La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Mer 27 Avr - 17:25

Cela faisait deux jours que la caravane de Vyardo était arrivé à  Nepres. Après de longues journée dans la poussière de la route, marchant au côté du chariot de queue,  le draturis n'aspirait qu'à se reposer. Il avait donc appliqué son programme habituel de retour en ville: trouver une auberge peu chère et sans trop de puces dans les lits,  dormir toute la première journée et profiter de la ville la deuxième.  Vyardo connaissait bien  Nepres, il y était déjà passé de nombreuses fois, mais de nouveaux spectacles se montait toujours et le jeune homme découvrait sans cesse de nouvelles pièce de théâtre. Il avait finit(après un détour pas vraiment volontaire par le port ) par rejoindre une taverne plutôt mal famée mais que Vyardo appréciait pour son excellente liqueur de framboise, qui avait donné son nom à la taverne : “la framboise sautillante”.
Vyardo pensait souvent que celui qui avait donné ce nom à ce bar devait avoir une sacré panne d'inspiration  .Enfin bon, malgré ce nom et la qualité de la clientèle, il aimait la taverne pour ses tarifs honnête et sa hache qu'il portait toujours en travers du dos lui garantissait une certaine sécurité.
Lorsque Vyardo rentra,  la taverne était bien plus rempli que la dernière fois. En fait, il y avait une quinzaine de personnes réparties autour des 5 tables, ce qui changeait agréablement des 7 ou 8 clients qui fixait avec un silence de mort tout nouvel arrivant. Vyardo pu aussi constater la nouvelle étagère derrière le comptoir, où trônait diverses bouteilles d'alcool plus ou moins louches, avec lesquelles un médecin pourrait aisément désinfecter une plaie . Vyardo   trouva une place au bout du comptoir, et dit:
“on dirait que les affaires marchent pas trop mal.”, ce qui lui valu un borborygme qu'il interpréta comme un oui, et il commanda une bière , qu'il sirota tranquillement en réfléchissant à son prochain employeur. Le précédent lui avait proposé de continuer avec eux mais il repartait pour Gaërya, et Vyardo refusait d'y retourner.

Il regarda dans la salle avec l'espoir d'apercevoir un galbuk, car ils font toujours des compagnons de boissons sympathiques, mais il n'y en avait aucun dans l'assemblée. Il tiqua lorsqu'il vu un Hajira, méfiant après sa mésaventure mais sa nouvelle bourse rattaché par une chaîne à sa ceinture le rassura.  Il se résigna à boire tout seul après avoir tenté d'engager la conversation avec un paysan de passage, qui l'ignora complètement, et qui était  visiblement là depuis un moment.


Après avoir finit sa bière, il contempla tristement le fond de sa chope et pris une grande décision :
“un godet de liqueur de framboise s'il vous plaît “
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Mer 27 Avr - 20:21

"Une bien belle journée !" Voilà ce que Anva'ar se dit, en sortant de sa caverne habituelle. Il resta debout devant l'entrée quelque minutes, le temps que ses yeux s'habituent un peu à la lumière. "Le soleil fait un peu mal ... Il est déjà cette heure là ? Je ferais mieux d'aller en ville, voir si je peux trouver quelque chose d'intéressant aujourd'hui."
       La "recherche d'objets" comme l'appelle Anva'ar, ou plus communément appelé vol à la tire par tout le reste du monde, était son passe-temps préféré. Il aimait tellement ça qu'il avait dû s'aménager un petit endroit tranquille pour y entreposer ce qu'il en tirait. Celle de la veille ne s'était pas révélé très fructueuse : un couteau, une plante en pot (il trouvait qu'elle ressemblait à un griffon) et quelques bourses d'or, qu'il s'est dépêcher d'entreposer chez lui. Il espérait trouver mieux aujourd'hui, quelque chose qu'il trouverait génial par exemple.
       
       Il se mit en route vers la ville, n'habitant que très peu loin d'elle. Il y entra, et se pressa d'aller vers le quartier marchand. C'était le meilleur endroit qu'il connaissait pour "ramasser" quelconque babiole, de la main d'un marchand incrédule. En s'approchant (avec une certaine aversion) du port, il remarqua un personnage assez atypique. Un homme, probablement la trentaine, aux cheveux longs et noirs. Ses habits pour le moins atypique ne furent pas toutefois ce qui attira l'attention du Hajhira. En effet ce dernier repéra sur celui-ci une hache à deux mains. Pas vraiment les armes les plus courantes par ici. Mais il remarqua aussi une bourse anormalement pleine "Mhh ... Bizarre, quelqu'un habillé comme ça avec une bourse aussi pleine ?" pensa Anva'ar. Soudainement intéressé par cet homme, il entreprit de le suivre, en essayant d'avoir l'air le plus "normal" possible.
       Le suivant jusqu'à une auberge nommée "La Framboise sautillante" (nom qui remplit toujours l'esprit d'Anva'ar d'images plutôt étranges), il y entra après un moment d'attente. L'homme n'était pas d'ici, c'était sûr. Mais il semblait assez à l'aise avec la ville : il devait déjà être venu avant. Le Hajhira s'assit à une table et commanda la fameuse boisson de la maison : la Liqueur de Framboise. Il la sirota tout en lorgnant la bourse que portait l'homme.
       Après un certain temps d'attente, et après que l'homme ait bu quelque pintes, Anva'ar décida de passer à l'action : "Aller, dernier vol avant de quitter la ville ! J'espère que ça en vaudra la peine ...". Il s'approcha doucement de l'homme, tout en évitant les ivrognes du coin. Profitant d'un moment d'inattention de l'homme, il tendit la main vers la bourse ... Et ne s'attendait pas à ce qu'on la lui attrape !
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Jeu 28 Avr - 13:18

Vyardo avait son verre à la main, prêt à le boire, savourant d'avance le goût de la framboise quand il remarqua que, à la limite de son champ de vision, du côté de son oeil artificiel, quelque chose s'approchait. Il fit la mise au point dessus, voyant le Hajira comme s'il le fixait mais sans que ses yeux n'ai apparemment bougé.
“Au moins un truc que Gaërya m’ai apporté “ songea Vyardo.
Il vit le voleur s'approcher discrètement sans réagir mais sans cesser de le “fixer”. Il soupira, huma une dernière fois son verre de liqueur, savourant ses subtiles fragrances de fruits rouge, savoura l'odeur de la framboise, hésitant, ne sachant pas si la perte d'un si noble breuvage valait vraiment de garder sa bourse… Vyardo posa finalement son verre avec regret et se saisit de la main du Hajira. Son oeil retourna à un fonctionnement plus traditionnel lorsque le draturis se leva et se tourna vers le Hajira.
“je peux savoir ce que vous faites monsieur ? “ dit il, un peu trop fort peut être : plusieurs autres clients regardais maintenant vers eux.
Le tenancier, voyant ce qu'il se passait et mû par son instinct qui lui disait que s'il ne faisait rien, il allait arriver quelque chose d'atroce à ce verre presque neuf qui lui avait bien coûté 2 ecales, se précipita pour débarrasser le godet. Il fut néanmoins trop lent car Vyardo s'en saisit de sa main libre, le bu d'une traite puis le lança derrière lui. Le tenancier vit avec effarement le verre decrire une majestueuse courbe et glapit lorsque le verre s'éclata par terre.
“Ça aurait vraiment été trop bête de le gâcher, surtout que je l'ai déjà payé ” dit Vyardo dans le silence désormais total dans la taverne. Les clients les plus lâches, qui se révélèrent aussi les plus prudents, sortirent avant que cette banale tentative de vol dégénére.
Vyardo tenait toujours la main du voleurs, qui n'avait pour l'instant absolument pas réagi,  l'air profondément surpris.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Jeu 28 Avr - 17:58

Anva'ar s'était dit qu'il serait plutôt simple de voler l'étranger, compte tenu du fait qu'il ne faisait même pas attention à sa bourse.
Il n'avait pas prévu que celui-ci lui attraperait la main. "... Qu'est-ce que ... QUOI ? Cet humain m'a démasqué ? Mais ce n'est pas possible ! Il ne m'a pas lancé un seul regard, j'en suis sûr !"
Il continua de fixer la main de l'homme s'étant emparée de la sienne, n'écoutant que d'une demie oreille ce qu'il disait.

"Je peux savoir ce que vous faites monsieur ?"

Anva'ar ne réagit pas. Il se bornait juste à fixer d'un regard ébahi la main serrant fermement la sienne. Quelques clients de la taverne réagirent en entendant l'étranger parler. Ils les fixaient maintenant, mettant légèrement mal à l'aise le Hajhira. En effet, la dernière fois qu'il était descendu dans la taverne, cela s'était mal fini, et la plupart des clients étaient retournés chez eux ivres, et surtout avec des bleus et des bosses.
Fixant toujours sa main prise dans l'étau de l'homme étrange, il entendit quelque client ricaner silencieusement et chuchoter "Hé hé hé... C'est le petit Kordrak qui s'est fait attraper ? On dirait bien qu'il va y avoir de l'action aujourd'hui !"
Il ne tressaillit même pas lorsque l'inconnu lança son verre derrière lui, ce qui eut un effet visiblement important sur le tenancier. Le pauvre homme s'étant empressé d'aller ramasser les morceaux. "C'est bien dommage, un verre pareil devait valoir une bonne somme." : Voilà ce qu'aurait pensé Anva'ar en temps normal, mais la colère était légèrement en train de monter en lui.
Quelques clients eurent la présence d'esprit de quitter la taverne, certains habitués sachant ce qui allait se produire, et d'autres préférant échapper à la tension qui planait désormais dans la salle.

D'un ton outré et dissimulant à peine sa colère, Anva'ar lança, en relevant la tête : " Humain ... Comment as-tu fait pour ... Tu n'as pas regardé une seule seconde dans ma direction ! Tu ... Tu ... Impossible !"

Ses yeux étaient rouges de colère. Anva'ar n'était pas très habitué à ce qu'on le remarque, mais là il n'arrivait même pas à comprendre. Sa bouche déformée essaya d'émettre un son, mais elle n'arriva qu'à produire un grondement féroce. Dans un coup de colère incontrôlable, il attrapa une chaise et la fracassa sur la tête du tenancier occupé à ramasser les éclats de verre, brisant par la même ceux-ci encore plus. Un silence plana pendant quelque secondes avant qu'un ivrogne ne se mette à hurler : "Bagarre Généraaaaaaale !".
Et ainsi tous les clients de la taverne se mirent à se donner des mandales dans la face. Cela aurait pu être abordé d'une manière plus poétique, mais la poésie ne se prête pas trop à ce type de scène là.
Un homme se mit en travers du chemin du Hajhira, qui essayait d'attaquer l'inconnu, et écopa d'un bon coup de poing dans la mâchoire, de ceux qui vous ôtent trois dents d'un coup et vous laisse avec une lèvre en charpie.

"HORS DE MON CHEMIN INSECTE !" tonna Anva'ar, avec une voix emplie de rage.

Il n'avait que faire de  cet homme, il essayait juste de réduire en charpie celui qui avait osé mettre en question ses talents (la modestie n'a jamais été son fort).
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Ven 29 Avr - 17:19

Vyardo vit le hajira fracasser une chaise sur la tête de ce pauvre tavernier. La réaction du voleur le surprit un peu: pourquoi il ne s'était pas juste enfui, comme les voleurs pris sur le fait le faisait habituellement. Il s'avança vers le centre de la taverne sans être embêté par les bagarreurs, qui n'étaient pas assez ivres pour s'attaquer avec un tabouret à un homme armé d'une hache. Une fois assuré d'avoir une certaine marge de manoeuvre, il se campa sur ses jambes et attendit que le hajira arrive assez près. Lorsque que le voleur s'approcha suffisamment, ils bondirent l'un vers l'autre…

Pour éviter d'énoncer ici ce récit  d'une violence inouïe sur ce forum sans limite d'âge, je vais désormais vous parler de la lanythine.
Ce petit crustacé d'une trentaine de centimètres vit dans les fonds marin tout autour de l'archipel. Elles se nourrissent de lanythe bleue qui constitue leurs yeux mais cela ne les empêchent pas d'avoir un regard très humain. Les lanythines vivent en communauté de 20 à 50 membres, mais certaines communauté peuvent aller jusqu'à une centaine de membres ! Leur présence indiqué toujours une forte concentration de lanythe.

Mais revenons à notre Framboise Sautillante. La plupart des clients avaient fui, seuls ceux qui était trop ivres pour se rendre compte de la situation et ceux qui était trop mal en point étaient restés. Vyardo arborait une griffure sur sa tunique,  au niveau du flanc gauche  (mais les griffes n'avaient  pas traversé le cuir épais ) et le hajira avait écopé de plusieurs coup, mais malheureusement tous donné avec le bout de la hampe et non avec la lame. Vyardo, en esquivant une des attaques du Hajira, marcha sur le tavernier, toujours inconscient depuis le coup de chaise du voleur. Cela lui fit perdre l'équilibre, mais un coup de hache judicieusement placé empêcha le hajira d'en profiter.  Vyardo se rattrapa, lança une bouteille encore pleine prise sur une table voisine vers le hajira, qu'il manqua complètement.  La bouteille,en tombant, se brisa et répandit dans l'air une délicieuse odeur de framboise.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Ven 29 Avr - 19:33

L'échec de la tentative de vol d'Anva'ar commençait maintenant à avoir des conséquences plutôt désastreuses.
Alors que la majorité des clients de l'auberge était maintenant occupée à se passer à tabac les autres, le Hajhira essayait toujours d'attaquer l'inconnu à l'origine (indirecte, précisons le) de son coup de rage. Il le suivit vers le centre de la taverne, tout en évitant avec une grâce presque divine (en tout cas si on la compare avec celle des ivrognes qui remplissaient la salle) ceux qui essayaient de se mettre en travers de son chemin, et en frappant dans la bouche ceux qui n'avaient ne serait-ce qu'osé essayé de l'attaquer.
"Allez viens saleté d'humain ! Ramènes toi !" pensa Anva'ar. Tout de fois dans son état la seule chose qu'il pût prononcer fut un étrange son se rapprochant de "RAAAAAAAAAAAAAAAH", mais tout en gardant la subtilité du "AAAAAAAAAARG".

Pour rester dans le bon ton du dernier message et éviter toute effusion de violence, ainsi que d'injures (une bonne bagarre à tendance à délier les langues et pousser les plus grands esprits à créer de nouvelles injures toutes plus créatives les une que les autres), il sera ici question d'une bonne recette de cuisine du crustacé mentionné auparavant, la lanythine. Procurez-vous en d'abord une, on peut en trouver dans les échoppes sur les quais, et elles sont généralement fraîches. Ensuite, chez vous, commencez par découper les yeux du crustacé. En effet la lanythe n'est pas recommandé comme nourriture. Si vous possédez une quelconque magie, évitez de les toucher avec vos paumes, perdre votre magie définitivement ne vaut pas (même si c'est débattable) un délicieux plat de lanythine. Mettez ensuite le crustacé à bouillir dans une marmite remplie d'eau.
Pendant que la lanythine bout, voyons comment cela se passe dans l'auberge.

"JE VAIS TE DETRUIRE ESPECE DE"

Oups, héhé, il semblerait qu'ils soient encore dans le feu de l'action. Revenons à nos crustacés, voulez vous ? Pendant la cuisson de la Ianythine, pensez à rajouter quelques herbes, comme de l'Ystol pour rajouter de la saveur au plat. Une fois le crustacé cuit (aidez vous de la couleur de sa carapace pour en juger), vous pourrez le servir sur une assiette, pour tout vos amis !

Je pense qu'ils ont fini de s'insulter, revenons à la Framboise Sautillante. La salle était maintenant jonché des corps inertes de gens trop ivres ou trop assommés pour se lever. Une bonne partie avait aussi quitté les lieux, jugeant que leur ventres avaient pris assez de coups de pieds.
Anva'ar s'était légèrement calmé. Il arborait toujours un air contrarié, mais moins qu'avant. Pour cause, il était dans l'un des combats les plus intéressants qu'il avait mené depuis longtemps. L'inconnu réussissait à éviter ses coups de griffe (il était passé des griffes aux points au bout d'un moment), tout en lui assénant des coups de manche. Le Hajhira lui aussi arrivait à esquiver les coups de lame, mais il était à présent couvert de bleus. Il tenta de profiter du fait que l'homme avait trébuché sur le tenancier pour prendre appui sur la tête de ce dernier et effectuer un coup plongeant, mais l'annula à la dernière seconde pour éviter un coup de hache bien placé. Tout en reculant, il eut le loisir d'observer l'inconnu se saisir d'une bouteille de liqueur pour la lancer sur lui. Mais le pauvre se rata complètement et la bouteille atterrit sur le sol, libérant en se brisant de délicieuses effluves de framboise.
Cela eut malheureusement pour effet de déconcentrer Anva'ar, les Hajhiras possédant un odorat plus développé que les humains, l'odeur de framboise lui assaillit les narines. Il recula pour se les dégager, évitant au passage quelque coups de hache.
Les deux combattants , maintenant près de l'entrée de l'auberge, se fixèrent pendant un petit moment avant de passer à l'attaque ! Ce qui fut vite arrêté lorsqu'une voix dehors lança : "Voilà la Garde !".
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Ven 29 Avr - 22:21

“Voilà la garde!”

Vyardo jura, s'éloigna du Hajira, et maudis intérieurement ces gardes qui interrompait ce combat fort intéressant, autant d'un point de vue technique que culturel: Vyardo avait appris plusieurs insultes très originales et, à son tour, avait transmis son savoir en matière d'injure au voleur. Il ne se souvenais pas très bien, mais il était à peu près sûr qu'il ne s'était pas répété une seule fois. Enfin la garde allait intervenir, et le draturis ne tenait pas à passer sa nuit dans une des chambres fraîche et ombragé dont elle a le secret. Il se voûta légèrement, ferma son oeil gauche à demi et s'avança avec un léger boitillement vers la porte, la hache dans la main gauche et la main droite qui tenait son épaule. La grimace qu'il faisait ne laissait aucun doute quand à son état. Les gardes le virent sortir, médusé, tandis que le hajira sortait, couvert de bleu mais apparemment en pleine forme . Les deux combattants restèrent là,  haletant, avec à peine 2 mètres en très eux. Parmi les cinq gardes, trois accoururent autour du Hajira, le menaçant avec leurs armes tandis que l'un des leurs essayait de le menotter, et un seul s'occupa de Vyardo,leur chef restant en retrait et laissait ses sous fifres s'occuper de ces phénomènes.  Le jeune garde qui s'occupait de Vyardo  bredouilla de vagues excuses en essayant de lui faire lâcher sa hache. Le jeune draturis avait l'air au bout du rouleau, épuisé, et ne réagit pas tandis que le garde s'acharnait sur sa main gauche.

“Je suis désolé, mais vous pouvez lâcher votre arme s'il vous plaît ? “ demanda le garde, visiblement un  novice .

“Tu peux rêver, …"

Vyardo profita de l'occasion pour placer une des insultes qu'il venait d'apprendre, qu'il trouvait particulièrement adaptée.
Il mit un coup de genoux dans le nez du garde, penché sur sa poigne, ce qui jeta le garde à terre avec un cri de douleur, puis projeta le bout ferré de la hampe de sa hache dans la poitrine du garde qui essayait de menotter le hajira. Il partit alors en courant dans le dédale de ruelle, sans aucun boitillement, les deux yeux bien ouvert, et sans que son visage ne montre aucune trace de souffrance. Le draturis se mit à rire en pensant à la crédulité de la garde, qui n'avait aucune chance de le rattraper avec leurs cuirasses en ferraille . Il ne savait pas vraiment pourquoi il avait frappé le garde qui menottait le voleur. Peut être car il se sentait coupable de lui avoir joué le coup de la victime blessé sans lui laisser aucune porte de sortie. Et puis cet échange culturel était fort constructif, sans parler d'un combat qui était plus qu'intéressant. Il se dit qu'il aurait bien aimé boire un verre avec lui et le rencontrer dans d'autre circonstances…
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Ven 29 Avr - 23:52

Lorsque la garda arriva sur les lieux, le combat était déjà fini. Anva'ar et l'inconnu se tenait à quelque mètres l'un de l'autre, haletants et couverts de bleus.
Question énergie et mental, le Hajhira semblait en pleine forme. Il se balançait allègrement sur ses deux pieds, un mouvement accentué par sa queue agile. Anva'ar était tout simplement soufflé par les habiletés au combat de l'homme qui se tenait à quelques pas de lui. Le combat aurait duré un peu plus, et il aurait dû utiliser ses dagues, voire même sa magie ! Mais il s'est toujours dit que seules certaines situations le méritaient. Il était toutefois encore plus intéressé par l'inconnu qu'avant le combat. Son côté curieux souhaitait surtout comprendre comment il avait été capable de le détecter sans tourner la tête : "Si ça c'était pas surprenant ? Faut vraiment que je lui demande comment il fait !" pensa Anva'ar.

Toutefois l'arrivée des gardes ne lui en laissa pas l'occasion. Il remarqua tout de suite que l'étranger avait changé d'air. Il semblait maintenant affaibli, blessé (tout du moins plus que ce qu'il devrait être). Le jeune Hajhira eut tout de suite un sourire aux lèvres "La vieille technique de la victime ! Un gros classique. Mais ça veut aussi dire qu'ils vont rediriger toute leur attention sur moi. Et mince.".
A peine sur les lieux, les gardes se séparèrent. Un seul s'occupa de l'inconnu, tandis que trois encerclèrent le Hajhira, et un qui semblait être le chef resta en retrait. Plutôt rapidement, l'étranger réussit à s'échapper en frappant le garde chargé de l'arrêter, puis celui qui essayait de le menotter lui. Anva'ar se demanda pourquoi il avait fait ça, mais il eut aussitôt une réflexion sur le fait qu'il n'en aurait pas besoin pour s'échapper. Après tout il aimait bien les gardes. De très bons partenaires de jeux ! Le Hajhira se mit aussitôt à sourire. Les gardes étaient les représentants de la loi, mais la plupart d'entre eux étaient de gros balourds pas très vifs d'esprit. Il continua à "jouer" un peu avec eux, ce qui se résumait à esquiver leurs vaines tentatives à l'assommer ou de l'attraper. Il s'amusait notamment à leur faire des balayages, leur armures limitant leurs mouvements, le spectacle était assez cocasse, surtout vu qu'il n'arrêtait pas de lancer des injonctions telles que "Arrêtez-vous au nom de la loi !", légèrement entachés par leurs glapissements de douleur lorsqu'ils tombaient.
L'un des deux autres gardes essaya de le menotter mais les mains rapides du Hajhira bougèrent trop vite et il ne réussit qu'à menotter l'air (peut-être y avait-il un esprit de l'air, mais on me dit qu'ils ne sont pas très réceptifs aux menottes). Anva'ar se dit qu'il devait vite rattraper l'autre homme, sinon il n'arriverait peut-être pas à le retrouver. Une fois sûr que personne ne les regardait, le Hajhira se concentra quelques brèves secondes (mais qui semblèrent plus longues dans son esprit) sur une certaine image.
Après un certain temps, des bois surdimensionnés lui poussèrent sur la tête. Les gardes furent stupéfaits par ce qu'il voyait, et en même temps on ne peut vraiment les blâmer. Avant de charger, Anva'ar ne put s'empêcher une petite blague.

-"Alors, on n'arrive pas à m'attraper ? C'est pas grave, essayez de toucher DU BOIS !".

Et sur ça, il chargea. En s'aidant de ses bras comme soutien, il plongea en avant vers l'un des gardes et releva la tête, l'envoyant valser sur le côté avec puissance. Avant de voltiger, le garde eut juste le temps de s'exclamer :

"Impossible ! Un Edwil ?!"

Les autres gardes, trop surpris pour agir, ne purent rien faire pour empêcher le jeune Hajhira de s'enfuir par une ruelle. Ce dernier pensait avoir perdu l'homme qu'il recherchait. Puis il se rappela qu'il est toujours possible de monter sur les toits lorsque l'on cherche quelque chose.
Il prit quelques minutes pour se reposer (sa métamorphose était plutôt désavantageuse à ce sujet), puis escalada vite fait un échafaudage de fortune retenant une maison. Une fois sur le toit, il repéra vite l'homme, de part ses vêtements qui contrastait avec l'environnement. Il descendit de la maison et couru vers l'endroit où il l'avait vu. Anva'ar ne put résister à son envie de lui faire une surprise. Avançant silencieusement dans les ombres, il marcha jusqu'à ses côtés, puis entama :

" Et bien ? C'était sympathique non ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Sam 30 Avr - 13:14

" Et bien ? C'était sympathique non ?"

Vyardo sursauta.
Il s'était arrêté dans une petite ruelle déserte  et refaisait les noeuds qui fixait la hache sur son dos lorsque le hajira était apparut à côté. Il se releva précipitamment, mais le draturis ne trouvait pas la posture du Hajira agressive donc il se pencha à nouveaux sur ses noeuds

“C'était effectivement un bon combat” répondit le draturis avec un sourire.

Les noeuds qu'il faisait étaient complexes: il fallait qu'ils tiennent suffisamment sa hache pour pas qu'elle ne tombe mais que Vyardo puisse la saisir à tout moment. Il s'était déjà retrouvé pris dans une bagarre dans l'impossibilité de se défendre avec sa hache contre deux agresseur armés de coutelas à cause d'un noeud raté. Il en avait donc tué un avec sa dague après un combat difficile, et l'autre s'était enfui.

Une fois ses noeuds finit, le draturis se releva, enfila le harnais sur lequel était désormais attaché sa hache, et annonça au hajira :

“Bon je vais aller chercher mes affaires à l'auberge avant que les gardes ne les trouvent. Ces abrutis vont fouiller toutes les auberges du coin.“

Vyardo se dirigea vers son auberge quelque rue plus loin. En s'éloignant, il lança:
“Il y a une taverne proche de l'auberge, et j'ai bien l'intention de finir ce que j'avais commencé  à la Framboise Sautillante avant de quitter la ville, ça te dis ?”

Vyardo était plutôt curieux de discuter avec le Hajira et espérait qu'il allait accepter son invitation.

Une fois ses quelques affaires réunies dans un grand sac, Vyardo se rendit vers la taverne en question, nommée “la Fraise Bondissante”.
Le jeune homme se dit que les taverne avait vraiment un gros problème de nom dans cette ville.
Il entra sans que personne ne fasse  attention à lui. Il n'était jamais entré dans cet établissement, car pourquoi aller dans une taverne comme celle ci alors qu'il y en a une qui servait (et ne servirait plus avant un moment ) de la liqueur de framboise juste un peu plus loin? C'était un bar plutôt propre, avec une vingtaine de clients mieux habillé et moins ivres que ceux de la Framboise. Il y avait quelques table Vyardo s'installa à une table libre proche de la fenêtre et attendit le hajira avec une certaine impatience.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Sam 30 Avr - 15:17

Anva'ar ne put s'empêcher de sourire lorsque l'homme sursauta : "Rien à faire, ce sera toujours aussi drôle !". Ce dernier semblait occupé à faire des noeuds autour de sa hache, certainement pour l'attacher à son dos. Un peu comme le fourreau d'une épée, quoi.

“C'était effectivement un bon combat”

Maintenant qu'ils n'étaient plus en train d'essayer de s'étriper, le Hajhira observa plus en détail le visage de l'homme. Il possédait une fine barbe brune et une chevelure assez longue. Il n'était pas vraiment un fan de ce genre de style capillaire, mais quand on est couvert de poils on peut se dispenser de remarques sur l'apparence des autres.
Scrutant un peu plus son visage, il décela une chose assez inhabituelle. L'étranger avait une cicatrice au niveau de l'oeil droit. Très fine, celle-ci n'était visible qu'avec un bon regard. Même s'il était surpris d'en trouver une à cet endroit, il n'en pensa rien. Après tout on peut se faire des cicatrices avec presque tout.
Lorsqu'il eut fini ses noeuds, l'homme se redressa et passa sa hache dans son dos. "J'imagine que c'est plus pratique pour la dégainer. Plutôt futé ce gars.", pensa Anva'ar.

“Bon je vais aller chercher mes affaires à l'auberge avant que les gardes ne les trouvent. Ces abrutis vont fouiller toutes les auberges du coin.“

" Oh, vous inquiétez pas trop. Les gardes sont pas très finauds par ici. Ils mettront un bon bout de temps avant de retrouver votre trace."

L'inconnu se mit en route, sûrement vers son auberge. Avant de s'éloigner, il interpella le Hajhira :

“Il y a une taverne proche de l'auberge, et j'ai bien l'intention de finir ce que j'avais commencé  à la Framboise Sautillante avant de quitter la ville, ça te dis ?”

"Bonne idée ! On s'y retrouve vite fait, j'ai juste quelque chose à aller prendre."

Anva'ar, plutôt guilleret, se dépêcha de rentrer chez lui. Il sortit de la ville par la grande porte à toute vitesse, renversant quelques passants au passage. Ces derniers l'invectivèrent, mais il n'avait pas le temps d'entendre ce qu'ils avaient à dire.
Il arriva à sa petite caverne, et y entra à l'aide d'une petite astuce qu'il avait découverte. En effet, même si cela l'épuisait souvent, il s'était dit que la Métamorphose pouvait avoir de bonnes utilisations. Et l'une de celles-ci constitua son "système de sécurité", ce dernier se résumant uniquement à : Un gros rocher qui bloquait l'entrée. Le Hajhira nota très bien l'ironie de la chose lorsqu'il le mit en placer pour la première fois. On dirait vraiment une caverne aux trésors maintenant. Un peu plus et il faudra dire dire quelque chose au rocher pour qu'il s'ouvre !"
Il se servit de son bras droit, celui partiellement métamorphosé, et se concentra dessus. Le bras prit en volume, et ses griffes se développèrent. Depuis l'incident, il suffisait juste d'un peu de concentration pour que son bras muté prenne bien la forme d'une patte de Duerr. Cela demandait bien moins d'énergie que toute autre métamorphose, et ça l'arrangeait bien. Anva'ar saisit le rocher et le poussa sur le côté. Sa caverne n'était pas très profonde, mais il l'aimait bien. C'était là qu'était entreposé son butin, tout ce qu'il avait volé depuis qu'il avait trouvé cet endroit. Quelques tapis jonchaient le sol, avec quelques coussins qu'il avait trouvé dans une maison quelconque. Dans les coins étaient entassés des bourses, des coupes en argent, ou encore des couteaux, et tout ce qu'il trouvait bien. "Mhhhh... Si je retourne ici, il faudra que j'améliore tout ça.".

En effet, cela avait été légèrement abordé plutôt, mais Anva'ar s'était enfin décidé à quitter Nèpres. Il commençait à avoir marre de cette ville dans lequel il avait passé toute sa vie. Son petit passage dans la ville était en fait son dernier avant de partir. Mais l'altercation avec l'étranger l'avait légèrement bousculé dans ses plans. Il souhaitait toutefois en apprendre plus sur lui, et se décida à le rejoindre.
Il rangea ses affaires dans un sac (kit de crochetages, ses dagues, quelques bourses d'or pour la route ...), mais ne put résister à l'appel du sommeil. Le jeune Hajhira se roula en boule sur un tapis et s'endormit presque immédiatement. Ses périodes de sommeil étant toutefois très disparates, il se réveilla quelques minutes plus tard.
Il se rappela son "rendez-vous" et se dépêcha de sortir de sa caverne. Il prit le temps de refermer l'entrée, puis retourna en ville. Il arpenta les rues du quartier marchand jusqu'à la fameuse taverne où il était censé revoir l'inconnu. Cette dernière se nommait : "La Fraise Bondissante" . Anva'ar s'exclama : "Faut vraiment que quelqu'un dise au tenancier qu'une taverne, c'est pas nommé en fonction d'un fruit et d'un adjectif comme ça. Enfin bon, c'est pas pire que L'Ystol Sautant. ". Le Hajhira frissonna en prononçant ce nom, lié au douloureux souvenir d'une mort évitée, due à de la nourriture avariée qui lui avait presque détruit le système digestif.

Il entra dans la taverne et vit presque automatiquement l'étranger. Il se dirigea vers sa table, tout en attrapant une bouteille de liqueur de fraise (Anva'ar se demandait toujours comment ils avaient fait pour éviter tout problème avec La Framboise Sautillante.), et s'assit en face de l'homme.

"Désolé pour le retard, j'avais un petit quelque chose à ramasser ! Alors, commençons par le commencement. Mon nom c'est Anva'ar. Et vous vous appelez comment ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Sam 30 Avr - 18:43

Vyardo vit le hajira rentrer avec soulagement et fut heureux de le voir attraper une bouteille de fraise.  Le draturis était à deux doigts de commencer à boire sans lui.
"Désolé pour le retard, j'avais un petit quelque chose à ramasser ! Alors, commençons par le commencement. Mon nom c'est Anva'ar. Et vous vous appelez comment ?"

"Je suis Vyardo Leonacci, mercenaire de mon état. État que j'ai fui d'ailleurs. Enfin bref, c'est une longue histoire. Voyons voir ce que vaut cette bouteille”
Le draturis rempli son verre et celui du dénommé Anva'ar. Il était un peu déçu, la fraise ne valant pas la framboise selon lui, mais étant donné qu'ils venaient de ravager la seule taverne de sa connaissance qui en servait, il allait falloir s'en contenter. Il trinqua avec le hajira et but son verre. C'était plutôt du bon alcool, et cela lui faisait du bien après ces derniers événements, qui n'avaient duré que quelques minutes… Vyardo avait commandé son godet de liqueur de framboise seulement 1 heure et demi plus tôt .
Le draturis se demandait ce qu'il allait faire maintenant. Il était désormais hors de question pour lui de traîner sur la place du marché ou aux portes de la ville pour chercher su travail après avoir cassé le nez d'un garde. heureusement il possédait assez d'argent pour pouvoir voyager un moment seul. Au vu du sac de Anva'ar, le hajira souhaitait lui aussi partir en voyage. Vyardo se demandait s'il viendrait avec lui. A eux deux, ils ne risquaient rien sur la route. Vyardo songeait même à aller voir sur une autre île. Cela faisait des années qu'il voyageait sur Morrokoth et il connaissait désormais bien la majorité des grandes villes, alors pourquoi ne pas aller ailleurs? Il irait peut être à Ermurag.
Après avoir finit son verre, Vyardo dit à Anva'ar :
“Visiblement, tu veux partir en voyage. Que dirait tu d’Ermurag?”
Puis il se resservit, lui et Anva'ar,  et commanda un saucisson .
S'il y avait deux choses que Vyardo aimait plus que tout, c'était la framboise et le saucisson. Ah mais il y a la liberté aussi. Donc s'il y avait trois choses que Vyardo aimait plus que tout, c'était la liberté, les framboises et le saucisson.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Sam 30 Avr - 19:26

"Je suis Vyardo Leonacci, mercenaire de mon état. État que j'ai fui d'ailleurs. Enfin bref, c'est une longue histoire. Voyons voir ce que vaut cette bouteille”

Anva'ar dévisagea le dénommé Vyardo. Ainsi il s'était enfui de chez lui ... Intéressant. Le Hajhira avait remarqué à la façon dont il avait évité de prononcer son nom qu'il ne portait pas sa patrie dans son coeur. Il ne put cependant s'empêcher de se demander quelle était cette patrie dont laquelle il parlait en ces termes.
Vyardo était aussi un mercenaire. Il était donc au service du plus offrant : "Bonne manière de se faire de l'argent. Même si ma façon est plus rapide ... Et plus radicale" se dit le Hajhira.
L'humain lui servit un verre de liqueur de fraise. Anva'ar se demanda quelle était l'obsession des tavernes de la ville avec les liqueurs de fruit. Elles ne sont pas mauvaises, mais c'est pas une raison pour en avoir tous les 300 mètres.
Après avoir bu le contenu de leurs verres respectif, Vyardo s'exprima :

“Visiblement, tu veux partir en voyage. Que dirait tu d’Ermurag?”

Anva'ar tiqua. Si ça ce n'était pas une coïncidence ! Ermurag ! Le seul endroit à Thoronir où on trouvait des Duerrs ! Et donc la destination première d'Anva'ar. C'était l'animal avec lequel, même s'il n'en avait vu qu'un ou deux au cours de sa vie, et réduits à de simples bêtes de foire, il avait le plus d'affinités (sûrement parce qu'avoir un bras à moitié Duerr peut vous aider à mieux les comprendre).
Il se redressa. Son bras. Il vérifia vite fait que sa manche était assez longue. Il avait pris des précautions supplémentaires en enfilant des bandages autour. Ainsi il pouvait toujours le faire passer pour des brûlures, si on lui demandait. Les gens de Nèpres n'étaient pas forcément très à l'aise avec la magie, alors avec ceux qui possédaient quelconques mutations, il ne fallait pas s'attendre à se faire accueillir partout. Il espéra juste que son interlocuteur, s'il l'apprenait, n'aurait pas de problème avec.
Anva'ar se rappela juste à temps que ce dernier attendait surement une réponse.

"Ermurag ? Quelle coïncidence ! C'était là où je voulais me rendre en premier ! Du coup, oui je serais partant ! Après tout plus on est de fous, plus on rit !"

Le visage du Hajhira s'illumina d'un grand sourire : "Chic ! De la compagnie !" pensa-t-il. Après tout, il lui faisait déjà confiance. Un combat permet de bien identifier la personnalité d'une personne, et Anva'ar aimait déjà celle de Vyardo. Bien sûr, il hésitait encore un peu à lui montrer ce qui avait à faire avec sa magie. Le temps viendra, il le savait.
Vyardo commanda un saucisson. Le Hajhira préféra le lui laisser, il n'était pas trop fan de ce type de nourriture.

"Mais du coup, Vyardo, pourquoi est-ce que tu veux te rendre sur Ermurag ? J'ai cru comprendre qu'il y avait des villes marchantes, c'est pour ça ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Sam 30 Avr - 21:18

"Ermurag ? Quelle coïncidence ! C'était là où je voulais me rendre en premier ! Du coup, oui je serais partant ! Après tout plus on est de fous, plus on rit !"
Le hajira avait l'air vraiment enthousiaste à l'idée de ce voyage, au vu de son sourire béat. Vyardo était content de s'être trouvé un compagnon. Le hajira avait l'air plutôt sympathique, une fois calmé, et Vyardo pensait qu'il  ne recommencerai pas de sitôt à essayer de voler la bourse du draturis.
De plus, durant le combat, Vyardo avait remarqué quelque chose d'étrange avec le bras de Anva'ar.  Enfin bon, chacun ses secrets, et Vyardo ne tenait pas à révéler les siens tout de suite. Le saucisson commandé arriva, et devant le refus du hajira,  le draturis s'y attaqua joyeusement. Il releva la tête quand Anva'ar lui dit
“Mais du coup, Vyardo, pourquoi est-ce que tu veux te rendre sur Ermurag ? J'ai cru comprendre qu'il y avait des villes marchantes, c'est pour ça ?"

Vyardo hésita. Devait il vraiment raconter son histoire à ce voleur surgit de nul part?
Il se dit que ses années à Morrokoth n'avait de toute façons rien de secret, et pris une grande inspiration:
“cela fait maintenant 6 ans que je parcoure Morrokoth, je suis d'ailleurs devenu mercenaire pour pouvoir vivre de ses voyages. Je n'aime pas la manière dont certains chef de caravanes donnent leurs ordres mais ma hache était la seule chose que je possédait et je ne pouvait ni ne voulais devenir employé d'un marchand.  Je ne sais pas depuis combien de temps tu es ici mais moi, j'aime découvrir de nouvelles choses et de nouveaux paysage. Je connais désormais trop bien cette île et je souhaite découvrir de nouveaux endroits. Le fait que je sois forcé de quitter la ville ne fais que précipiter ce départ d'ailleurs.”
Vyardo vida son verre, et le reremplit. Il se coupa une rondelle de saucisson et repris:
“Une fois là bas, je n'ai aucune idée de ce que je ferais. Sois je continu en tant que mercenaire, soit je trouve une autre profession.”
Vyardo  s'était longtemps demandé où il irait après Morrokoth. Il ne souhaitait pas aller à Gwildor car il craignait de croiser des androïdes et les machines galbuks ne sont pas très fiable. Quant à Aurikann, il considerait que quitte à aller découvrir une nouvelle terre, autant que ce soit au chaud. Il repris de ce saucisson au noisettes. Il se posa un moment la question de l’égale répartition des noisettes. Le draturis remarqua alors que le silence devenait pesant.
“Et sinon, pourquoi veut tu autant aller à Ermurag ? “
Lança - t-il
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Dim 1 Mai - 2:38

Anva'ar ne s'attendait pas trop à ce que Vyardo lui donne la raison de son départ pour Ermurag. Après tout il est rare de trouver des gens voulant se confier à une personne qu'ils viennent à peine de rencontrer, surtout quand cette dernière vient d'essayer de vous voler, et de vous passer à tabac. Il fut néanmoins surpris de l'entendre se prononcer :

“Cela fait maintenant 6 ans que je parcoure Morrokoth, je suis d'ailleurs devenu mercenaire pour pouvoir vivre de ses voyages. Je n'aime pas la manière dont certains chef de caravanes donnent leurs ordres mais ma hache était la seule chose que je possédait et je ne pouvait ni ne voulais devenir employé d'un marchand. Je ne sais pas depuis combien de temps tu es ici mais moi, j'aime découvrir de nouvelles choses et de nouveaux paysage. Je connais désormais trop bien cette île et je souhaite découvrir de nouveaux endroits. Le fait que je sois forcé de quitter la ville ne fais que précipiter ce départ d'ailleurs.”

Ainsi cela faisait autant de temps que l'humain arpentait les terres de Morrokoth. Cela expliquait sa relative aisance dans les rues de Nèpres. Vu ce qu'il disait, Vyardo devait être le genre de personnes à ne pas se faire marcher sur les pieds. Il semblait aussi avoir un penchant pour l'aventure. Ce trait là plut à Anva'ar. Ce dernier étant très curieux, il appréciait l'idée d'avoir un compagnon comprenant ses envies de découvertes. Il était effectivement temps pour le Hajhira de quitter sa ville natale. Cela faisait 24 ans qu'il ne faisait que traverser ses rues, et ses alentours. Il avait besoin de quelque chose de nouveau, d'aventure.

“Une fois là bas, je n'ai aucune idée de ce que je ferais. Sois je continu en tant que mercenaire, soit je trouve une autre profession.”

Le jeune Hajhira continuait d'écouter Vyardo. Ne sachant que répondre, il se contenta d'approuver de la tête, ce qui n'était surement pas adapté à la situation. Au bout d'un long moment de silence, l'homme s'exprima :

“Et sinon, pourquoi veut tu autant aller à Ermurag ? “

Anva'ar s'attendait toutefois à ce qu'il lui pose cette question. Il était plus que logique qu'on lui renvoie la balle. Il décida de ne pas mentir sur la raison principale, mais d'en cacher certains aspects, hésitant encore à faire confiance à son interlocuteur.

"Oh, c'est pour une raison toute bête. J'ai passé toute ma vie à Nèpres, et je me sens enfin prêt à la laisser derrière moi. J'ai vu quelques illustrations d'Ermurag dans des livres, et une m'a particulièrement attiré l'oeil. C'était un espèce d'animal que j'ai trouvé absolument géniale ! Je crois bien que ça s'appellait un "Duerr". Du coup, j'ai décidé de me rendre en Ermurag pour en voir quelques uns en chair et en os, dans leur habitat naturel. Cela peut sembler étrange, venant d'un type comme moi, mais j'aime bien les animaux !"

Anva'ar se sentit un peu mal de cacher la véritable raison qui le poussait à s'y rendre, mais il avait ses raisons.

"Donc voilà ! Je ne serais pas contre un peu de compagnie par contre. Tu peux compter sur moi pour y aller. Pour ma part, je suis prêt à partir. Et toi ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Dim 1 Mai - 11:54

"Oh, c'est pour une raison toute bête. J'ai passé toute ma vie à Nèpres, et je me sens enfin prêt à la laisser derrière moi. J'ai vu quelques illustrations d'Ermurag dans des livres, et une m'a particulièrement attiré l'oeil. C'était un espèce d'animal que j'ai trouvé absolument géniale ! Je crois bien que ça s'appellait un "Duerr". Du coup, j'ai décidé de me rendre en Ermurag pour en voir quelques uns en chair et en os, dans leur habitat naturel. Cela peut sembler étrange, venant d'un type comme moi, mais j'aime bien les animaux !"
Vyardo sentait bien que Anva'ar avait une autre raison pour aller à Ermurag : la découverte d'un animal, aussi intéressant soit il, ne justifiait pas un tel enthousiasme. Surtout un duerr. Enfin bon, qu'importe les raisons, le hajira était prêt à l'accompagner. Vyardo constata la fin de son saucisson, ce qui était bien dommage, et s'apprêtait à en commander un autre lorsque le hajira enchaîna :
“Donc voilà ! Je ne serais pas contre un peu de compagnie par contre. Tu peux compter sur moi pour y aller. Pour ma part, je suis prêt à partir. Et toi ?"
Le draturis sourit:
“J'ai tout le nécessaire dans ce sac. Mais j'ai cru comprendre que tu n'as jamais quitté Nepres, as tu vraiment tout le nécessaire pour un voyage de plusieurs jours à travers la nature? Il y a des auberges sur le chemin entre ici et Ghaudan, ou nous pourrons prendre un aéronef pour Alenor, mais il est possible que l'on doivent passer une nuit à la belle étoile.”
Vyardo vit que la bouteille était vide . Il reprit un air sérieux et se leva pour partir de la taverne.
“Si tu penses avoir ce qu'il faut, allons-y, en partant maintenant, on peut arriver à une auberge avant qu'elle n'ai toutes fermées.”
Le jeune homme espérait que Anva'ar avait bien compris qu'il n'était pas question qu'il lui paye l'auberge ou les repas. Il ignorait ce que le hajira pouvait bien avoir dans son sac. Il repensa au contenu du sien, qui représentait, avec ce qu'il portait sur lui, la totalité de ses possessions : il contenait un duvet, une outre de vin, une autre de liqueur de framboise d'un précédant passage à Nepres qu'il gardait pour une éventuelle occasion, une pierre à aiguiser, une besace rempli de viande séché  (le genre infect mais nourrissant), de quoi poser des collets, ses économies(deux cents cinquante ecales au total) et son précieux atlas.
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Dim 1 Mai - 14:24

“J'ai tout le nécessaire dans ce sac. Mais j'ai cru comprendre que tu n'as jamais quitté Nepres, as tu vraiment tout le nécessaire pour un voyage de plusieurs jours à travers la nature? Il y a des auberges sur le chemin entre ici et Ghaudan, ou nous pourrons prendre un aéronef pour Alenor, mais il est possible que l'on doivent passer une nuit à la belle étoile.”

Il était vrai que Anva'ar ne s'était jamais aventuré très loin en dehors de Nèpres, mais ça ne devait pas être trop dur. Après tout il suffisait juste de savoir marcher longtemps sans s'épuiser. "Je crois que je vais pouvoir encaisser un peu de marche à pied." pensa le Hajhira.
Vyardo fit mention d'un aéronef. Intéressant. Anva'ar s'était toujours demandé ce que ça pourrait faire de voler dans les airs sur un bateau comme ça. Il s'était toujours dit que ça devait être très différent de sa façon de voler habituelle. Au moins il n'aurait pas à s'épuiser à battre des bras comme un imbécile.

"Oh non c'est bon ne t'inquiètes pas pour moi, j'ai quelques ... Réserves ! Je suis déjà allé dans les alentours de Nèpres, donc je sais à peu près à quoi m'attendre de la nature. Je suppose qu'un Aéronef serait plus rapide, mais ça doit coûter pas mal cher, et on a surement de meilleurs choses sur lesquelles on devrait dépenser de l'argent. A part ça, je suis prêt à partir."

L'homme se leva de sa chaise après avoir finit la bouteille de liqueur. Avec un air plus sérieux, il reprit :

“Si tu penses avoir ce qu'il faut, allons-y, en partant maintenant, on peut arriver à une auberge avant qu'elle n'ai toutes fermées.”

"Je te suis ! Ah, je suis super excité, c'est la première fois que je vais quitter Nèpres pour de vrai !"

Le visage du jeune Hajhira se fendait d'un énorme sourire. Il allait enfin pouvoir laisser derrière lui son passé, et avancer. En plus il s'était trouvé un (possible) nouvel ami.
Il allait attendre un peu avant de lui faire totalement confiance par contre. On ne sait jamais quand quelqu'un peut vous trahir.
Il se rappela juste avant de partir qu'il avait oublié des choses dans sa caverne, et qu'il ferait mieux de ne pas partir sans.

"Désolé, mais je dois y aller j'ai oublié quelques choses chez moi ! On se retrouve à la porte sud de la ville, à tout à l'heure !

Sur ce le Hajhira s'empressa de retourner chez lui. Il alla tellement vite qu'à son accoutumé il renversa une bonne dizaine de personnes sur le chemin, sans prendre le temps de s'excuser, après tout ils auraient du regarder où ils allaient !
Lorsqu'il arriva dans sa caverne, il s'empressa de retourner l'intégralité de la caverne pour trouver ce dont il avait besoin. Ramassant quelques bourses supplémentaires au passage (montant son argent disponible à plusieurs centaines d'ecales), il trouva ce dont il avait besoin : un Guide des animaux recensés sur Thoronir. Il ne pouvait décemment pas laisser ça ici. Il ramassa aussi des outils indispensables à toute aventure : Une gourde, une carte de l'archipel (qu'il avait quelques problèmes à lire), et de quoi se reposer ainsi que de se ravitailler.
Anva'ar ramassa aussi un sac qu'il appréciait tout particulièrement : ce dernier possédait un double fond, où il pouvait cacher son kit de crochetage pour éviter qu'on le trouve, ainsi que son argent. Il rangea dans le compartiment visible un duvet (Vyardo avait parlé de nuits à la belle étoile), son guide et sa carte, ainsi que de la nourriture pour la route (même s'il s'était dit qu'ils pourraient toujours chasser sur la route).
Le jeune Hajhira enfila sa veste noire à capuche, qui lui offrait plus de chaleur, ainsi que la possibilité de cacher ses dagues dans son dos. Il enfila aussi une cape de voyage, légère et confortable.
Enfin prêt, le Hajhira se dépêcha de rentrer à Nèpres, pour retrouver Vyardo à la porte sud.
Il le repéra plutôt facilement, et se rapprocha :

"Me voilà ! J'espère que je ne t'ai pas trop fait attendre ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Vyardo Leonacci
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Hache à deux mains
Outre de vin
Dague
Quelques rations
Un vieil Atlas d'Eznoria
un carnet rouge un poil moisi
Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2016
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Dim 1 Mai - 19:02

"Désolé, mais je dois y aller j'ai oublié quelques choses chez moi ! On se retrouve à la porte sud de la ville, à tout à l'heure !”
Vyardo le vit partir avec un soupir…
L'excitation du jeune hajira l’agaçait un peu. Il se demanda comment un voleur aussi énervé pouvait ne pas encore croupir dans une cellule. On aurait dit un gamin qui découvre qu'il va partir en vacances.
Enfin bon, le draturis se rappela de ses jeunes années. Son excitation lors de ses premiers voyages sur la terre ferme devait être comparable à celle de Anva'ar. Il se mit lentement en route vers la porte sud, en évitant les grands axes: il n'avait pas envie d'une autre course poursuite avec la garde. La nuit commençait à tomber. Sa première nuit à la belle étoile avait été éprouvante, d'autant plus qu'il était seul et ignorant des dangers qu'il pouvait ou ne pouvait pas courir. Il ignorait totalement qu'il ne risquait absolument rien en étant aussi proche d'une ville. Vyardo se mit à rire tout seul dans les rues de Nepres alors que lui revenaient les souvenirs de sa propre ignorance. Il s'arrêta de rire lorsqu'un mauvais souvenir remonta à la surface: dans une taverne dont le nom avait un rapport avec U fruit quelconque  d'un village dont il avait oublié le nom, une troupe d'homme passablement ivre s'était approchés et avaient commencé à se moquer de son ignorance : I l'ignorait comment s'appellait l'animal qu'un saltimbanque exhibait devant l'auberge,  il n'avait jamais entendu parler de la grosse ville la plus proche, n'avait aucune idée de comment se faisait l'hydromel qu'il buvait etcetera. Vyardo ne s'était jamais autant senti humilié. Il avait réussi à prendre sur lui et n'avait pas réagi, il s'était seulement barricadé dans sa chambre miteuse. Il en était là,  perdu dans ses pensées quand Ill se rendit compte qu'il était arrivé à la porte sud, quasiment déserte à cette heure. Il se cala contre un mur, hors de vue du poste de garde et attendit.


"Me voilà ! J'espère que je ne t'ai pas trop fait attendre ?"

“Tu as tout cette fois ?  Alors allons-y!”
Vyardo marcha vers la porte et la franchit, sans que les gardes ne fasse attention à lui. Vyardo sourit intérieurement et continua, s'avançant vers le sud, et leur prochaine destination: Gaughan .
Voir le profil de l'utilisateur

Anva'ar Kordrak
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Inventaire : Une chemise noire et un pantalon noir coupé au niveau des genoux.
Une veste noire avec capuche.
Deux Dagues en Argent en forme de crocs.
Une pièce d'or en collier, un vieux souvenir.
Du matériel de crochetage.
Un exemplaire de l' "Encyclopédie des animaux de l'Archipel".
Du matériel de dessin.
Un Carnet.
Une petite paire de lunettes.
Messages : 84
Date d'inscription : 22/04/2016
Localisation : N'importe où, du moment qu'il y a quelque chose à voler, ou un animal.
JE SUIS SANS GUILDE FIXE
avatar

MessageSujet: Re: La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )   Dim 1 Mai - 22:36

Le Hajhira se dépêcha de rejoindre l'humain qui l'attendait. Celui-ci arborait une mine étrange. Il avait l'air pressé de quitter la ville, et avait en même temps l'air agacé. "J'aurais peut-être dû être plus rapide pour ramasser mes affaires. J'espère qu'il ne m'en veut pas." pensa Anva'ar.

“Tu as tout cette fois ? Alors allons-y!”.

Anva'ar était surpris qu'il ne lui fasse aucun reproche. Enfin bon, il n'aimait pas les gens qui sont toujours à cheval sur l'horaire, donc c'était plutôt positif.

"Très bien ! En route pour l'aventure !", le Hajhira s'exclama avec enthousiaste.

Malheureusement cela attira l'attention de la garde postée non loin, qui se rapprochèrent de lui. Vyardo étant déjà sorti de la ville, les gardes ne l'avaient pas remarqué. Il était donc seul contre 2 gardes. "Pas vraiment un problème si vous voulez mon avis" se dit Anva'ar à ... lui-même.

Le jeune Hajhira se rapprocha doucement des gardes pour ne pas égayer leurs soupçons, alors que les deux hommes se rapprochaient de lui pour vérifier son identité. Lorsque le premier fut assez proche, le Hajhira fut prompt à l'attaquer en se baissant et en le balayant d'un coup de pied dans l'articulation du genou de leurs armures. Le garde s'écroula par terre, laissant à Anva'ar le loisir de s'en prendre au deuxième. Alors que ce dernier dégaina son épée, le Hajhira sortit une seule de ses deux dagues et la retourna, la maniant à l'envers. Il esquiva le premier coup du garde d'un bref bond sur le côté, et tout en tournant sur lui-même, il asséna au garde un coup de pommeau dans le visage. Le nez de celui-ci craqua sous l'impact et il ne put résister au coup de pied que lui envoya Anva'ar qui le fit tomber par terre. Pour en finir avec le premier garde, il lui asséna un coup de poing en plein visage.

"Désolé, j'étais pressé ... Adieu !"

Le jeune Hajhira se dépêcha de rejoindre Vyardo en courant. Maintenant que Nèpres était derrière lui, il repensa à ses objectifs. Voir le monde n'était que le début. Ensuite ce serait tester ses compétences de vol sur tout et n'importe quoi. Et finalement, comprendre pourquoi on l'avait laissé sous le porche d'un orphelinat. Il avait déjà cherché dans tout Nèpres et n'avait rien trouvé. Cela voulait donc dire que quiconque l'avait mis au monde venait d'ailleurs.
Enfin, cela pouvait attendre un peu non ? Pour le moment, découvrir le monde serait suffisant.

Ainsi commença le périple de Vyardo et d'Anva'ar, et en plus général, les aventures d'Anva'ar.
Voir le profil de l'utilisateur

 
La Framboise Sautillante (PV Anva'ar Kordrak )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: L'Archipel et ses trésors :: Morrokoth :: Nèpres-
Sauter vers: