Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Ven 6 Mai - 20:05

Si l'on s'attarde aux environs de la ville de Nèpres, on peut apercevoir une étrange formation rocheuse. Cela ressemble fort à l'entrée d'une caverne, mais une énorme pierre est placée devant l'entrée. Certains ont déjà tenté de pousser la roche mais sans succès. Ceux ayant accès aux moyens pour l'ouvrir en ont mystérieusement été dissuadé, et la caverne a vite été oublié par les habitants de la ville. Toutefois, si l'on regarde à travers un léger interstice dans entre deux roches, on peut apercevoir une espèce d'escalier grossier fait de pierre, de sorte qu'on ne peut deviner s'il a été fait de la main de l'homme, ou si c'est juste une autre formation rocheuse. Le matin, le soleil entre par ce petit interstice, et éclaire furtivement l'intérieur de la caverne.

Le rayon de soleil s'arrêtait néanmoins un peu avant le sol, touchant une forme presque indéfinissable, recroquevillée en boule. La forme, sentant la douce chaleur du soleil matinal, fit un mouvement. Elle ouvrit un oeil aux nuances verdâtres, fendu d'une pupille verticale, qu'elle se mit aussitôt à faire cligner plusieurs fois de suite, s'habituant à la lumière environnante. La forme humanoïde, toujours cachée dans la pénombre de la caverne, se mit à bailler. Sa bouche ouverte révélant des crocs acérés, mais de petite taille, sûrement incapable d'arracher quelque morceau de chair à un animal. La silhouette, après avoir baillé, s'étira, lentement, avec des mouvements amples, toujours allongée sur le dos. Elle se redressa, se tenant sur deux pattes arrières, et s'avança dans la lumière matinale.

Au spectre de cette lumière naissante, on pouvait maintenant apercevoir un Hajhira de petite taille, au pelage rayé de Noir et de Blanc. Sa queue traînait derrière lui paresseusement, comme si elle était dotée d'une propre conscience. Le Hajhira, maintenant réveillé, se dirigea vers l'entrée de la caverne, en empruntant l'escalier qu'il avait lui même creusé à la force de ses griffes (enfin techniquement pas des siennes). Regardant furtivement à travers l'interstice, il fit attention à ce que personne n'était présent de l'autre côté. Lorsqu'il en fut assuré, il ferma les yeux. Il se concentra, et s'imagina une bête. Une espèce de grande bête à quatre pattes puissantes, dotée de griffes longues et tranchantes, et de crocs acérés, avec une queue terminée par un appendice tranchant, et avec une apparence relativement féline. Le Hajhira se contenta des bras de la créature, cependant, et se concentra dessus. Il les imagina dans son esprit, grandissant, jusqu'à en occuper une grande partie. Un frémissement parcouru l'air ambiant, et la peau de ses deux bras ondula. Elle se teinta d'un marron foncé, ses poils durcirent et s'épaissirent. Enfin, ses mains se transformèrent en pattes, et ses griffes s'allongèrent.

Maintenant doté de deux bras d'une puissance brute et animale, le Hajhira saisit le rocher à l'entrée de sa caverne, d'une poigne forte, et le souleva. Cela nécessitait une force colossale, alors il se devait de faire vite. Rapidement, il déplaça le rocher sur le côté après l'avoir éloigné de l'entrée,et l'y reposa, veillant à ce qu'on ne puisse pas voir à l'intérieur de celle-ci. Après ce tour de force, il s'imagine dans son esprit ses propres bras, des bras fins de Hajhira, avec son bon vieux pelage blanc et noir. Aussitôt, ses poils changèrent de couleur et se raccourcirent, ses pattes redevinrent plus proches d'une main humaine, et ses griffes redeviennent les griffes courtes et recourbées d'un Hajhira. Un peu fatigué, il s'appuya sur la roche et resta assis quelques temps, se demandant ce qu'il pouvait faire aujourd'hui. Il finit par se relever et commença à marcher en direction de la ville, bien décidé à ramener chez lui quelque chose de sympathique. "Qui sera peut-être tombé de la poche de quelqu'un qui sait !" pensa le Hajhira en affichant un sourire moqueur.

Voilà comment se passait les matinées typiques d'Anva'ar.
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Ven 6 Mai - 21:39

Saykanel était drapé dans son manteau. Un troll vagabond qui avançait dans les quartiers mal famés de Nèpres, cela attirait l'attention mais au final, pour la plupart des habitants, ce n'était pas la première fois qu'ils voyaient un troll.
Ce que la mendiante au coin de la rue avec son enfant sous le bras et le receleur d'objets volés ne savaient pas était que ce troll-là était recherché à Opanir pour incendie, meurtre et mutilation. Il faudrait plusieurs semaines avant que l'avis de recherche ne devienne global et à partir de là, il ne pourrait plus remettre les pieds à Nèpres.
Saykanel arriva vers le marché où l'odeur de poisson devenait omniprésente, réveillant une faim primaire. Il mit la main à la poche, tirant une bourse.
Ce sera suffisant.
Il acheta un poisson et entreprit de s'éloigner pour un coin désert de la ville. Il trouva une impasse abandonnée et entreprit de mettre le poisson entre ses deux mains. Ses griffes rougirent et l'odeur de grillade commença à monter à ses naseaux. Il entreprit de manger.

Deux heures avant, il avait vu sa mère dans une chaumière à l'écart de la ville.
«  Je ne peux rien pour toi fils. Ta meilleure solution est de te rendre aux autorités, leur dire la vérité et espérer. »
Il était sorti dans un accès de fureur, manquant de brûler la porte en la touchant. Saykanel n'était habitué ni aux griffes démesurées qu'il avait reçues ni aux flammes qui se manifestaient parfois dans ses moments d'émotion.
Saykanel était furieux. Il savait que se rendre ne mènerait à rien, le seul procès qu'il pouvait espérer serait joué d'avance par quelques pots-de-vin bien placés dans le meilleur des cas. Dans le pire, il serait tué dans sa cellule et on prétexterait un accident.
Il lui fallait des preuves, il fallait qu'il comprenne ce qui s'était passé avant de prendre une décision. La drogue du surhomme, Marn, l'assassinat des nobles, l'incendie...Tout s'était passé si vite.

Assis sur les marches menant à la porte d'une maison délabrée, Saykanel finissait son poisson et réfléchissait à son avenir : Quitter Morrokoth pour retourner en Aurikann ? Comment ? Il pouvait profiter de la relative sécurité de Nèpres, perdu dans la foule, tant qu'il ne se faisait pas trop voir, mais pour combien de temps ? Il se leva et commença à marcher en direction de la sortie de la ville.
Ses rêveries furent interrompues quand une petite créature le percuta. La tête à la hauteur de son nombril, un hajira.
C'était le mauvais jour pour ne pas regarder où on allait. Et Saykanel était la mauvaise personne à percuter.
Donne moi une excuse, vas-y. Donne moi une excuse pour passer mes nerfs.

« Deux conseils gamin : Regarde où tu vas et excuse toi quand tu ne le fais pas. »
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Sam 7 Mai - 2:16

Ah, Nèpres. Une ville que certains considéraient charmante, d'autre comme un rassemblement perpétuel de gens malhonnêtes, qu'ils soient des nobles ou tout simplement des bandits.
Pour Anva'ar, elle ne représentait qu'une chose : Un vaste dédales de rue, remplies de gens qui avaient les poches pleines, et qu'il se ferait une joie de délester. Il y a longtemps, Nèpres n'était synonyme pour lui que d'un seul mot : Enfer. Mais le Hajhira s'était promis de ne plus y repenser. Les souvenirs douloureux ne servant à rien, autant les oublier.

Ce jour-ci, Anva'ar se promenait gaiment du côté du quartier marchand. Une vraie mine d'or. Des marchands avides de bonnes affaires, parfois trop concentrés sur leurs marchandises pour se soucier du contenu de leurs bourses. Ou  même de temps à autre, l'inverse. Le Hajhira se contentait ensuite de se rapprocher doucement, et, tout en regardant d'un air innocent l'étalage adjacent, il piochait dans ce qu'il pouvait prendre. Lorsque le marchand en question se rendait compte qu'il lui manquait quelque chose, Anva'ar était déjà loin, pris d'un rire moqueur.
Ce n'était pas donné à tout le monde de pouvoir voler des gens comme ça. Mais après tout, quand on a que ça dans sa vie, on fait ce qu'on peut, et on devient vite bon.

En continuant son chemin, il passa sans se rendre compte devant un établissement délabré. Anva'ar y jeta un bref coup d'oeil, avant de le fixer d'un regard effaré. Cet établissement, c'était l'Orphelinat de Madame Draka. Là où il avait passé une bonne partie de son enfance. Presque comme une réminiscence de cette dernière, le bâtiment était en ruines, délabré. Il semblait avoir fait les frais d'un incendie, le bois étant d'un noir charbon.
"Je dois partir d'ici" pensa le Hajhira. Cet endroit ramenait des souvenirs à la surface. Des souvenirs dont il n'avait ni l'envie, ni le besoin de se rappeler. Tout ce qu'ils auraient pu apporté était de la souffrance, et du désespoir.

Anva'ar se dépêcha ainsi de sortir du quartier en courant, gardant derrière lui son passé douloureux. Lorsqu'il fut sûr qu'il ne pouvait plus voir l'orphelinat de là où il était, le jeune Hajhira poussa un profond soupir. "Il était moins une, j'ai failli commencer à me rappeler", pensa-t-il.
Enfin soulagé, il se mit à marcher tranquillement vers le centre-ville, espérant qu'il trouvera quelque chose de plus intéressant qu'une bourse ou deux. Pendant qu'il réfléchissait à quoi chercher, il ne fit pas attention à la figure énorme qui se dessinait devant lui.

"Aie !"

Anva'ar était rentré dans une silhouette vaguement humanoïde, et surtout énorme. C'était un troll en fin de compte. Il devait mesurer plus de deux mètres cinquante, mais le Hajhira n'était pas très bon pour estimer les hauteurs. L'impact avec la fourrure dudit troll avait été anormalement chaud. Comme si sa température était plus élevé que la normale. Il allait s'excuser, quand il entendit le troll parler :

« Deux conseils gamin : Regarde où tu vas et excuse toi quand tu ne le fais pas. »

Le jeune Hajhira n'en revenait pas. D'accord, c'était sa faute s'il était rentré dans ce troll, mais il n'avait pas besoin de parler comme ça. En effet le ton du Troll dénotait d'une très forte agressivité. Comme s'il allait frapper Anva'ar s'il ne s'excusait pas tout de suite.
Malheureusement il n'aimait pas trop se faire marcher sur les pieds. Ce troll voulait qu'il s'excuse ? D'accord il s'excusera. Quand l'autre se sera excusé d'être aussi acerbe.

"Non mais aussi, vous pourriez éviter de prendre toute la place ! Vous êtes peut-être super grand, mais ça vous autorise pas à être méprisant avec les petites gens !"
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Mar 10 Mai - 1:23

"Non mais aussi, vous pourriez éviter de prendre toute la place ! Vous êtes peut-être super grand, mais ça vous autorise pas à être méprisant avec les petites gens !"

Et sur ces mots la petite bête venait de sceller son destin.
Saykanel avait tendance à devenir aisément violent, un sale caractère qui se manifestait dans les moments d'égarement.
C'était une période d'égarement.
Saykanel avait une envie de se battre, de se défouler, contre toute logique. C'était une décision stupide et une partie de son esprit hurlait contre son propre comportement.
Qu'as-tu à gagner ? Il n'a simplement pas fait attention. Cela peut arriver. Si tu provoques un combat, tu te feras remarquer.

« Il y a plusieurs choses que tu sembles avoir des difficultés à comprendre. La première étant que je ne suis pas grand. Tu es un insecte.  La seconde est qu'un dragon ne cède pas la place à une fourmi, c'est à cette dernière de faire un détour si elle ne veut pas finir brûlée. »

Le troll ne se connaissait pas cette verve. Sa transformation avait-elle modifié sa personnalité plus qu'il ne l'avait soupçonné ? Il avait néanmoins envie de provoquer son adversaire. Passer sa fureur sur un innocent était une chose qu'il se pardonnerait difficilement, mais s'ils étaient tous deux  furieux, où était le mal ?
Tu te cherches des excuses, tu veux justifier ton comportement. Tu sais à quel point ce que tu fais est déplorable.
« La troisième et dernière est que, lorsque tu es dans ton tort, tu devrais t'écraser et non chercher à justifier ton comportement. »
Tu ferais mieux d'écouter ton propre conseil.

Saykanel n'attendait qu'une chose, que son opposant s'énerve réellement. Là, il lui proposerait un pugilat à l'écart de la ville.
Es-tu sûr de gagner ? Tu n'es pas ta soeur, tu n'es pas formé aux vrais combats. Tu es plus fort que lui, certes. Et tu as ta magie. Mais s'il a une vraie expérience de combat, tu es fichu. Tu ne maîtrises pas ta magie et  c'est un hajira. Tu es plus rapide et svelte que la plupart des trolls, mais même le plus agile des trolls est un boeuf comparé à la majorité des hajiras.
Qu'importe, sa force et éventuellement sa magie suffiraient. Il ne prévoyait pas de tuer le gamin, juste de se battre avec un peu. Une simple rixe comme Nèpres en voit tous les jours.
Le simple fait que la majorité de ces sauvages se permettent tous les jours de se conduire comme des animaux ne rend pas ton comportement acceptable.

« Mais je suis d'humeur magnanime, chaton. Tu peux repartir la queue entre les jambes en baissant les yeux ou tu peux m'affronter à trois cent mètres d'ici, dans le quartier abandonné.»
Chaton ? Allons, du racisme maintenant, c'est le pompon.
Saykanel offrit un sourire carnassier à son interlocuteur en guise d'ultime provocation. Il suffisait qu'il morde à l'hameçon.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 1:21

Anva'ar continuait de fusiller du regard le troll posté devant lui. Ce dernier avait une apparence plutôt singulière. De tout les trolls qu'il avait jamais vu, Anva'ar n'en avait jamais vu un lui ressemblant. Des trolls familiers avec le feu, oui. Mais celui-ci semblait être à un tout autre niveau. C'est comme si le feu faisait partie de lui. Ses yeux d'un rouge écarlate semblaient briller tels deux étincelles, et sa fourrure rouge ondulaient comme une flamme paresseuse. Le hajhira pouvait aussi apercevoir du coin de l'oeil les imposantes griffes dont le troll était doté, qui pourraient certainement le trancher en deux s'il ne faisait pas attention.

Mais Anva'ar n'en avait que faire de se tenir face à un véritable incendie. Il était plutôt concentré sur ce que celui-ci avait à dire.

« Il y a plusieurs choses que tu sembles avoir des difficultés à comprendre. La première étant que je ne suis pas grand. Tu es un insecte.  La seconde est qu'un dragon ne cède pas la place à une fourmi, c'est à cette dernière de faire un détour si elle ne veut pas finir brûlée. »

Le jeune Hahira tiqua. Les paroles du troll lui firent l'effet d'une douche froide. Il était en train de se faire insulter. Lui ! "Insecte", "fourmi". Il n'en croyait pas ses oreilles. Que ce troll était méprisant ! Bien sûr, Anva'ar s'était déjà fait insulter avant. Une bonne partie de son enfance pouvait se résumer à se faire crier dessus par tous les enfants du quartier. Mais depuis qu'il était devenu un adulte, les insultes des gens ne le concernaient pas trop. Cette fois, par contre, c'était différent. En effet, c'était surtout la faute du Hajhira si la collision avait eu lieu, et il avait prévu de s'excuser, mais il n'avait plus du tout envie de le faire devant le ton que prenait le géant (son caractère n'aidait pas non plus).
Il resta ainsi à contempler le troll d'un air à la fois outré et furieux, permettant ainsi à ce dernier de continuer :

« La troisième et dernière est que, lorsque tu es dans ton tort, tu devrais t'écraser et non chercher à justifier ton comportement. »

Les dents du Hajhira grincèrent. Lui, s'écraser ? Alors qu'il n'avait fait que ça lorsqu'il était un enfant ! Ah ça non ! Il n'allait pas se laisser faire par le premier troll venu ! Surtout quand celui-ci semblait délibérément le provoquer.

" Non mais vous vous prenez pour qui ? Vous croyez que vous pouvez juste vous pointer ici et insulter n'importe qui ? Mais c'est pas croyable ça !" fulmina le Hajhira.

Anva'ar commençait à taper du pied. Ce n'était pas un très bon signe, cela indiquait que sa colère était en train de monter. Le problème avec lui, c'était qu'il suffisait de pas grand chose pour le mettre en rogne. Et ça finissait toujours mal.

« Mais je suis d'humeur magnanime, chaton. Tu peux repartir la queue entre les jambes en baissant les yeux ou tu peux m'affronter à trois cent mètres d'ici, dans le quartier abandonné.»

Et là le Hajhira explosa.

"UN CHATON ! NON MAIS TU TE PRENDS POUR QUI GROS TAS ! Tu vas voir, j'vais te foutre une raclée, et c'est toi qui va repartir en pleurant chez ta maman !"

Anva'ar n'en avait que faire que son adversaire soit un géant enflammé. Il l'avait mis en boule, alors il devait en subir les conséquences, c'était simple.
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 2:48

Saykanel prit la réponse de l'hajhira pour une incitation au combat et entreprit de mener la marche. Au sud de Nèpres, presque à la limite de la ville, se trouvait ce quartier pauvre où on trouvait un concentré de la misère de la ville. Rassemblés là étaient la main d'oeuvre bon marché, les mendiants, les malades, dirigés par des gangs de rue en rivalité avec la cour des miracles qui les logeaient en échange d'un racket "pour votre protection".

Pauvres humains, trop fragiles pour dormir à la belle étoile quand le temps est mauvais, ils deviennent les victimes de la pire racaille des rues.

Saykanel prit sur sa gauche et devant lui se tenait un mur sale et jaunissant, d'environ deux mètres quarante. Des tessons de verre étaient inclus à son sommet pour empêcher qu'on l'escalade, ce qui n'avait pas empêché plusieurs enfants de se retrouver mutilés voire estropiés. Un grand trou, dissimulé maladroitement par des caisses de bois vides, menait à l'intérieur.
Ce mur protégeait un terrain de construction abandonné après que les plans architecturaux se soient révélés instables et que le propriétaire soit ruiné par un mauvais coup du sort.

C'était supposé être une résidence de vacance pour un noble de toute évidence, comme l'indiquait le trou d'un mètre cinquante de profondeur, de toute évidence fait pour accueillir un bassin couvert. De toute évidence, les travaux s'étaient arrêtés avant qu'on le couvre, si bien que la pluie avait rempli ce trou d'une eau progressivement devenu verdâtre, stagnante et insalubre. La terre était en effet trop rocheuse pour que l'eau y passe convenablement.
Encore une erreur des ouvriers. Il aurait fallu retourner la terre pour l'attendrir avant de commencer à construire.
Saykanel s'étonna un instant. Comment savait-il cela ? Quelque chose qu'on lui avait dit ? Ou alors sa magie lui offrait-elle une connaissance instinctive des éléments ?

Autour se trouvait un bizarre étalage d'objets divers et variés, quelques pierres à moitié taillées et ramenés de la carrière, à partir desquelles on aurait dû construire la résidence, accompagnées par des outils rouillés et à moitié enterrés.
Le tracé de cette même résidence était, au sol, un étrange dessin en deux dimensions formés par des briques et des poutres faites d'un bois mal traité qui avait donc commencé à pourrir sous l'effet de la pluie et de la moisissure. A perte de vue, des mauvaises herbes poussaient maladroitement à travers une terre inaccueillante, mourant systématiquement quand la pluie manquait pour être rapidement dévorées par les champignons. La nature reprenait difficilement ses droits.
Il n'était pas étonnant que les mères interdisent à leurs enfants d'y jouer, les enfants humains risqueraient de se couper avec un objet rouillé, d'être piqué par un insecte ou un arachnide dangereux, de faire une mauvaise chute...
Il fait sec, la pluie est rare. Le bassin ne change rien. Ils ont coupé toutes les vraies plantes pour instaurer leurs immondices. C'est un écosystème, oui. Mais un écosystème pourri où champignons et insectes parasites sont les seuls vies pouvant se développer. Il faudrait une tempête pour fertiliser l'endroit. Ou un incendie pour détruire la pollution.
Un merveilleux incendie, si fort qu'il ferait fondre le métal et briserait la pierre, ramènerait la terre à son état naturel pour que la vie puisse réellement s'y développer.
Saykanel se surprit à se lêcher les babines à cette perspective, mais chassa rapidement ces pensées.

Le troll et l'hajhira se posèrent face à face et Saykanel, après avoir toisé son opposant, donna le premier coup. Un coup de poing massif se dirigeant vers le ventre, mais qui fut esquivé sans grandes difficultés.
Comme je l'avais pensé, il est plus agile que le commun des hajhiras. Jouer le lourdaud le poussera à baisser sa garde, après redevenir sérieux.
S'ensuivirent trente secondes intenses où Saykanel portait expressément des coups lents qui furent esquivés parfois aisément, parfois de justesse.
Utiliser les griffes. Elles sont plus précises que les poings, solides et brûlantes. Déchirer la chair. Quoique non, si je sors les griffes tant que je ne contrôle pas le combat, je risque vraiment de le tuer

Saykanel se surprit à apprécier l'entrain du combat, à se laisser prendre par l'excitation.
Il attendit que son adversaire se baisse pour esquiver un coup de poing haut et lui donna un coup de pied dans les côtes tant qu'il était baissé.
Le coup manquait de force mais avait touché sa cible et l'avait déséquilibré. Saykanel renchérit en attrapant l'hajhira par le col et le souleva pour les amener face à face. Le tenant par son bras droit, il prévoyait un coup de poing au ventre qui achèverait le petit avant d'être pris de vitesse.

L'hajhira lui donna un coup de pied violent dans le ventre, poussant Saykanel à se pencher pour supporter la douleur et à lâcher son opposant.
L'hajhira s'empressa d'attraper le vêtement qui recouvrait Saykanel pour cacher ses yeux et le prendre dans une espèce de lutte étrange où Saykanel était aveuglé, en proie à la douleur et dépourvu de moyen de résister tant l'hajhira serrait la cape comme un étau mortel.

Brûler. Brûler la cape.
D'un coup, alors que l'hajhira croyait sa victoire acquise, la cape s'enflamma.
Le troll sentit son adversaire s'écarter par un réflexe salvateur, se releva et retira sa cape, la jetant dans le bassin où les flammes s'éteignirent.
Les flammes qui courraient sur le corps de Saykanel disparurent et il reprit son apparence. L'hajhira le voyait, Saykanel n'était pas un troll normal. Sa fourrure d'un rouge orangé prenait momentanément feu avant de s'éteindre par intermittence sous l'effet de l'excitation et ses griffes étaient des dagues ardentes.
Saykanel se rua vers l'hajhira, griffes sorties, l'hajhira l'esquiva de justesse, se faisant roussir de quelques poils au passage, et les griffes de Saykanel heurtèrent une sorte d'enclume laissée là par les ouvriers.
Trois de ses griffes de la main gauche étaient coincés dans l'enclume et il ferma les yeux pour se concentrer, en augmenter la température afin de fondre le métal pour s'en dégager.

Les quelques secondes qu'il lui fallut furent suffisante pour que l'hajhira dégaine deux dagues. Saykanel se dégagea juste à temps pour éviter que le coup lui déchire à la verticale le téton gauche mais une éraflure diagonale s'installa au dessus de son nombril.
Saykanel eut un hurlement de rage et de douleur et, par une bête perte de contrôle de ses pouvoirs -avait-il besoin d'une nouvelle raison de trouver un professeur ?- lâcha un jet de flamme en direction de l'hajhira.
Il voulut se rétracter mais il était trop tard, cet incident avait transformé la simple rixe de deux idiots en un combat probablement fatal.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 17:16

La première chose qui vint à l'esprit d'Anva'ar était la chaleur. Qui fut vite suivi par la douleur.

Le combat contre le Troll se déroulait pourtant pas trop mal avant cela. Aucun des deux ne semblait avoir l'avantage, mais après tout un combat trop rapide ça ne sert à rien n'est-ce pas ? Les deux combattants s'étaient échangés pas mal de coups. Au début c'était des coups de poings de la part du Troll, plutôt lents, qui avaient surtout servi à faire croire au Hajhira qu'il était lourd et pataud. En colère comme il était, bien sûr qu'il était tombé dans le panneau, ce qui lui avait valu un bon coup de pied, suivi par une prise qui aurait pu terminer le combat s'il n'avait pas eu le réflexe de lui donner un coup de pied dans le ventre. Cet échange s'était terminé par le Troll enflammant sa cape pour se défaire du Hajhira.
La suite du combat avait été marqué l'utilisation de ses griffes pour le troll et de ses dagues pour Anva'ar. Ce dernier profitant du fait que le troll se soit coincé lesdites griffes dans une enclume, il riposta en tentant une entaille latérale au niveau du poitrail. Le géant eut juste le temps de se dégager afin d'éviter un coup qui lui aurait occasionné de sérieux dégâts, mais le coup de dague lui érafla quand même le ventre. Le Troll poussa alors un hurlement bestial. Par réflexe, le Hajhira tenta de s'éloigner de celui-ci, mais il ne s'attendait pas à ce qu'il lui lance une gerbe de flammes.

Anva'ar, qui ne s'y attendait pas, se prit les flammes en plein torse. Celui-ci prit feu directement, son pelage n'arrangeant pas les choses. La douleur devenait vite insupportable, et s'il n'éteignait pas les flammes tout de suite, il savait qu'il allait sûrement mourir carbonisé. Il regarda alors en direction du bassin remplie d'eau croupie. Deux solutions s'offraient à lui. Soit il mourrait carbonisé sur place, soit il devait plonger dans le bassin. Malheureusement pour le Hajhira, il avait une peur bleue de la noyade. Mais c'était quand même une meilleure alternative que de mourir immolé. Anva'ar plongea alors dans le bassin et les flammes s'éteignirent au contact de l'eau.

Le jeune Hajhira avait heureusement pied, ce dont il profita pour vite sortir du bassin. Il dévisagea le troll d'un air hagard, alors que celui-ci le regardait d'un oeil féroce d'où semblait briller une étincelle de haine pure.
Anva'ar était abasourdi. Il avait failli mourir sur le coup. S'il n'avait pas sauté dans le bassin, il aurait été réduit en tas de cendre, ce qui n'étais pas vraiment en tête de sa liste de priorités.
Quelque chose fit "click" dans la tête du Hajhira. S'il ne se mettait pas à fond dans le combat, il risquait d'y passer. Il eut toutefois à peine le temps d'y réfléchir avant que le troll ne le charge tout en brandissant des griffes qui était maintenant recouvertes de flammes qui ondulaient telles des vagues.

Ne réfléchissant pas aux conséquences, Anva'ar se jeta sur le côté du Troll afin d'éviter la charge. Ce dernier se retourna et lui lança une seconde gerbe de flammes. Cette fois-ci, le Hajhira sauta pour l'éviter, et atterrit sur ses deux pattes avant. Il en profita pour donner un coup de pied direct dans la direction du Troll. Ce dernier le para à l'aide de son bras, et Anva'ar profita de ce bref moment d'accalmie pour revenir sur ses pattes arrière.

Le combat devenait trop sérieux, il n'avait pas d'autre choix. Le Hajhira s'imagine une créature dans son esprit. Sans le temps d'en trouver une en particularité, il fit un choix simple. Une image d'une bête de grande taille à quatre pattes et deux bras, cornue et dotée de puissante griffes : un Duerr. Aussitôt qu'il l'avait imagine, des changements commencèrent à s'opérer sur son corps. Il n'avait pas le temps pour une transformation complète, alors il se contenta d'une partielle. Des cornes lui poussèrent sur la tête. Ses jambes et ses bras prirent du volume, et ses griffes d'habitude courtes grandirent. Une queue touffue lui poussa, et son pelage vira au Noir et Or. Il était maintenant un mélange d'Hajhira et de Duerr.

Alors que le Troll recommençait à lui lancer des boules de feu, sans se soucier du changement de forme du Hajhira, Anva'ar les esquiva en effectuant une roulade sur le côté. Il n'avait pas beaucoup de temps, il le savait. Ce combat devait se terminer le plus rapidement possible avant qu'il ne s'épuise.

Il entreprit alors d'assaillir le Troll d'une avalanche de coup de griffes, auquel ce dernier répondait par des coups de griffes enflammés, et des boules de feu qui manquèrent de toucher le Hajhira plusieurs fois, lui causant quelques brûlures supplémentaires. Alors que le Hajhira donnait un coup de pied au géant, ce dernier lui attrapa la jambe et le souleva au dessus de lui pour l'envoyer s'écraser au sol. Il allait lui donner le coup de grâce avec ses griffes lorsque Anva'ar lui donna un autre coup de pied, cette fois-ci dans le bras. Le Hajhira put ainsi se dégager.

Le combat commençait à s'éterniser. Les deux combattants étaient à bout de souffle, et l'utilisation de leurs magies respectives semblait commencer à avoir un effet sur eux. Anva'ar n'était jamais tenu aussi longtemps en métamorphose. Il fallait que le combat se termine maintenant, sinon il risquait d'y avoir des conséquences imprévisibles.
Le Hajhira se prépara alors à charger le Troll, lorsqu'il ressentit une intense douleur au bras droit. Comparée à la douleur qu'il avait ressenti lorsque le Troll avait failli le transformer en tas de cendres, celle-ci semblait venir de l'intérieur.
Ne sachant que faire, il fit un pas de plus, et la douleur empira. Maintenant insoutenable, il avait du mal à tenir debout. Sûrement par instinct, il annula sa métamorphose et redevint un Hajhira, alors que le Troll s'apprêtait à lui lancer une nouvelle salve de feu. Anva'ar tenta de faire quelque pas en direction du troll, mais la douleur au bras était toujours présente. Il n'arriva à faire que quelques pas, avant de s'évanouir.
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 18:26

Saykanel enrageait. Un effet de ses pouvoirs avait causé une perte de contrôle momentané et la colère qu'il ressentait non seulement vis-à-vis de son opposant et du monde mais aussi vis-à-vis de lui même le poussa à charger, griffes en avant.
Saykanel ne réfléchissait plus de manière stratégique, ne songeait plus à la conservation de son énergie, manquant de nourriture comme il l'était. Il ne voulait pas tuer l'hajhira, juste...Que voulait-il exactement ?

Sa charge fut évitée, une gerbe de flammes fut crachée, des coups de pieds parés...Et l'hajhira offrit une surprise au troll.
Alors que la chair de l'hajhira commença à se métamorphoser, Saykanel comprit : C'était pire qu'un simple combat à mort. C'était un duel de magiciens.
Il fallait en finir et rapidement avant qu'ils ne soient remarqués. Saykanel concentra ses flammes en une boule et la lança vers son adversaire, qui l'esquiva de justesse. Il retenta cette manoeuvre avant de constater l'épuisement de son adversaire. Le troll fut satisfait, l'hajhira fatigué ne pourrait continuer le combat, métamorphosé ou non et...
Saykanel sentit ses jambes faiblir, sa vision se troubler et son souffle devenir plus intense. Ce n'était pourtant pas un effort physique intense ! Sa constitution aurait dû lui permettre de faire durer ce combat une petite heure, quoique le manque de nourriture aurait sûrement compliqué la chose.
Et puis Saykanel comprit. La magie drainait son énergie. Une évidence qu'il n'avait pu voir, grisé par sa magie.
En ce cas le combat se réglerait par un pugilat, hajhira métamorphe contre Troll.

L'hajhira s'était hybridé avec une autre créature, un prédateur sans aucun doute. Saykanel regarda les pattes et les griffes.
Musculature des pattes faites pour un assaut frontal, grandes pointes de vitesse. L'animal cherchera à percer le ventre avec ses cornes et à agrandir la plaie en enfonçant ses griffes. Attraper la corne gauche, utiliser son élan pour le propulser derrière, enfoncer les griffes dans sa nuque tant qu'il est au sol.
Saykanel prit position. Rester inamovible.
Il se prépara à recevoir la charge de l'hajhira. Une charge qui ne vint jamais.

L'hajhira s'était effondré devant Saykanel. Ruse. Il joue le mort par piège. Cherche à éveiller la pitié. Vérifier.
Saykanel ramassa une pierre et la jeta sur la jambe de l'hajhira sans que ce dernier ne présente de réaction.
La douleur est un instinct, impossible à retenir. Soit mort soit évanoui.

Les flammes autour de Saykanel s'éteignirent immédiatement. Il se précipita vers l'hajhira, priant pour qu'il ne soit pas mort. Quand il le retourna pour regarder ses yeux, ce qu'il vit lui fit l'effet d'un éclair.
Tout son corps était en train de se métamorphoser de manière instable, comme si plusieurs forces s'y disputaient pour trouver un compromis, comme s'il avait oublié sa vraie forme. Son bras droit était le pire. Il était devenu tour à tour une tentacule, un sabot, une pince et une nageoire.
Son inconscience lui fait perdre son identité. Il doit la réaffirmer s'il veut vivre.
« Hey, hey. Réveille toi. »
Subconscient. Il lui faut un choc émotionnel, quelque chose en rapport avec ce qu'il est.
« Tu es un tire-laine, hein ? Tes vêtements le montrent. De la cour des miracles ? Pas des assassins hajhiras, ça se voit. Je...Je parie que tu es orphelin. Voleur. Gamin. »
Cela semblait marcher, peu à peu son corps ralentissait les transformations. Il vivrait, mais en quel état ? Saykanel entreprit de prendre son pouls, il était trop rapide mais les battements étaient réguliers. Soudain l'oreille droite de Saykanel se dressa et il entendit du bruit.

« Je vous dis que des gens se battent ici, vous n'avez pas entendu ? »
« A tous les coups, des hommes de la Cour se battent avec les lames. »
« Et si c'était des gosses ou des ivrognes ? On va pas les laisser s'entretuer ! »


Saykanel vit son vêtement carbonisé et entreprit de se maudire pour sa propre bêtise. Il fallait un endroit où l'hajhira pourrait se remettre, à l'abri des vents, sans agitation.
Plus gros problème était la possibilité d'être trouvés par les habitants. Ils étaient sur le territoire de la Cour des miracles et c'étaient les dernières personnes dont Saykanel avait besoin.
« Bon si tu peux parler c'est le moment. Tu as un endroit où tu te caches d'habitude ? Un endroit sûr, fermé ? Parce que je te garantis que ta survie dépend d'un vrai repos. »
Sans attendre la réponse, il souleva l'hajhira, le plaçant sur son épaule et entreprit de prendre la direction nord, loin de ce quartier.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 20:58

"J'ai mal ... Pourquoi est-ce que j'ai aussi mal ?

Anva'ar ouvrit les yeux, mais ne vit qu'un vide profond et sombre. Il flottait à l'intérieur de ce vide, sans pouvoir bouger.

La douleur était toujours là, intense et brûlant l'intérieur même du Hajhira. Elle était moins forte qu'avant, mais elle était encore là.

Au début, il n'y avait que la douleur. Puis après, une suite d'images défila dans l'esprit d'Anva'ar. Elles allaient à toutes vitesses, puis revenaient, et repartaient encore, tel un cercle sans fin. Il ne pouvait que les entrapercevoir, mais au fur et à mesure, elles devenaient de plus en plus visibles, presque tangibles. Celles-ci correspondaient à des animaux, des bêtes diverses et variées. Toute celles qu'il avait pu observer depuis qu'il était venu au monde. Il reconnaissait des Edwils qu'il avait pu apercevoir en troupeau une fois lorsqu'il s'était aventuré dans la forêt. Cette image laissait place à un troupeau de Bolipes vu au port, transportés en tant que marchandises.

Tout à coup, une image se rapprocha plus que les autres, et au lieu de repartir, elle resta sur place dans l'esprit du Hajhira, comme si elle méritait une place de choix. Anva'ar se concentra dessus, et l'image se révéla être celui de l'animal qu'il avait le plus admiré durant sa vie, un animal qu'il n'avait jamais vraiment vu en vrai, du fait qu'ils n'habitaient que le désert brûlant d'Ermurag : Un Duerr.

Ces images étaient tirées du bestiaire qu'il avait chez lui. Cependant quand il essaya de se visualiser sa caverne, celle-ci apparu floue. Il n'arrivait pas à s'imaginer ce qu'elle contenait, juste ses contours. Puis ceux-ci disparurent, pour laisser place à l'image de Duerr encore une fois. Celle-ci était en train de prendre une place tellement importante que tout semblait s'effacer devant elle. Même les images défilantes commençaient à rétrécir.

La douleur, elle, ne faisait qu'empirer. Il semblait y avoir un lien entre l'image et la douleur qu'il ressentait, mais le Hajhira ne pouvait tout simplement pas y accéder.

"Peut-être que c'est ce que je suis après tout. Un Duerr." se surprit-il à penser.

La main d'Anva'ar sembla bouger toute seule, et se rapprocha de l'image, prête à la toucher. Quand soudain, il entendit quelqu'un parler. Il ne parvint cependant à entendre que quelques bribes :

"Tire-laine ... hajhiras ... orphelin. Voleur. Gamin"

A ces mots, l'esprit du Hajhira se mit à tourner sur lui-même, comme une toupie. Ces mots lui disait quelque chose. Il les avait déjà entendus. Il les avait déjà vécus. Un flot d'images incessant pénétra dans le vide dominé par l'image de Duerr, prenant sa place et occupant tout l'espace. Anva'ar y vit un enfant Hajhira, âgé sûrement de 6-7 ans, prostré dans un coin d'un bâtiment, à l'écart d'autres enfants qui s'amusaient entre eux. Une autre image survint, sur celle-ci, le même enfant était en train de frapper un autre férocement, alors que ses poings se transformaient en pattes puissantes.

Enfin, plusieurs images apparurent à la suite, formant une chaîne qui défila sous les yeux d'Anva'ar. Il y vit le même enfant plus vieux, errant dans les rues de Nèpres, faisant ce qu'il pouvait pour survivre. Le spectacle pathétique provoqua l'apparition de plusieurs larmes sur les joues de celui-ci. Il se reconnaissait enfin. Cet Hajhira qui avait eu une enfance pareille, c'était lui. Il n'était pas un Duerr, mais Anva'ar Kordrak, le Hajhira voleur métamorphe.

La douleur commença à diminuer, et l'esprit d'Anva'ar était maintenant rempli de souvenirs plus récents, mais moins douloureux. Le jour où il avait découvert l'art du vol, son premier butin, la création de sa petite base secrète. Dans son état semi-conscient, il entendit la même voix qu'avant qui parlait :

"Bon si tu peux parler c'est le moment. Tu as un endroit où tu te caches d'habitude ? Un endroit sûr, fermé ? Parce que je te garantis que ta survie dépend d'un vrai repos."


La voix lui demandait s'il avait quelque part où il pourrait se reposer, car apparemment il en avait besoin. Il se sentit ensuite soulevé, puis porté. Le Hajhira se saisit du peu de force qui lui restait, pour prononcer quelques mots, tout en essayant de faire en sorte que le tout soit cohérent.

"En dehors ... de la ville. Une Caverne ... Grosse pierre à l'entrée. Faut bouger la pierre ... pour entrer."

Après avoir réussi à prononcer ces quelques mots, Anva'ar perdit conscience à nouveau.
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 21:57

Saykanel était assis dans la caverne, fumant quelques herbes dans sa pipe. Il avait appliqué une lotion contre sa blessure, afin d'éviter qu'elle ne s'infecte. Pour le reste, ça se régénererait rapidement. Il réfléchissait à son comportement, couvert de honte.
L'hajhira était posé en face de lui, une petite couverture sous son dos pour que la roche ne soit pas inconfortable, pris dans ses songes. Son corps s'était complètement stabilisé, seul son bras avait, de temps à autres, des soubresauts métamorphiques.
Saykanel fut tiré de ses songes par une voix familière.
« J'ai ramené ce que tu m'as demandé. »
Un enfant troll de sept ou huit ans, d'environ un mètre soixante se tenait devant lui. Il était accompagné de sa petite soeur, plus jeune de trois ans, qui elle mesurait un mètre quarante. Les deux enfants étaient marqués par la terre, des cristaux parcourant leur dos et leur bras. Le premier portait une cape de tissus, la seconde un petit panier de lotions.
« Merci les jeunes. Mère n'a pas hurlé ?»
« On a préféré ne pas lui dire, répondit la plus jeune, tu sais comme elle est. On lui a dit qu'un enfant humain s'était blessé en jouant dans la forêt. »
Les deux jeunes avaient déjà apportés un sceau d'eau propre et une éponge, ainsi que la lotion que Saykanel s'était placée sur le torse. L'hajhira avait plongé la tête la première dans une mare d'eau croupie, il fallait le laver convenablement ou un risque de dysenterie et autres maladies s'imposait. Saykanel avait repéré plusieurs insectes parasites qui avaient essayé de se cacher dans la fourrure de l'hajhira. Tiques et larves surtout. Les vêtements avaient été lavés et séchaient près du feu.
Saykanel se leva, passa une main affectueuse sur le crâne de son demi-frère et posa un petit baiser sur le front de sa demi-soeur.
« Vous me rendez un grand service et je saurais vous en être redevable quand le temps viendra. Maintenant je vous conseille de ne pas rester, Mère s'inquiétera. Et si vous vous perdez à la faveur de la nuit, tous les dieux ne sauraient me protéger de sa colère. »
Les deux enfants eurent un rire et quittèrent la caverne après avoir déposé les trois flacons de produits divers.
L'hajhira semblait à moitié conscient.
« Ma mère est herboriste, j'ai fait demander quelques produits tandis que tu dormais. »

Saykanel vida sa pipe, la nettoya quelque peu avant de la remplir d'herbes et du produit du premier flacon.
« Ceci contre la douleur. Si je me souviens bien, ça devrait calmer la douleur et te réveiller. Ensuite, quand tu seras capable de bouger, tu boiras le deuxième flacon. C'est un produit nourrissant. La quantité est insuffisante pour réellement te restaurer, mais l'état liquide du produit le fera passer plus vite dans ton sang, te remettra plus vite en état de vraiment te nourrir. »
Le troll alluma la pipe en y plantant la griffe et fit fumer à l'hajhira quelques bouffées. Il la posa près de lui avant de s’asseoir.
« Le troisième produit...Tu n'en as pas besoin pour l'instant. J'ai craint que les coups t'aient causé des dommages internes mais après vérification, il semblerait que non. Au cas où tu aurais un jour une blessure interne, à l'estomac en particulier, ce produit-là s'ingère et répare les tissus abîmés. Ce n'est pas magique, mais ça fait son effet. Dis-moi s'il fait froid d'ailleurs, j'ai...Perdu la capacité à sentir le froid. Ou à y être soumis par ailleurs. »
Un petit feu était déjà allumé à proximité de l'hajhira, mais il était encore faible. Saykanel sentait qu'il avait la capacité de l'augmenter ou de le diminuer.

Saykanel passa quelques secondes à jouer avec une flammèche, la faisant tourbillonner entre ses doigts.
Arrête d'être un lâche et excuse-toi.
« Mon comportement est...Inexcusable. Certes, céder à ma provocation n'était pas la décision la plus intelligente au monde mais formuler cette provocation était une mauvaise idée. Les choses auraient pu tourner encore plus mal. Tu te souviens de ce qui est arrivé ? »
Saykanel remarqua que l'hajhira était sec et éteignit le feu d'un regard quand il remarqua que la fumée commençait à s'entasser dans la caverne, le vent soufflant vers l'intérieur. Il ferma les yeux.
Mouvement du vent. Causé par changements de températures. Modifier température revient à modifier le vent. Travail subtil. Complexe mais facile.
La fumée fut évacuée vers l'entrée, sans aucune grâce. Elle avait formé trois tourbillons sur le chemins et avait manqué de se jeter dans les narines de l'hajhira.
Ne pas substituer la précision par la brutalité. Travail précis. Progrès à faire.
« Tu as perdu le contrôle de ta métamorphose je crois. La précipitation peut-être ? Ou la fatigue. Ton corps a commencé à se comporter bizarrement. Je t'ai amené ici. »
Saykanel jeta un oeil à la lotion qui était à sa gauche, celle qu'il avait déjà placée sur son torse et la jeta à l'hajhira.
« Celle ci accélère la régénération des tissus et empêche les infections. Ça devrait permettre à ta fourrure de repousser convenablement. Je ne te donne pas la recette, ma mère m'écorcherait vif et donnerait mon cadavre à manger à des goules avant de trouver un nécromancien pour maudire mon fantôme. Mais elle la vend pour quarante écales. Le reste pour cent. Je te rassure, elle fait un gros bénéfice sur la vente. »
Le troll but dans son outre d'eau avant de la tendre à l'hajhira.
« Je suis Saykanel. »
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 22:46

Anva'ar ouvrit un oeil paresseusement, qu'il referma presque aussitôt. Il rouvrit ensuite les deux yeux. La dernière chose dont il se souvenait, c'était le vide. Suivi par la déferlante d'images ... Puis la voix. Cette voix caverneuse qui lui avait demandé s'il avait un endroit où aller. Il tenta une seconde de se rappeler à qui elle appartenait, mais n'y arrivait pas.

Dans un état semi-conscient, il observa ses alentours. Il se trouvait dans une caverne, assez grande, dont les murs étaient éclairés par une flamme vacillante qui créait des ombres ondulantes sur les parois. Anva'ar se rendit compte que le caverne était la sienne, notamment parce qu'il pouvait observer des vagues formes qui ressemblaient pas mal à ses trophées. On avait placé une couverture sur son dos pour éviter qu'il ne soit en contact avec la roche dure. Il allait devoir remercier la personne qui l'avait mise là. Du coin de l'oeil, le Hajhira observa deux êtres qui faisait à peu près sa taille entrer dans la caverne, se dirigeant vers une forme gigantesque mais cependant voutée, à cause du plafond.

Anva'ar se rappela soudainement. C'était le Troll avec qui il s'était battu. Celui qui avait failli le tuer. Il referma les yeux pour lui faire croire qu'il était encore inconscient, une simple précaution, peut-être inutile, mais on ne savait jamais. Après que les deux autres silhouettes, qui étaient sûrement de jeunes trolls, soient partis, le géant prit la parole à son intention, confirmant ses soupçons qu'il l'avait quand même remarqué.

"Ma mère est herboriste, j'ai fait demander quelques produits tandis que tu dormais."

Le Hajhira, encore à moitié inconscient, eut du mal à comprendre ce que lui disait le Troll. Il comprit enfin que la mère de celui-ci était herboriste, ce qui expliquait l'odeur de plantes présente partout dans la salle. Il tenta de s'appuyer sur son bras droit, mais celui-ci ne répondait pas. Une douleur presque effacée en provenait encore, et un bref coup d'oeil dans sa direction révéla qu'il avait ... changé. Au lieu de son habituel pelage noir et blanc, son bras était maintenant recouverte d'une toison Or et noire plus épaisse, et ses griffes étaient devenus plus longues et plus acérées.
"Mais qu'est-ce qu'il m'est arrivé ?"se demanda la Hajhira.

Le Troll se saisit d'une pipe, et la vida avant de la remplir d'herbes et d'une substance étrange.

"Ceci contre la douleur. Si je me souviens bien, ça devrait calmer la douleur et te réveiller. Ensuite, quand tu seras capable de bouger, tu boiras le deuxième flacon. C'est un produit nourrissant. La quantité est insuffisante pour réellement te restaurer, mais l'état liquide du produit le fera passer plus vite dans ton sang, te remettra plus vite en état de vraiment te nourrir."

Anva'ar eut à peine le temps d'enregistrer l'information avant que le troll ne lui porte la pipe à la bouche. Il en respira quelques bouffées, en toussotant et en crachotant, avant que le géant ne pose la Pipe à ses côtés.

"Le troisième produit...Tu n'en as pas besoin pour l'instant. J'ai craint que les coups t'aient causé des dommages internes mais après vérification, il semblerait que non. Au cas où tu aurais un jour une blessure interne, à l'estomac en particulier, ce produit-là s'ingère et répare les tissus abîmés. Ce n'est pas magique, mais ça fait son effet. Dis-moi s'il fait froid d'ailleurs, j'ai...Perdu la capacité à sentir le froid. Ou à y être soumis par ailleurs."

Prenant son inspiration difficilement, le Hajhira prit la parole pour répondre à son interlocuteur :

"N-non ... La température n'est ... pas trop mauvaise. J'suis habitué au temps de Nèpres, faut pas s'inquiéter. Et ... merci pour le produit, et les soins."

Quand au troll, ce dernier fit danser une flamme entre ses doigts quelques instants d'un air penseur avant de continuer.

Mon comportement est...Inexcusable. Certes, céder à ma provocation n'était pas la décision la plus intelligente au monde mais formuler cette provocation était une mauvaise idée. Les choses auraient pu tourner encore plus mal. Tu te souviens de ce qui est arrivé ?

Anva'ar réfléchit à ce qu'il s'était passé. Le combat et ce qu'il s'était passé avant étaient un peu flous, mais il se rappelait que c'était surtout sa faute si le combat avait eu lieu. S'il n'avait pas tenu tête au Troll, ça ne serait pas arrivé. Il entreprit de s'excuser.

" Non c'est bon ne t'excuses pas. C'est ma faute. J'aurais pas du être stupide à ce point. C'est ma faute si on s'est rentrés dedans, et j'aurais dû m'excuser. Sinon , je crois que ... Je sais pas. Mon bras est bizarre. Il a changé, je comprends pas ..."

Le géant, remarquant qu'Anva'ar était sec, éteignit le feu. La fumée était en effet en train d'envahir la caverne, et cela ne présageait jamais rien de bon. Par une certaine prouesse que le Hajhira n'arrivait pas à comprendre, le Troll réussit à expulser la fumée en dehors de la caverne, mais pas avant qu'elle réussisse à faire plusieurs tourbillons et de minuscules tornades. Un spectacle qui aurait pu faire rire Anva'ar s'il n'était pas dans cet état.

"Tu as perdu le contrôle de ta métamorphose je crois. La précipitation peut-être ? Ou la fatigue. Ton corps a commencé à se comporter bizarrement. Je t'ai amené ici."

"Oui ça me revient ... J'étais transformé, et là il y a eu une douleur ... Je l'avais jamais senti avant. C'était comme si l'intérieur de mon corps était en train de brûler. J'ai aucune idée de pourquoi c'est arrivé par contre ... Et ensuite tout ce que je me rappelle c'est des centaines d'images d'animaux dans ma tête. Il y en avait même que je n'avais jamais vu ... Merci de m'avoir amené ici. Je ... Je serais peut-être mort sans ça. Ou alors je me serais perdu."

Le Troll ne répondit pas, mais lui lança à la place un nouveau produit. Une espèce de lotion.

"Celle ci accélère la régénération des tissus et empêche les infections. Ça devrait permettre à ta fourrure de repousser convenablement. Je ne te donne pas la recette, ma mère m'écorcherait vif et donnerait mon cadavre à manger à des goules avant de trouver un nécromancien pour maudire mon fantôme. Mais elle la vend pour quarante écales. Le reste pour cent. Je te rassure, elle fait un gros bénéfice sur la vente."

Anva'ar rigola. Il l'aimait bien ce troll. Après tout les gens qui savent faire des blagues font souvent bonne compagnie.

"Merci pour ça, ta mère est vraiment géniale. Ta boule de feu ne m'a pas raté quand même. Si j'avais pas sauté dans le bassin, je serais probablement un petit tas de cendre à l'heure qu'il est !"

Le géant lui tendit une outre remplie d'eau, que le Hajhira s'empressa de boire. Les combats, ça donnait soif ! Il fut interrompu par le Troll.

"Je suis Saykanel."

"Enchanté Saykanel ! Moi c'est Anva'ar. Anva'ar Kordrak. J'aurais préféré d'autres circonstances pour une rencontre, mais après tout t'as bien des gens qui disent que la seule façon de forger une amitié c'est avec le combat !... Merci de m'avoir sauvé. T'en avais pas besoin et je l'aurais limite mérité."
Voir le profil de l'utilisateur

Saykanel Rokar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Sans guilde fixe
Inventaire : Pipe et herbes à fumer, vêtements, nourriture. Un peu de vin parce que les nuits sont froides.
Messages : 231
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 21
Localisation : Malaggar
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Lun 16 Mai - 23:53

Saykanel était presque furieux du discours que lui tenait son interlocuteur. Un choc des cultures et de l'éducation peut-être ? Saykanel avait appris à ne jamais s'incliner devant quiconque, hormis les dieux. Et encore. Anva'ar érigeait Saykanel en victime, ou plutôt semblait culpabilisé. Anva'ar n'était pourtant pas celui des deux qui était en tort. Saykanel avait antagonisé Anva'ar, Saykanel avait cherché à l'énerver, Saykanel avait proposé le combat. Cet hajhira avait-il une si basse opinion de lui-même ou y avait-il quelque chose que Saykanel ne comprenait pas ? Il décida de ne pas relever pour l'instant.

« Enchanté Saykanel ! Moi c'est Anva'ar. Anva'ar Kordrak. J'aurais préféré d'autres circonstances pour une rencontre, mais après tout t'as bien des gens qui disent que la seule façon de forger une amitié c'est avec le combat !... Merci de m'avoir sauvé. T'en avais pas besoin et je l'aurais limite mérité. »

Saykanel prit une grande inspiration.
« Je suis beaucoup de choses mais certainement pas un meurtrier. Te laisser là aurait fait de moi un meurtrier, cela ne fait aucun doute. Quant à ce que tu crois avoir ou non mérité... »
Saykanel reprit un peu d'eau. La magie qu'il avait utilisé l'avait drainé, épuisé même.
« Personne ne mérite d'être laissé pour mort, pas même le pire des assassins. Et je me suis battu avec toi...Tu ferais un piètre assassin. »
Saykanel et Anva'ar échangèrent un rire.
« Ton bras...Je ne peux rien faire. Peut-être devrais tu voir un métamorphe plus confirmé ? Dans tous les cas...Je ne vais pas rester plus longtemps. Je dois quitter Nèpres pour gagner Aurikann. Je doute que nous nous reverrons. Garde les fioles, elles pourraient sauver ta vie un jour. »
Saykanel lui serra la patte avant de partir de la caverne. Des adieux vaguement stoïques, marqués par la honte de Saykanel.
Il sortit de la caverne, confiant qu'Anva'ar s'en tirerait et posa un dernier regard sur Nèpres. Il avait touché son point le plus bas dans cette ville et il se jura que plus jamais son comportement ne serait similaire. Nèpres avait ce don pour ressortir le pire chez les individus. C'était une ville de contraste entre l'opulence des hauts-quartiers et la misère des bas.
Il fallait continuer vers le nord. Là, un bateau l'amènerait en Aurikann. Il faudrait éviter les routes fréquentées, continuer toujours nord par les chemins détournés... Un long chemin l'attendait, mais il ne pouvait plus rester.
Il jetta un dernier coup d'oeil dans la cave d'Anva'ar Kordak, se demandant comment il en était venu à une telle situation, s'interrogeant sur le futur de l'hajhira. Il chassa promptement ces pensées et amorça d'un pas rapide sa migration vers le nord.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   Ven 20 Mai - 19:52

Anva'ar se sentait franchement mal. Peut-être que c'était les herbes qu'il avait fumer, mais il supposait que c'était sans doute du à un mélange de douleur physique et moral. S'il ne s'était pas énervé contre Saykanel, rien de tout cela serait arrivé. Ils ne se seraient pas battus comme des chiffonniers, et ils n'auraient pas risqué leurs vies.
Le Hajhira évitait de regarder le Troll dans les yeux, se sentant honteux d'avoir causé tout cela.

Saykanel semblait toutefois avoir quelque chose à dire.

"Je suis beaucoup de choses mais certainement pas un meurtrier. Te laisser là aurait fait de moi un meurtrier, cela ne fait aucun doute. Quant à ce que tu crois avoir ou non mérité..." Le géant prit une gorgée d'eau et continua : "Personne ne mérite d'être laissé pour mort, pas même le pire des assassins. Et je me suis battu avec toi...Tu ferais un piètre assassin."

Les deux éclatèrent d'un rire joyeux. Il est vrai que le sujet abordé ne se prêtait pas vraiment à ça, mais ça faisait un bien fou de se marrer un bon coup. De toute façon, Anva'ar ne tenait pas vraiment à devenir un assassin. Tuer des gens n'était pas vraiment ce à quoi il voulait consacrer sa vie.
Saykanel se reprit et embraya.

"Ton bras...Je ne peux rien faire. Peut-être devrais tu voir un métamorphe plus confirmé ? Dans tous les cas...Je ne vais pas rester plus longtemps. Je dois quitter Nèpres pour gagner Aurikann. Je doute que nous nous reverrons. Garde les fioles, elles pourraient sauver ta vie un jour."

"C'est un adieu alors ? Bonne chance de ton côté. J'espère quand même qu'on se reverra. Je n'ai pas en tête de rester à Nèpres toute ma vie, alors peut-être bien qu'un jour ... D'ici là, portes-toi bien. Et encore merci pour les fioles et tout le reste. J'en ferais bon usage."

Anva'ar et Saykanel se serrèrent les pattes, puis le dernier quitta la grotte. Le Hajhira le regarda s'éloigner et poser un dernier regard sur sa caverne. Il espérait vraiment qu'ils se reverraient un jour. C'était une occasion rare pour lui de se faire des amis, et c'était à peu près comme ça qu'il voyait le Troll. Malheureusement celui-ci semblait pressé de partir, et le retenir n'avait pas l'air d'avoir été une option.

Le jeune Hajhira retourna s'allonger sur son lit de fortune et resta là à contempler le plafond de sa caverne. Le combat avec Saykanel n'avait pas été ce qui l'avait le plus dérangé. En effet Anva'ar réfléchissait encore à ce qu'il s'était passé à la fin de celui-ci. Il avait perdu le contrôle de sa métamorphose. Rien de pareil ne lui était jamais arrivé, la douleur cinglante qui l'avait transpercé avait été toute nouvelle pour lui. La brûlure qu'il avait subi au torse avait plutôt bien cicatrisée grâce aux produits de la mère de Saykanel, mais il restait tout de même une large étendue sans poils, en plein milieu de son thorax. C'était la seconde fois qu'il avait été aussi proche de mourir, ce qui ne manqua pas de lui rappeler ses deux cicatrices sur le flanc gauche, qui lui firent bizarrement un léger picotement.

Ce qui l'inquiétait surtout était l'état de son bras. Il ressemblait maintenant plus ou moins à un bras de Duerr, à la taille de celui d'origine. Le Hajhira réalisait maintenant que sa métamorphose pouvait être dangereuse. Il n'avait jamais ressenti que de la fatigue auparavant, mais il semblerait qu'en abuser aurait aussi des conséquences sur sa santé ...

Mais ce qui l'inquiétait encore plus était ce qui pourrait arriver si son corps entier mutait. Deviendrait-il un animal dénué de conscience, perdant tout de ce qu'il était avant ? Il ne préférait pas y songer. A la place, il attrapa un bandage qui traînait par terre et entrepris de se bander le bras. Heureusement pour lui, ses griffes pouvait toujours être rétractées, lui permettant de les dissimuler sous d'autres bandages, ainsi que sous de potentiels gants.

Anva'ar repensa aux paroles de Saykanel. Il aurait à trouver un maître de métamorphose pour que son bras reprenne un aspect normal. Le Hajhira y songea un certain moment, tout en continuant de contempler d'un oeil hagard le plafond de la caverne dans lequel se reflétait un spectacle de reflets lumineux produits par l'eau contenue dans le bassin qu'avait laissé le Troll. Il se décida finalement à ne pas le faire. Avoir un bras muté offrait à la fois des avantages et des désavantages, mais Anva'ar était près à les accepter. S'il lui permettait ainsi plus de force dans le bras droit, ainsi qu'un accès à des griffes plus puissantes, il faudrait aussi le dissimuler afin d'éviter tout problème. Cette mutation lui permettrait aussi de se rappeler ce qui s'est passé ce jour ci, et quels sont les dangers de sa magie.

Anva'ar remit ses vêtements désormais propres, qui ne le quittaient quasiment jamais. Il tenta de faire quelques exercices pour réveiller ses muscles engourdis, avec grand peine. Encore quelques sauts sur place, et il se sentait prêt à bouger un peu. Il grimpa l'escalier grossier pour se retrouver devant un magnifique coucher de soleil. Le Hajhira ne refusait pas souvent une bonne opportunité de vol nocturne, mais les circonstances n'étaient pas très propices.

Ainsi, Anva'ar réuni le peu de forces qu'il lui restait pour insuffler un peu de puissance dans son bras droit, qui gonfla et pris du volume. Il put ainsi s'en servir pour déplacer le rocher de l'entrée. Après avoir refermé l'entrée de son antre, le Hajhira redescendit l'escalier et éteignit le feu qu'il avait laissé allumer dans un coin. Avec une dernière pensée pour Saykanel, avec qui il aurait aimé fraterniser un peu plus longtemps, il s'allongea sur son lit de fortune, et s'endormit.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]   


 
Une rencontre explosive [PV Saykanel Rokar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Portail des mondes :: Récits oubliés :: Rp flashback-
Sauter vers: