La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Mer 29 Juin - 12:31

La "luth" des dépravés



Je poussai la porte d'une auberge, semblable à mille autres. L'âtre en son centre réchauffait des grillades tout en mettant du baume au cœur (et à la panse). Plusieurs tables, éparses, supportaient quelques corps alcoolisés et mets copieux tandis qu'un alliage de parfums fleuris et fanés planait ici et là, les flammes ravivant des traits aigris, fatigués, dépités et guillerets. Les éclats de voix accompagnaient une scène de musiciens, à moitié éveillés. J'en étais presque offensé.

Me voici qui m'avançait, prêt à m'inviter à la table d'une belle donzelle. Le pas aussi assuré que boiteux. C'était là les joies d'une nature se voulant spectatrice d'affrontements particuliers. Le tibia endolori par je ne sais quelle créature, je chancelai jusqu'à ma chaise, affriolé par l'odeur exquise du gibier rôti. J'avais l'air fin, ainsi.

- Hé là, ma bonne dame, voudriez-vous donner une miche de pain au piètre mendiant que je suis ?

- Ahaha, mendiant, vous ? Avec des haillons de nobliard ? Ce luth de chante-malheur ? Vous pouvez vous la carrez où j'pense, vot' miche de pain, mon brave.

- Quel langage raffiné, vous me faites toute chose, mignonne.

- Tout comme mon pied au cul si vous dégagez pas d'là !

Me ravisant, j'allais me retirer quand un "pouf" vint me signifier que j'avais malencontreusement bousculé un bûcheron musclé (ou tout autre énergumène du même acabit).

- Veuillez m'excuser... fis-je, tentant de me dépêtrer de cette situation gênante.

Mais le voilà qui me saisit par le haut du col, le regard mauvais et empli d'une rage folle :

- Alors comm' ça, on fait l'enjôleur 'vec ma femme ?!

- Oh, cette grosse tru... euh, ce joli bout d'chou ? Non, bien sûr que non. Regardez-moi !

Je réajustais ma "redingote" de "nobliard", tentant le tout pour le tout en souriant d'une façon si ridicule, que j'en aurais sûrement ri si je n'étais pas dans ce sale pétrin.

- C'est qu'il se fout'rait d'ma tronche en plus ! Oh toi, tu vas déguster mon poing bien comme i' faut !

Un son de corde pincée me fit légèrement tourner la tête.

- R'garde cet instrument. On pourrait p'têtre le r'vendre. Une sorte de dédommagement, dis ? ricana sa femme tout en arrachant une à une mes précieuses ficelles.

- NON ! Pas le luth ! TOUT mais pas ça !

- On va s'gêner, ça t'apprendra à faire le ma... PAF.

Un poing venu de nulle part vint s'écraser sur sa face grossière bientôt suivi par d'autres. En prenant le recul nécessaire pour me frapper, ce manche avait tapé la tête d'un client, ce dernier atterrissant rapidement dans sa soupe brûlante. La barbe gouttant, le nez enivré d’hydromel, le voici qui se vengeait, entraînant bientôt avec lui d'autres timbrés de l'auberge.

"J'ignore comment cette bastringue va se terminer mais une chose est sûre... je dois vite décamper !"


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Mer 29 Juin - 22:21

[NB: j'ai fait la réponse sans avoir ton message sous les yeux, du coup j'ai fait retomber l'action vachement vite. Si ça te plait pas, dis le moi je la refait :D Te gène pas, c'est pas un problème pour moi ^^]

Ah les auberges !

Lieu convivial de ripailles et de rencontres, de passage et d'errances, d’égarement et... De réunion. Oui oui, de réunion. On va tout de même essayer de vous donner de l'Amicale Anthropologique une image à peu près décente mais on ne va pas se mentir : le lieu n'était pas choisit pour rien. Aussi sérieux et fiables que fussent les membres de la guildes, ils n'en restaient pas moins des amateur de bonne chair et de bon temps. Particulièrement les musicologues. Et surtout les troupes menées (entre autre) par Lia Chante-Clair, maître de la beuverie suprême, amoureuse de la viande juteuse en broche et infaillible en recrutement intempestif autours d'un verre d'alcool. Puis de deux. Puis de... Vous avez vraiment le courage de tous les compter ? Croyez moi, non. Mais bref.

Toujours est-il que, avec l'expérience, Lia avait transformé sa capacité à repérer les gens fiables en art et que, attablés à leur tables, les deux grands cons qui braillaient devant leur plats ne lui inspiraient aucune confiance. Aussi, lorsqu'un jeune homme transportant un Luth magnifique (non, mais très sérieusement, vous avez vu le travail ? Les finitions ? Hmmmm... D'où il vient ce Luth ? Oooouuuuuh le son doit être magnifique. C'est quoi comme bois ? ) adressa la parole à la jeune femme elle fit la moue.

Décidée à ne se mêler des affaires d’autrui que si l'affaire se corsait vraiment, l'ensemble du groupe regardait l'altercation commencer d'un œil distrait tandis. De même quand le molosse entra dans la danse, bien que la tension fut un peu plus là (certain des mercenaire commençant à trépigner à l'idée d'une baston généralisée).  Quand la baston générale commença à éclater, les plus sages du groupe retinrent les plus téméraire, préférant rester en dehors de ça. Mais voilà. L'abrutis venait de prendre le Luth pour taper quelqu'un avec. Et ça. ET CA !

Lia sauta au bas de son tabouret à la vitesse de l'éclair, grimpa sur la table tout aussi vite et vint poster sous le nez du malotru son index d'un air autoritaire.

-Vous la grosse brute, vous reposez cette beauté tout de suite ou je vous fait manger vos fringues PAR LE TROU DU FION !

Rouge de colère, elle était furibonde. Petite silhouette toute colorée, les cheveux coiffés en tresse perlées, un air de matrone autoritaire sur le visage, elle n'était pas tout à fait crédible. Cependant, son intention de sauter à la gorge de l'Autre pour la lui arracher avec les dents s'ils abîmait l'instrument plus qu'il ne l'avait déjà fait était tellement palpable que l'Imbécile mit un temps avant de réagir et de rire à gorge déployée. Suivit par le reste de la foule. Grognant, Lia se préparait à lui sauter à la figure quand une voix d'outre tombe, hideuse, retentit dans son dos.

-Ca va aller Lia. Tu te calme et le monsieur va rendre son instrument à l'autre monsieur.

Jiyrul, une a'ërith de presque trois mètres à la peau rocheuse, un petit arbre lui sortant des épaules, la face écrasée où s'enfonçaient deux petits yeux ardent, flanquée d'une bouche pleine de dent regardait l'Idiot. L'ensemble des gens qui étaient partis pour se battre lancèrent des regards circonspect au groupe. Deux trois personnes, visiblement entraînées et armées venaient de se lever. Un autre troll les lorgnaient méchamment. La tension retomba d'un coup. L'Idiot tendit le Luth à son propriétaire, tentant de ne pas paraître trop penaud, mai... Il n'arriva pas entre ses mains. Lia l'avait intercepté.

Elle avait l'air d'une amante inquiète, tournant l'instrument dans tout les sens d'une main experte, sortant son carnet de trouvaille pour croquer la Beauté et prendre des notes. Les dégâts étaient réparables. En une nuit, avec le bon bois...

-Mon pauvre Ami... Quels brutes.. Comment osent-ils ?


Jiyrul toussa, la regardant d'un air accusateur, pointant du menton le pauvre propriétaire de l'instrument. Lia lui offrit un sourire désolé et lui rendit le Luth.

-Oups, pardon. C'est vraiment un magnifique objet. Vous savez d'où et de quand il vient ?
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Jeu 30 Juin - 18:05

[HRP : Le "manche", c'était le musclé, pas le manche de l'instrument, mais au final ça simplifie le rp, alors pas de soucis. xD - pis t'façon en choisissant ce mot, j'me disais bien que ça pourrait prêter à confusion :c -). Sinon c'est tout nickel, tu n'as rien à changer, le rythme est parfait ! :D]

J'étais stupéfait, muet comme une carpe. Les événements s'étant déroulés devant mes yeux, mon luth malmené, une galbuk sur les nerfs... il y a des jours où une ribambelle d'actions plus improbables les unes que les autres défilent à votre regard, sans qu'on n'y puisse rien changer.
Pour dire vrai, je n'avais jamais pu voir un galbuk de près et encore moins parler avec l'une de ces petites créatures. De ce fait, en voir une, en chair et en os, devant moi, me rendait, il faut le dire, un peu plus gauche qu'à l'accoutumée.

- Oups, pardon. C'est vraiment un magnifique objet. Vous savez d'où et de quand il vient ?

- Que... hein ? Ah ! De mon propre atelier, mh...

Je balayai du regard la pièce, scène du carnage dans lequel je baignais plein pot. Entre les silhouettes grelottantes de peur et les rescapés de guerre (bon pour une tonne de glace afin d'endormir œil au beurre noir et autres caresses brutales), difficile de se sentir pleinement à l'aise. Toutefois, mes joues furent empourprées dès lors que j'aperçus l'adorable croquis esquissé par ma sauveuse. Savoir reconnaître mon travail ne pouvait que me toucher et je sentais une once d'admiration et de passion dans ses gestes calculés, dans le tréfonds de ses yeux. L'heure était venue de me présenter.

- Pourrais-je avoir le nom de cette âme téméraire se trouvant devant moi ? Pour ma part, je me nomme Sylsiza'an, Sylsiza'an Hrothgar. Mais... la plupart m'appellent Sylsi afin de ne pas trop se perdre parmi ces syllabes alambiquées, ahaha. Ah...

Aussi drôle qu'une pintade crevée. Vraiment.

- Et... ne soyez pas si désolée, après un bon rafistolage, je devrais pouvoir en rejouer très prochainement. Ce n'est pas la première fois.

Je me rappelais de mon altercation avec les sentinelles d'Hydras... Oui, ce n'était pas la première fois, et encore moins la dernière.


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne


Dernière édition par Sylsiza'an Hrothgar le Ven 28 Oct - 0:50, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Lun 4 Juil - 14:31

Le jeune homme semblait un peu perdu. Pourtant, si l’instrument venait de son atelier, (un confrère luthier ! UN CONFRERE LUTH…) vu les traces d’anciennes altercation, ce n’était pas le premier conflit que le jeune homme rencontrait. Bon, vous me direz que vu la vitesse des évènements, cela pouvait être assez perturbant. Mais bon, les idiots s’en étaient allés de leur côté et ils les avaient suffisamment impressionnés pour avoir la paix.

- Pourrais-je avoir le nom de cette âme téméraire se trouvant devant moi ? Pour ma part, je me nomme Sylsiza'an, Sylsiza'an Hrothgar. Mais... la plupart m'appellent Sylsi afin de ne pas trop se perdre parmi ces syllabes alambiquées, ahaha. Ah...


Lia leva un sourcil circonspect alors que le jeune homme marquait une pause. Il semblait vraiment à l’ouest, le garçon. Cependant, elle reprit d’un air avenant et enthousiaste.

-Enchantée Sylsi. Je me nomme pour ma part Lia Chante-Clair, luthier de son état.


Elle accompagna sa présentation de son habituelle révérence.

- Et... ne soyez pas si désolée, après un bon rafistolage, je devrais pouvoir en rejouer tout prochainement. Ce n'est pas la première fois.

Elle soupira, d’un air compréhensif.

-Certes, cependant c’est toujours un déchirement de voir son instrument abîmé. Peu de gens se rendent compte de la gravité que peut avoir ne serait-ce qu’une fissure sur certains instruments. Perte de timbre, risque de fendillement dés que l’on en joue… J’admets que certaines réparations peuvent donner plus d’identité à un instrument mais généralement ça ne fais que les affaiblir. Je peux vous offrir un verre, cher collègue ? Et ripaille, si vous le souhaitez. Il me semble que c’était votre demande initiale.

Elle lui pointa la table du doigt et se camarades saluèrent le nouveau venu avec enthousiasme. Elle s’assit, commanda et se retourna vers le voyageur.

-Mes camarades et moi-même faisons partie de l’Amicale Anthropologiste Inter-Ethnique, nous étudions les arts et plus particulièrement la musique à travers le temps. On se rend à Pavryon pour monter une expédition. Et vous, qu’est ce qui vous amène ?


Elle reprit sa bière qu’elle avait abandonnée et la vida, faisant claquer la chope en la reposant sur la table. C’était quand même dommage pour le Luth. Un si bel instrument serait sans doute assez difficile à réparer et le jeune homme devrait faire nuit blanche…
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Sam 30 Juil - 14:19

Eh bien ! Un fort caractère joint à des connaissances sur la musique et ses (nombreux) instruments... Comme les grands esprits se rencontrent ! Je n'ajoutai mot, elle avait raison sur toute la ligne. Me contentant d'acquiescer, je rejoignis cette table fort peu commune, piochant dans cette fameuse ripaille si chaleureusement proposée.

- Mes camarades et moi-même faisons partie de l’Amicale Anthropologiste Inter-Ethnique, nous étudions les arts et plus particulièrement la musique à travers le temps. On se rend à Pavryon pour monter une expédition. Et vous, qu’est-ce qui vous amène ?

Mes yeux s'écarquillèrent, comme pour témoigner de ma stupeur. Quelle était cette Amicale-je-ne-sais-quoi ? Mon ignorance me rendit blême. J'aurais tellement aimé parcourir le monde, des acolytes au train et la musique pour seule préoccupation ! Leur présence piqua d'autant plus ma curiosité.

- Oh, eh bien, je voyage, j'explore, je bavarde, je goûte les mets d'une région à l'autre... dis-je, en me resservant copieusement. Four dire frai, un peu de fompagnie me manfait affreufement.

Quelques miettes s'échappèrent de ma bouche causante, si bien que je virai au rouge pivoine. Avalant bruyamment, je repris :

- Excusez-moi, je n'avais pas dîné depuis un bail. Manger sur le pouce ne m'a pas réussi, semble-t-il. Mais, assez parlé de moi ! J'ai vraiment envie d'en savoir plus à propos de votre Amicale des joyeux lurons ! Dites-moi tout !

M'accoudant telle une commère qu'il faut nourrir sans cesse en ragots divers, je m'apprêtai à l'entendre confabuler à propos de cette... guilde ? Clan ? Famille ? Qu'importe, la suite !


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Lun 1 Aoû - 0:48

Leur hôte ne mit pas très longtemps avant de sembler à son aise. Les camarades formant l'assemblé l’accueillirent tous avec entrain. Il était instrumentiste, qui plus est luthier, il était à sa place parmi eux.

Jiyrul était venu s'asseoir à côté de Syl, grognant de temps à autre sur les abrutis qui avaient le malheur de les regarder de travers. Elle était impressionnante lorsqu'elle s'y mettait la demoiselle, à tel point que plus personne n’approchait la table. Pourtant c'était une harpiste reconnue pour sa douceur et seul son charisme était écrasant. Sa force naturelle était certes très largement supérieure à la moyenne et sa peau rocailleuse la rendait quasiment invulnérable à l'humain lambda mais contre un de ses semblables elle n'aurait pas fait le poids longtemps.

Lorsque Lia évoqua l'Amicale, leur hôte écarquilla grand les yeux, vraisemblablement interpellé.

-Oh, eh bien, je voyage, j'explore, je bavarde, je goûte les mets d'une région à l'autre... Four dire frai, un peu de fompagnie me manfait affreufement.

Une myriade de projections s'échappèrent de sa bouche, tirant un sourire à Lia alors qu'il rougissait. Des manières de goinfre, en plus. Presque des manière de Galbuk bourré. Il lui était sympathique. Elle lui tapa dans le dos, comme si cela allait l'aider à ne pas s’asphyxier. Il fini par avaler laborieusement.

-Excusez-moi, je n'avais pas dîné depuis un bail. Manger sur le pouce ne m'a pas réussi, il semblerait. Mais, assez parlé de moi ! J'ai vraiment envie d'en savoir plus à propos de votre Amicale des joyeux lurons ! Dites-moi tout !

Un curieux donc... Elle lui offrit son plus sourire, commanda une autre bière.

-Tout... Tout ? C'est une guilde assez ancienne et vaste, ça va nous prendre un moment...

Une idée lui traversa l'esprit. D'habitude ils la chantaient sur les routes, en marchant... Elle se tourna vers un de ses camarades, l'interrogeant du regard.

-Le poème... Est ce que l'on ose ?


Il éclata de rire, manquant de s’étouffer avec sa boisson.

-Bah, écoute, si tu veux ! EH ! LES NARRATEURS ! DEBOUT !!!!

Elle tapa bruyamment dans ses mains.

-Who, les gars, on se réveille et on explique au nouveau d'où qu'on vient et où qu'on va !!!!


Les deux interventions consécutives avaient fait leur effet et l'ensemble de la tablée s'anima de chuchotement, de rire et de remarque dubitative. Puis plusieurs personnes se mirent à taper en rythme sur la table avec leur couvert.

-LE POEME, LE POEME !!!!


Elle se leva sur sa chaise, accompagnée par deux autres personnes, un hajhira tout aussi enthousiaste et un humain, un peu plus réservé.

-Laissez nous vous chanter ce conte
, commença le félin ;

-Composé par l'un des notre quelques années de cela
, continua Lia ;

-Et alors, vous saurez qui nous sommes,
fini le troisième conteur.

Autours de la table on se faisait passer les instruments, commençait à construire le rythme et à psalmodier un ostinato mélodique. Les personnes ayant rejoint la guilde depuis peu les regardaient sans comprendre, l'air un peu perdus, mais cela ne freina aucun des instrumentistes. Ni des conteurs principaux, qui montèrent tout trois sur la table. Lia sortit son flûtiaux et ce fut l'humain qui entama le poème d'une voix grave, posée... Presque un murmure aux fluctuations suaves.

Te souviens tu,
Ô voyageur
De ce peuple jadis séparé
Par le plus meurtrier des fratricides que les Nazakhins connurent ?



Tout nos frère magiciens

Massacrés
Au nom de la peur
Nous tous aveuglés !


Ainsi, scission fut faîtes...


Mais cependant dans l'ombre ils résistèrent
Après l'ignorance, voulurent apporter connaissances !

Voulurent comprendre, voulurent garder la trace
De cette terrible disgrâce.

Se virent a la lumière de la lune

Se dirent leur amertume
Avancèrent vers un avenir meilleur.


A venir, la construction de la plume
De la mémoire
La patte, la griffe encrée de noir
La griffenoire...
Et alors...

Alors fini, les décriés !
Les grands son apparus, prêt à conquérir les cœurs Nazhakins.
Après Tarjin l’intéressé, après la perte de repères
Après la non-connaissance retrouvée

Kaltar le révolté, Kaltar l'éclairé
Balayant l'obscurantisme ramena la grandeur.


Et, petit à petit
Doucement
Sûrement
Pas après pas on vit arriver femme, Galbuks et Elyakies
On vit se construire de fermes amitiés.


L'Amicale devint Inter-Ethnique

(silence)

Et depuis, l'on chante
L'on étudie

Ô érudit du monde
Ô toi qui porte la lumière du savoir
Sais-tu d'où nous venons ?

Nous venons d'Hommes et de Femmes

De labeur
De volonté
Nous venons de la fraternité d'un peuple meurtri
Nous venons des méandres de l'histoire que nous étudions

Nous somme la voix du passé
Celle qui chante le présent

La musique s'arrêta. Durant tout le temps qu'elle avait duré, une unité s'était emparé des instrumentistes. Ils étaient frères anthropologues, amis intendants, camarade de travail, de mission, de danger, de sueur et de sang. Ils étaient un groupe.

Tous ensemble ou rien.

Ils saluèrent avant d'éclater d'un rire commun et de se donner des bourrades amicales dans le dos, de recommander à manger et de demander au grand homme ce qu'il en avait pensé.
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Mer 21 Sep - 19:33

Je demeurais sur ma chaise de bois, complètement fasciné par l'unité solidaire de ces anthropologues. De leur chant à leurs instruments, tout, absolument tout s'harmonisait avec grâce. Pour autant, chacun d'eux conservait une présence propre, une liberté dont il jouissait sans entrave.

Le poème se déroula ainsi, moi, les écoutant tout en buvant leurs paroles. Eux, à exposer l'histoire nazakhin tout en légitimant cet attroupement atypique, quoique solidement ancré dans les blessures politiques de jadis.

Un sentiment nouveau émergea, suite à une pensée fugace. Plus qu'ailleurs, je me sentis chez moi, étrangement intégré à des individus m'étant familiers. Comme si... comme si j'avais toujours été parmi les leurs, sans trop savoir comment.

Ainsi ne pus-je écouter les derniers instants de cet hymne aux réjouissances, ne pouvant alors que bafouiller de brefs compliments.

- C'est... beau.

Cet impression de soufflé retombant subitement... Je me mis à regarder ma gamelle, pensif.

- Vous savez, cela fait quelques temps que mes escapades en solitaire ne me parlent plus tellement. Depuis tout à l'heure, je vous entends, je ressens cet esprit qui vous anime tous. Et, croyez-le ou non, j'ai cette impression d'en avoir toujours fait partie.

C'était dit. Sans une once de gêne, d'un naturel déconcertant, même. Était-ce là une invitation ? Difficile à dire, j'espèrais juste une réaction favorable, quelle qu'elle soit.


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Jeu 22 Sep - 17:52

Le grand homme semblait soufflé. Soufflé comme rarement un homme semblait l'avoir été à l'écoute de ce poème.
Oh, certes, certains riaient. D'autre applaudissait poliment ou alors levaient leurs bières à leur ancêtres de métier. Mais lui non. Lui, il avait déjà cette musique jusque dans les entrailles. Il avait déjà cette voix pleine de légende qui ramenait au présent les récits disparus.

On ne venait pas de lui chanter l'histoire de l'Amicale. On venait de lui chanter la sienne.

- C'est... beau.

Simple, efficace, suffisamment sincère pour emplir le cœur de Lia de fierté. Elle lui offrit un immense sourire, poussant du bout des doigts une choppe fraiche devant lui, en silence. Ce rituel de la guilde avait toujours mit la galbuk dans un état assez inhabituel, presque mélancolique, et voir la réaction du jeune homme la confortait dans sa sérénité passagère.

- Vous savez, cela fait quelques temps que mes escapades en solitaire ne me parlent plus tellement. Depuis tout à l'heure, je vous entends, je ressens cet esprit qui vous anime tous. Et, croyez-le ou non, j'ai cette impression d'en avoir toujours fait partie.

Encore une fois, un naturel déconcertant. Si déconcertant que les prunelle de la luthier en brûlèrent d'une flamme nouvelle. Jiryul aperçu se regard et soupira, signalant d'un coup de coude à son voisin que...

-Et pourquoi pas tiens ? Pourquoi ne pas en faire partie ?

Elle avait planté ses yeux avec ferveur dans ceux du Nazakhin.

-Très sérieusement, on est pas loin de Pavryon. Allez les voir, faîtes vous recenser comme membre permanent et une fois que c'est fait, revenez me voir. Des gars comme vous, je les emmène à l'autre bout du monde quand ils veulent !

Elle avait ponctué son discours de grands mouvements expressifs, pour ne pas dire surexcités. La perle rare, voilà t'y pas qu'elle avait fini par la trouver !
Voir le profil de l'utilisateur

Sylsiza'an Hrothgar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous avez créé une guilde. Le culte de la personnalité, c'est pour quand ? Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Un luth gravé et peint à la main, une lance et un petit livret.
Messages : 1182
Date d'inscription : 13/06/2014
Localisation : Valestria
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Sam 8 Oct - 22:12

J'émis un petit rire, à la fois éberlué et enchanté.

- Une telle proposition me réchauffe le cœur, vraiment.

Je repensai à mon atelier en Valestria, à ces économies s'amenuisant au fil du temps. Réalité inéluctable à laquelle je devrais me soustraire tôt ou tard. Cependant, rejoindre leur guilde ne me laisserait pas sur la paille. Je pourrais les faire bénéficier de mon art, aussi humble soit-il. Tailler le bois, le décorer de gravures afin d'enjoliver chaque instrument. Il en résulterait la fermeture définitive de ma propre boutique... mais qu'importe : l'itinérance serait ma nouvelle vocation.

Retraçant mentalement la carte de Thoronir, il me faudrait faire un grand détour par la région nord de Morrokoth. Le temps d'y séjourner, puis de recontacter cette galbuk et les siens... la faisabilité y était discernable, bien qu'il me faudrait me serrer la ceinture.

- Fort bien. J'irai à Pavryon. D'ici là...

Je fis signe à l'une des serveuses de s'approcher parmi nous.

- ... tournée générale !

Spoiler:
 


« Si un plus grand nombre d’entre nous préférait la nourriture, la gaieté et les chansons
aux entassements d’or, le monde serait plus rempli de joie. »
- Thorin Écu-de-chêne
Voir le profil de l'utilisateur http://thoronir.forumactif.org

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   Jeu 27 Oct - 19:17

Le jeune homme rit.

- Une telle proposition me réchauffe le cœur, vraiment.

-Trouver des gens tels que vous réchauffe le mien !

- Fort bien. J'irai à Pavryon. D'ici là... tournée générale !

La proposition du luthier fut accueillie par de nombreuses exclamations de joie et des braillements enthousiastes. On commanda, on bu…. Et on alla dormir.

Lia s’endormie comme une pierre, dormi comme un bébé et se réveilla le lendemain avec un bal de femme en talon dans la tête. Elle descendit dans la salle principale où chacun était en train de se remettre de sa gueule de bois. Elle chercha un instant Syl des yeux, mais elle ne le trouva pas.

-Il est parti tôt ce matin, en direction du nord, dit Jiryul. Boarf, on le recroisera. Surtout s’il va voir ton père en lui disant que c’est toi qui l’envoie.

Elle rit.

A plus tard, camarade.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]   


 
La "luth" des dépravés [PV Lia Chante-Clair]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Morrokoth-
Sauter vers: