Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]   Mer 28 Sep - 19:13

Le vent balayait la chevelure brune de l'A'ërith qui se perdait dans les bois, tentant de retrouver un rythme cardiaque correcte. Pourtant, elle ne cessait de regarder en arrière, pour vérifier qu'elle se tenait à bonne distance de ceux qui la coursaient. Ses pieds se contorsionnaient pour éviter les branchages et les racines qui lui barraient la route, ses chevilles lui hurlaient de s'arrêter pour enfin affronter ce qui la poursuivait, mais son coeur pleurait à chaudes larmes de ne jamais stopper son élan. Un pétrin, un enfer, duquel elle ne pensait jamais ressortir. Ses jambes ne la porteraient pas pendant des heures, il fallait que Senea soit réaliste : cette course poursuite ne durerait point longtemps, et elle serait bien la première à s'effondrer. Toute la forêt remuait autour de son être si fragile, et sa chute n'en serait que plus belle. Ses vêtements commençaient à s'effilocher au fil de ses mouvements trop brusques, peu habituels pour ce qu'elle faisait d'ordinaire. La jeune femme commençait à perdre pied, ses poumons ne tenaient plus le rythme effréné qu'elle leur imposait et bientôt, son corps entier la forcerait à arrêter. Sentant sa jambe se bloquer dans une racine apparente, elle ne put qu'anticiper le fait qu'elle se retrouverait bientôt inerte, sur le sol, à la proie de ceux qu'elle avait provoqué involontairement.

Mais la véritable question était celle-ci : Comment une demoiselle si peu dégourdie et si fragile avait bien pu se retrouver dans une situation pareille ? Il n'existe qu'une seule réponse, et vous saurez toujours vous y référer quand vous prononcerez le nom de Senea : la curiosité. Une fois de plus, ne laissant parler que son altruisme et son désir de connaissance, l'A'ërith se précipita dans la gueule du loup, sauta d'une falaise de plein gré, fonça dans le mur et s'écrasa lamentablement devant l'échec évident qui semblait plus évident qu'un nez au beau milieu de la figure. Sans se méfier, la jeune femme accepta une demande des plus saugrenues : aller récupérer un objet volé par des brigands. Ce qui lui avait été promis en retour ? Sans doute quelques pièces d'or, ou un repas, Senea n'était pas véritablement difficile en ce qui concernait les récompenses. Toutefois, ce qui l'attira le plus dans cette aventure fut bien le fait qu'elle doive se passer en Aurikann. Elle qui n'avait jamais mis un pied en dehors de Morrokoth, quelle aubaine de se voir « obligée » de s'en aller pour explorer d'autres terres. Un soupir s'échappa de l'entre ouverture de ses lèvres, alors qu'elle goûtait la terre avec amertume. Elle aurait du se méfier du trésor luisant et charmeur, afin de voir le gouffre qui se cachait derrière et dans lequel elle avait sauté à pieds joints.

Rapidement, ses assaillants la retrouvèrent, et en la voyant ainsi sur le sol, complètement inoffensive, ils ne purent s'empêcher de lâcher un rire gras et significatif de leur victoire. « Regardez moi ça, cette gonzesse a vraiment cru qu'elle pourrait nous semer ? C'est bien les femmes ça, toujours à faire les fières pour qu'on puisse encore mieux les écraser ! ». Le groupe s'approcha doucement de la demoiselle, l'observant sous toutes ses coutures. Composé de quatre personnes, toutes de sexe masculin, la bande s'organisa autour d'elle, croisant les bras. Senea était dans un état plus que pitoyable et risible. Une Dame de la Forêt mise en péril par des voyous de premier étage.. C'était ridicule. « Celui qui l'a envoyé nous chercher des noises devait bien lui en vouloir. On s'amuse un peu avec elle? ». Puis il lui donna un coup de pied dans les côtes, qui eut pour l'effet de la faire se recroqueviller sur elle-même en lâchant un couinement de douleur. Elle ne pouvait rien faire. Ni se défendre, ni s'enfuir. Aucune option à part souffrir en silence ne s'offrait à elle, et Senea se maudit alors milles fois de s'être embarquée dans une telle aventure sans réfléchir. Écorchée de partout à cause de sa course, elle sentait sa peau s'ouvrir, ses muscles faillir. Il ne leur faudrait pas beaucoup de temps pour la mettre définitivement hors d'état de nuire. Elle le sentait. Elle le voyait. Elle le savait. Fermant les yeux, elle toussa encore une dernière fois, alors qu'un coup lui était encore asséné. Tout du moins, c'était ce qu'elle croyait..

Kerhiel Flindir
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une épée, une dague, un arc et son carquois, une sacoche.
Messages : 7
Date d'inscription : 23/09/2016
avatar

MessageSujet: Re: Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]   Jeu 29 Sep - 15:04

L'air de la forêt était chargé d'odeurs de pins et de neige fraiche. Assise sur son cheval, Kerhiel observait le paysage tout en suivant les traces de sa proie. Cela faisait un certain temps qu'elle n'avait pas eu l'occasion de partir à la chasse. Elle aimait aider ses parents à l'écurie, mais il fallait dire que l'époque ou elle pouvait passer ses journées à explorer les montagnes et les forêts d'Aurikann lui manquait. Heureusement, son travail lui permettait de voyager souvent. D'ici quelques semaines, elle aurait d'ailleurs une livraison de chevaux à effectuer.

En attendant, elle comptait bien profiter de cette journée pour attraper du gibier. Sur le sol, elle avait découvert quelques empreintes de pattes. Les traces étaient encore fraiches dans la neige, et elle les avait suivies jusqu'au cœur de la forêt. Elle ne devait plus en être très loin. Arrêtant sa monture afin de les observer, la jeune femme entendit soudainement un cri s'élever dans l'air glacial. Fronçant légèrement les sourcils, elle tendit l'oreille afin de savoir d’où provenait le son. C'était une voix féminine, et à sa manière de crier, elle était en danger. Abandonnant sa chasse, Kerhiel tourna sa bride en direction de la voix.

- Au galop, Khalt !

Son cheval s’exécuta, courant à travers les bois aussi rapidement que la neige le lui permettait. Kerhiel était inquiète. Au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient, d'autres voix venaient s'ajouter à celle qu'elle avait entendue crier. Des hommes, peut-être trois ou quatre... En entendant leurs rires gras raisonner à travers la forêt, elle fit presser l'allure à son cheval. Cette femme était en danger, c'était une certitude. Il fallait qu'elle lui vienne en aide immédiatement. A force d'avancer dans leur direction, elle finit par apercevoir leurs silhouette se dessiner dans une clairière. Ils étaient quatre. Sautant à terre, Kerhiel laissa son cheval en retrait. Elle préférait ne pas les alerter avec le bruit de ses sabots. Ils risqueraient de fuir, et elle ne voulait pas leur laisser cette chance. S'approchant à pied, elle pouvait entendre des bribes de conversation :

- Regardez moi ça, cette gonzesse a vraiment cru qu'elle pourrait nous semer ? C'est bien les femmes ça, toujours à faire les fières pour qu'on puisse encore mieux les écraser ! Celui qui l'a envoyé nous chercher des noises devait bien lui en vouloir. On s'amuse un peu avec elle?

Son sang ne fit qu'un tour. Elle pressa le pas, faisant cliqueter ses doigts contre le manche de son épée. Elle ne savait pas ce qui s'était passé, mais une chose était sûre : ils allaient passer un sale quart-d'heure... Ces bandits étaient aussi lâches que minables, pour s'attaquer ainsi à une femme sans défenses. Bientôt, les rôles s'inverseraient. En arrivant dans la clairière, Kerhiel sentit son sang bouillonner en elle. Au sol, une jeune femme gisait, recroquevillée. Ses habits étaient déchirés et couvert de neige sale. Devant elle, quatre hommes souriaient, visiblement amusés par la situation. L'un d'entre-eux venait tout juste de lui assener un coup dans les côtes, tendis qu'elle essayait de se protéger tant bien que mal. Quel scène écœurante... Sortant son épée de son fourreau avec un crissement aigu, Kheriel serra les mâchoires avant de s'avancer dans leur direction, le regard noir.

- Sales ordures... Feula t-elle. Vous n'avez pas d'honneur.

Les quatre homes délaissèrent leur victime pour la regarder avec une stupéfaction qui donnait à leurs visages un air stupide. Ils ne s'attendaient pas à voir quelqu'un venir ici. Ils ne s'attendaient pas non plus à ce qu'il s'agisse d'une femme. Le plus proche d'elle sourit d'un air de défi tout en sortant sa propre épée.

- Viens ma jolie, l'invita t-il, j'ai pas peur d'une gonzesse comme toi.

Il allait vite apprendre à en avoir peur. Poussant un cri de guerre, Kehriel fonça doit lui lui, abattant sa lame contre la sienne avec violence. Le choc de l'acier contre l'acier fit reculer l'homme de quelques centimètres. Étourdi, il perdit d'un coup son sourire. Il se croyait plus fort qu'elle. Il l'était peut-être, mais il maniait son arme comme un gosse. Kerhiel s'était mise à lui envoyer de puissants coups, esquivant le peu qu'il parvenait à lui assener. Autour d'eux, les autres commençaient à perdre leur assurance. Les yeux plissés par la colère, elle continua de frapper jusqu'à ce que son adversaire soit épuisé. D'un coup vif, la jeune femme lui entailla profondément le ventre. Lâchant un cri de douleur, l'homme tomba dans la neige.

- Lorsque l'envie te prendra de maltraiter plus faible que toi, souviens toi de la défaite que je t'ai infligée. Cracha t-elle.

Elle avait très envie de le ruer de coups, comme il venait de le faire avec cette jeune femme, mais elle ne pouvait pas s'abaisser à son niveau. Ses parents et son peuple lui avaient appris à avoir de l'honneur, et l'honneur ne permettait pas de frapper un homme à terre.

Se redressant, Kerhiel regarda autour d'elle. Deux des bandits avaient pris la fuite, quand au troisième, il la regardait, visiblement, sans savoir quoi faire.

- Ramasse cette ordure et disparaissez. Lui ordonna t-elle sèchement. Si je vous revois encore dans les parages, vous êtes morts.

Le bandit acquiesça. Chancelant, il alla aider son camarade à se relever puis ils s’éloignèrent à travers la forêt. Celui qu'elle avait blessé ne passerait probablement pas la nuit, mais elle s'en moquait. De tels lâches ne méritaient aucune pitié. Si cette jeune femme n'avait pas été là, elle les aurait d'ailleurs éliminés jusqu'au dernier. Ils ne lui inspiraient que du dégout...

Kerhiel passa sa lame dans la neige afin de la débarrasser du sang qui l'empoissait. Elle la rangea ensuite dans son fourreau pour se tourner vers sa protégée.

- Relève-toi... Fit t-elle en lui tendant la main. Ils sont partis.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]   Ven 30 Sep - 19:26

Alors que les coups s'enchaînaient au rythme que les rires grandissaient autour d'elle, l'A'ërith continuait de se recroqueviller, en priant un Dieu quelconque qu'elle s'en sorte vivante. Fataliste, la jeune femme n'était pas pour autant prête à mourir alors qu'elle sortait à peine du cocon familial. Son corps entier se mit à trembler, secoué de spasmes de souffrance, autant physique que psychologique. Elle se martelait intérieurement, se maudissait d'être si sotte, si idiote. Elle en vint même à peser le pour et le contre de son départ du foyer, et à regretter sa décision. Elle qui avait été enfermée pendant des années, s'était retrouvée plus bas que terre face à ses propres géniteurs, voulait à présent rentrer se cacher dans les jupons de ces derniers ? C'était ridicule. Elle était ridicule. Serrant la main qu'elle protégeait dans le creux de son ventre comme si elle cachait l'enfant qui sommeillait encore dans son esprit, elle prit une grande respiration afin d'encaisser le prochain coup qui lui serait adressé. Il fallait qu'elle tienne le coup, qu'elle survive. Tout ceci n'était que le début de sa cohabitation avec le monde extérieur. La jeune femme le savait terriblement cruel, mais aussi empli de miséricorde qui finirait bien par lui tomber dessus un jour où l'autre. La roue tournerait. Peut-être pas maintenant, sûrement pas demain. Mais un jour, si elle parvenait à franchir cet obstacle qui pour l'heure lui paraissait insurmontable.

Et, la violence s'arrêta. Les yeux fermés, Senea se mit à réfléchir à toute vitesse, faisant carburer ses méninges dans un sens, puis dans l'autre. La solution finirait bien par venir. Avaient-ils abandonné son cadavre dans la neige, après s'être persuadés seuls de son inutilité ? S'étaient-ils enfuis vers une autre proie bien plus alléchante qui pourrait les distraire plus longtemps ? Elle l'ignorait. Mais l'idée seule d'ouvrir les yeux la terrorisait. Que se passait-il, au beau milieu de ce bois, alors que son corps étendu ne lui répondait plus ? Puis, en écoutant attentivement, elle se rendit compte que l'attention ne portait plus sur elle, mais visiblement sur une autre femme venue s'interposer. « Non.. ». Se crispant doucement, elle commença à appuyer sur ses bras pour se redresser. Quand bien même ses efforts s'avéreraient vains lors d'un combat, elle ne céderait pas à la facilité. Laisser un inconnu risquer sa vie pour sauver la sienne.. Comment se le pardonner, si elle finissait par disparaître à sa place ? Si son altruisme l'eut poussé dans la gueule du loup, Senea connaissait assez ses maigres capacités pour confirmer qu'elle ne serait jamais de taille. Ses muscles continuaient de hurler alors qu'elle puisait dans ses dernières forces. Le froid lui glaçait l'épiderme, quelques plaies ouvertes se déversaient et tâchaient la neige immaculée. Certes, elles n'étaient que superficielles, mais suffisantes pour handicaper une inculte des champs de bataille n'ayant jamais vu la moindre trace de sang de son existence.

Pourtant, elle restait immobile, ses articulations refusant de lui répondre. Les cris se succédaient, une voix rauque s'éleva dans le ciel, et elle crut reconnaître un des hommes. Le combat venait de débuter et elle se tenait inerte sur la neige, alors que sa conscience lui revenait progressivement. Elle tourna la tête et ouvrit enfin les yeux pour admirer le « spectacle » qui se déroulait devant ses yeux ébahis. Elle distinguait la silhouette de la jeune femme venue lui prêter main forte, mais alors qu'elle posait sa main dans la sienne, la panique la prit. Regardant à droite, puis à gauche, ses sens se mirent en alerte. Ou étaient passés ses assaillants ? Elle secoua la tête. Senea s'appuya alors sur l'inconnue pour réussir à se redresser malgré ses blessures et elle finit par balbutier quelques mots, embarrassée, alors que le rouge montait à ses joues. « Je.. ». Elle hésitait. Que dire, que faire, face à quelqu'un qui vient de vous sauver la vie ? « Un merci ne pourrait pas exprimer ce que je ressens à votre égard. ». Et, sans réfléchir, ses yeux se mirent à courir sur le physique de sa sauveuse. S'attardant sur les peintures de guerres qui recouvraient son corps ainsi que ses vêtements, elle avala sa salive, et son regard s'illumina. Elle se trouvait en face d'une femme forte, ne se laissant aucunement abattre par l'adversité. Et c'est dans un élan d'admiration qu'elle poursuivit. « Vous avez été.. remarquable. ». Un sourire égaya ses traits candides, lui donnant un air d'enfant qui lui correspondait à merveilles. « Je... ». Des larmes se mirent à rouler sur ses joues, descendant jusqu'à son cou meurtri. « Je suis désolée de ne pas avoir pu vous venir en aide. ». Son corps se mit à trembler, pris de soubresauts. « S'il vous était arrivé quelque chose, si vous n'aviez pas pu vous en sortir par ma faute je.. ». Cachant son visage dans ses mains, elle laissa ses émotions prendre le dessus et se mit à pleurer à chaudes larmes. Senea était un véritable ouragan, un torrent de sensations qui se confondaient entre elles, s'entrechoquaient brutalement. C'était sa première agression, ce ne serait pas la dernière, mais elle serait mémorable..


Kerhiel Flindir
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une épée, une dague, un arc et son carquois, une sacoche.
Messages : 7
Date d'inscription : 23/09/2016
avatar

MessageSujet: Re: Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]   Mer 5 Oct - 13:00

Lorsqu'elle put finalement entrevoir le visage de sa protégée, Kerhiel constata qu'ils s’agissait d'une jolie jeune femme d'environ son age. Ses traits étaient fins et harmonieux, mais les longs cheveux bruns qui cascadaient le long de ses épaules étaient tout ébouriffés. Elle semblait terrifiée. Son corps était couvert de blessures légères, quand à ses vêtements, ils étaient sales et déchirés par endroits. A en juger par sa façon de s'habiller, elle n'était pas d'ici. Que faisait t-elle seule dans un endroit pareil ? Les questions viendraient plus tard. Pour le moment, Kerhiel devait s'assurer qu'elle allait bien. Elle plongea son regard bleu glace dans le sien, la laissant s'exprimer.

- Je... Murmura la jeune femme. Un merci ne pourrait pas exprimer ce que je ressens à votre égard. Kerhiel n'était pas habituée à recevoir autant de gratitude. La sauver de ces vauriens n'avait pas été très difficile, et elle était bien heureuse de leur avoir donné une bonne leçon. Il n'y avait vraiment pas de quoi l'en remercier autant.

- Vous avez été... remarquable. Ajouta t-elle. Je... Je suis désolée de ne pas avoir pu vous venir en aide. S'il vous était arrivé quelque chose, si vous n'aviez pas pu vous en sortir par ma faute je...

Cachant son visage entre ses mains, la jeune femme s’interrompit pour se mettre à pleurer.
C'était une réaction normale... Ce qui venait de se passer avait du la secouer. Qui sait ce que ces hommes auraient pu lui faire subir, après l'avoir battue ? Kerhiel ne préférait pas y penser. Dégrafant la peau de fourrure qu'elle portait sur ses épaules, elle en enveloppa doucement la jeune femme, frottant sa main contre son dos.

- Ne t’inquiète pas, je savais que ces bandits n'auraient pas pu me battre. Répondit t-elle. Et quand bien même ils en auraient été capables, je n'aurais pas pu les laisser te faire du mal sans réagir... Allons calme-toi, c'est fini.

Elle laissa la jeune femme se remettre de ses émotions quelques instants, reculant afin d’appeler son cheval par un sifflement. Quelques secondes s'écoulèrent avant que l'étalon noir arrive au galop, fendant la neige sur son passage.

- Arrête-toi, Khalt... Lui dit t-elle en caressant son front. Le cheval obéit, la laissant prendre ce dont elle avait besoin dans la sacoche qu'il portait à sa croupe. Elle récupéra quelques morceaux de bois secs ainsi qu'un silex, puis se mit à faire un feu dans la neige. Les flammes étaient basses, mais ce serait suffisant.

- Viens t'assoir, fit t-elle à l'intention de la jeune femme. Il faut que tu te réchauffes. Elle s'installa elle-même près du feu, offrant un morceau de viande séchée ainsi qu'une gourde d'eau à sa compagne. Tiens, prends-en. Tu te sentiras mieux.

Heureusement, ses blessures n'avaient pas l'air très graves. Elle pouvait marcher, et ses paroles étaient compréhensibles. Après avoir mangé, bu et s'être chauffée, cette jeune femme se sentirait déjà mieux. Kerhiel la laissa se reposer quelques minutes, écoutant le crépitement du feu tout en regardant alternativement le paysage, puis la jeune femme. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas retrouvée en forêt avec quelqu'un. A bien la regarder, elle se demandait si elle n'appartenait pas au peuple A'ërith. Ses vêtements légers ainsi que l'aura qu'elle dégageait le lui faisait penser, mais elle se trompait peut-être.

- Je m’appelle Kerhiel, fit t-elle, et toi ?
Voir le profil de l'utilisateur

 
Une âme pour en sauver une autre [PV Kerhiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Aurikann-
Sauter vers: