fit un pirate hors-pair, d'ailleurs... ou une canaille sans nom.

- Z'êtes... z'êtes pas sérieux, quand même ? Naviguer en ces eaux, c'est s'diriger vers une mort certaine !

Ces paroles anxieuses ne firent que titiller ma patience. Plus nous traînions et plus le temps se jouait de nous.

- Les risques du métier, mon jeune ami. Contentez-vous de suivre les ordres, et de les suivre correctement.

- Bi-bien... au boulot, vous tous ! Le capitaine a parlé !

Sur ces mots, les rames s'activèrent, éventrant les flots vers l'île sinistre où notre butin s'offrirait bientôt.

*      *      *

- Alors ça mon capitaine, c'tait de toute beauté ! Ils étaient coincés comme des rats, bwahahaha ! MA JOLIE ! Du vin, on s'dépêche. On a un navire à fêter...

Tous joignirent leur choppe dans l'hilarité générale. Certains, déjà alcoolisés, tourbillonnaient au son des lyres. Les autres tentaient désespéramment de se réceptionner sans encombre sur le tabouret le plus proche. Je ne pris pas tellement part aux festivités, ce soir-là, préférant rester sur le pont, en compagnie des astres célestes et de notre nouvelle prise. Opanir brillait de mille feux, son crâne laissant une ombre morbide sur les eaux environnantes. Les effluves du parfum des putains, de l'hydromel coulant à flots... tout semblait d'une normalité déstabilisante. Le penser me rendit exécrable, peut-être car l'ivrogne que j'étais ne pu contenir la vague émotionnelle se saisissant de son âme.

- Regardez-vous... toujours aussi enclin à la bonne humeur.

Sans crier gare, je lui fis esquiver une de mes violentes pulsions. Qu'il se taise, qu'il se taise ! Qu'ils se taisent tous.

- Allons donc, calmez-vous ! Vous tenez à peine sur vos deux jambes ! Un peu d'air frais vous fera le plus grand bien. Si nous allions sur la plage ?

Me soutenant, Ian-Gigu m'amena sur le sable doux et tiède. Fouler l'ocre sablonneuse calma mes ardeurs. Je lui en fus d'une infinie reconnaissance.

- Elle vous manque, n'est-ce pas ? ... je veux dire, votre famille.

- Qu'est-ce que... hic, qu'est-ce que ça peut vous foutre ?

- Moi ? Rien. Mais j'imagine que ça vous turlupine depuis un sacré moment, déjà.

- J'ai pas de compte... j'ai pas de compte à vous rendre. VOUS M'ENTENDEZ ? Sous aucun prétexte ! Si vous êtes là pour faire l'aubergiste, allez vous-en ! Je n'en veux pas... j'en ai assez de la pitié !

- Bien, alors... capitaine, me fit-il, la tête légèrement inclinée.

Au bruit de ses pas, des perles vinrent dévaler mes joues tandis que mon pied fit valser quelques pierres jonchant le sol.

- Vous savez capitaine, nous savons tous deux quelle fut ma vie. Si je puis lever la tête, aujourd'hui... c'est car j'ai appris le pardon. Je me suis pardonné. Moi et le destin auquel je fus lié si longtemps.

- ... Nous embarquerons sur La Fringale à l'aube, faites-le savoir à nos hommes. Et pas un mot de tout ceci, je compte sur vous.

- La Frin... ? Mh, très bien.

Ce rafiot était baptisé. Et ce fut assez.

Relations, PNJs et animaliers :

Il s'agit ici d'énumérer sa famille, ses amis, ses connaissances, son équipage - s'il est matelot - ainsi que son ou ses animalier(s) et monture(s). Ce sont là vos compagnons de voyage ou vos liens tissés avant et après la validation de votre personnage.


Ian-Gigu (Environ 33 ans)

Maître voilier •• Exilé politique, il caressa autrefois les sphères nobles. Ayant cultivé une relation incestueuse avec une mère maquerelle, gérant l'un des plus grands lupanars de Morrokoth. Depuis peu, il semble réchappé de ses propres démons.

Azbaella (29 ans)

Navigatrice et astronome •• Jadis, elle fut une noble draturis, fille d'un ingénieur en laboratoire. Jusqu'au beau jour, où elle y pénètre en toute impunité, ayant dérobé les clés de son paternel. Elle y découvrira tout ce que la dictature occulte aux bonnes gens et finira par rejoindre l’équipage pirate, poussée par les siens.

Mastias d’Algue-Lourde (49 ans)

Maître d'équipage •• Autrefois chercheur de lanythe dans un équipage galbuk, son aéronef s'écrasa en plein désert. Commencèrent alors de longues années en tant que "technicien de surface" d'auberges miteuses. Il fut trouvé par Hadriack, lui insufflant l'ambition de capitaine pirate.

Jenda (environ 56 ans)

Chef cuisinière et combattante •• Rassurez-vous, Jenda n'a jamais eu l'intention de combattre, marmite à la main. Douce et féroce, compréhensive et implacable, la troll cultive deux aspects d'elle-même, bien que l'estomac des matelots soit sa priorité première. En dehors, si vous tenez à la vie, évitez d'être son ennemi.

Thoronir et vous

❖ Un p'tit sobriquet ? Ukrysis, Ukry, qu'importe. o/
❖ Comment êtes-vous arrivé sur le forum ?
❖ Quelles en sont vos impressions ?
❖ Seriez-vous prêts à laisser le staff disposer de vos créations ? Nan, j'laisse rien à ces clampins, faut pas rêver.




Dernière édition par Hadriack le Jeu 3 Nov - 16:08, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Hadriack
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Coutelas minutieusement ouvragé, tricorne, quelques épissoirs.
Messages : 6
Date d'inscription : 28/05/2016
avatar

MessageSujet: Re: Hadriack • Capitaine pirate   Jeu 3 Nov - 15:59

Bonjour, bonsoir !

Ma fiche est EN-FIN terminée !
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Hadriack • Capitaine pirate   Jeu 3 Nov - 16:04

Félicitations, t'es validée, youhou.
Voir le profil de l'utilisateur

 
Hadriack • Capitaine pirate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Plateforme d'invocation :: Atelier de confection :: Galerie des personnages :: Présentations validées-
Sauter vers: