[RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   Dim 3 Jan - 18:33

Au détour de la rivière.



#FLASHBACK#




" Ce qu'il y a de meilleur à l'étranger, ce
sont les compatriotes qu'on y rencontre. "

Journal et Voyages, Paul-Jean Toulet


Hedam 28 en Mugan, cycle de Nasvar 1215
Forêt d'Estale, alentours de Pavryon.







Depuis combien de temps ce manège durait-il ? Plusieurs jours ? Des trivaines ? Non des trivos, tant, que j'avais fini par en perdre le compte, à n'en pas douter. Combien de temps perdurerait tout ceci ? Aucune idée. Mes poursuivants étaient téméraires, on ne pouvait leur retirer cela, mais il fallait bien que cela cesse. Pour ma part, tant que je ne subissais que de minimes dégâts sans réelles conséquences, je pouvais continuer longtemps. La fatigue, je ne connaissais pas. En revanche, de leur côté, aux vues des pertes et des blessés qui s'accumulaient, ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'ils ne sonnent la retraite. Jusque là, il m'incombait de perdre le plus de temps possible pour ensuite disparaître lorsqu'ils se replieraient pour aller chercher des renforts et éventuellement prévenir celle que je soupçonnais d'être leur commanditaire : Victis T. Skern. J'avais bien dit à Mère que simplement lui briser le moral et le psyché n'était pas suffisant. La tuer aurait été plus simple mais elle avait refusé pour une raison que je ne me figure toujours pas, même si je la connais. De tous les humanoides, les femelles étaient définitivement les plus complexes, loin devant les adolescents.

Un rayon d'Olè'ktar vint se réverbérer sur mes capteurs visuels. Levant la tête vers le ciel, je me rendis compte qu'il était à son Zenith. Nous étions donc en plein milieu de journée et je ne m'en étais même pas rendu compte. Cela faisait donc plusieurs heures depuis ma dernière confrontation avec ces pirates. Je n'aurais jamais cru qu'ils s'aventureraient si loin dans les terres, à des lieux de leurs navires. Je secouais lentement la tête. Fixant un instant l'astre lumineux aux travers des feuillages, je réglais mes focalisations visuelles pour ensuite suivre le rayon jusqu'à son contact avec le sol, y stoppant ma marche. Une clairière. J'étais à présent au milieu d'une clairière en pleine forêt. Etant totalement à découvert, je ne paniquais cependant pas. Tous capteurs en alerte, j'analysais sereinement la situation, passant les alentours au peigne fin. Aucun signe de vie humaine, je me détendis.  Si j'avais pu soupirer, c'eut été fait.

Capteurs visuels et auditifs ajustés, je me laissais bercer par la douce kyrielle de mélodies de cette nature en émoi. Les chants des oiseaux, les cris des animaux, les murmures des arbres à chacune de caresses du vent dans leur feuillages, etc. Tout cela était fascinant et envoûtant. M'était-il permis de dire que cela faisait battre mes cœurs ? La Nature était vraiment magnifique. Je ne me figurais pas précisemment la magie, étant un être se basant la logique et les faits, conditionner militairement et scientifiquement, mais si je devais la définir... Oui, si je devais l'imager avec quelque chose de concret, pour moi, il n'y avait pas meilleures images que celles qui se jouaient devant moi. La Nature était magie, c'était un fait, ma vérité !  La respecter et la protéger tant que se peut, encore des valeurs que m'avaient inculquées les deux des trois "femmes" de ma vie, à savoir Mère et Connie. Les humains, pas tous, certes, ne la respectaient pas et la détruisaient sans nul remords, leurs propres caprices étant placés au-dessus de tout. Misérables nuisibles qu'ils étaient.

Alerte ! Mes capteurs s'emballèrent. Cette petite signature thermique et visuelle que j'avais décelé mais à laquelle je n'avais apporté aucune réelle attention, y compris lorsqu'elle m'avait grimpé dessus, venait de me délester de cette petite bourse accrochée à la hampe de ma lance. Posture guerrière enclenchée, la pointe de ma lance était toute droit centrée sur le petit être qui se figea face à moi. Ma main droite irradiait d'un halo bleu turquoise éclatant, tout autant que la pointe de mon arme, le tout, menaçant ce qui m'était inconnu.

" Demande : Rend-moi ce que tu viens de me chiper petit chose de chair !"

La petite créature était pétrifiée devant moi. Suivant son regard, j'en conclu que les rayonnements de mes lanythes qui laissaient présager une issue peu enviable et la menace de la lance elle-même, en étaient la cause. J'abaissais donc celle-ci, faisant refluer l’énergie lanythique et disparaître les halos. M'accroupissant, je reformulais ma demande.

" Reformulation : Aurais-tu l'obligeance de me rendre ceci s'il te plait ? C'est quelque chose qui m'est précieux... "

En effet, cette bourse contenait des cristaux de lanythes de rechange ou de secours, à la fois pour mes armes et pour moi. L'être facétieux me tira la langue, me sauta sur la tête pour y danser brièvement et déguerpit avant même que je ne puisse m'en saisir. Maudite soit cette chose ! Je me redressais alors pour prendre sa poursuite à travers forêt. Une course effrénée venait de prendre place. Traversant des buissons de ronces, sautant par dessus des troncs d'arbres endormis sur le sol, des rochers et diverses obstacles, il m'emmenait toujours plus loin dans le ventre de ce lieu, me contraignant à me plier aux mêmes acrobaties que lui afin de ne pas le laisser me semer. Usant des lanythes bleues de mes jambes, j’accrus ma vélocité mais au moment où je pensais mettre la main sur cette chose fourbe, elle prit impulsion sur ma main d'un prodigieux salto, pour ensuite bondir en l'air, rebondir contre un tronc d'arbre et changer brusquement de direction, atterrissant de l'autre côté de la rivière. Grimpant ensuite le long d'un arbre, elle disparût bientôt dans les branchages.

M'arrêtant devant la rivière à l'eau limpide, je me détaillais un instant. J'étais couvert de boue et de poussière, totalement sale. Cette poursuite interminable ne m'avait guère laissé le loisir de me lustrer. Analyse sommaire, je pouvais traverser sans problème cette frontière aqueuse, même si l'eau recouvrirait ma tête de plusieurs mètres en son centre. Je m'acquittais sans peine de cette tache, ce qui eut pour effet bénéfique, de me décrasser et me faire de nouveau reluire. Les plaisirs d'un bon bain chez vous, humanoïdes. Je me centrais alors sur les hauteurs, les passant toutes au peigne fin, ma lance et main, suivant mes capteurs visuels, les halos de lanythes bleues de nouveau bien visibles et menaçantes. De ma voix atone, j'avais alors pris la parole.

" Agacement : Je sais que tu es là et je n'ai ni l'envie, ni le loisir de jouer avec toi. Je n'ai pas l'intention de te faire de mal mais si tu ne me rends pas ce qui m'appartient, je n'hésiterai pas le moins du monde à te déloger de là par la force et récupérer mon bien sur ta dépouille encore fumante. Je te laisse dix foutues secondes maudite viande ambulante... Dix et pas une de plus. Compte à rebours : Dix, neuf, huit, sept, six..."


Dernière édition par G6L-08 Lyzius le Mar 1 Mar - 14:56, édité 1 fois

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   Mar 9 Fév - 11:40

Le réveil n'avait pas été des plus faciles. Captivée par un nouveau bouquin sur le thème des herbes, forcément elle y passa les trois quarts de la nuit plongée dedans. Lorsque finalement ses paupières lourdes la supplièrent de stopper son enthousiasme pour ces écrits, les rayons d'Olè'ktar pointaient le bout de leur nez. Elir dormait déjà depuis un long moment sur ses genoux. Elle somnola pendant une petite heure avant de décider d'aller chercher de nouvelles plantes qui l'aiderait pour l'apprentissage de nouvelles potions. La boule de poils, étrangement feignante, ne souhaitait pas être réveillée. Un sourire légèrement sadique apparut sur le visage de Valal.
    « Si tu ne te réveilles pas tout de suite, interdiction de sortir. »

A peine eu-t-elle le temps de finir sa phrase que cette fripouille déguerpit par une fenêtre entrouverte. Valal soupira légèrement. Quelle crapule... Mais il était temps qu'elle se prépare, à vrai dire elle n'était pas trop d'humeur à croiser des inconnus dans la forêt. Elle espérait y croiser peu de monde à une heure aussi matinale. Emportant son nouveau livre dans sa sacoche, où elle avait soigneusement annoté les pages, elle sortit. La légère brise du matin était plus qu'agréable et la motiva encore plus pour sa cueillette.

Elir resta un moment lui tenir compagnie, ne s'abstenant pas à embêter sa protectrice. Il ne cessait de sauter de branche en branche, frôlant la tête de Valal. Lorsqu'elle essayait d'être sérieuse avec lui et qu'elle lui lançait des regards noirs, elle ne tenait pas plus d'une minute. En effet, ce petit Buiboune incontrôlable la regardait avec des yeux attendris jusqu'à ce qu'elle craque. Elle soupirait alors en rigolant, levant les yeux au ciel.

Voilà plus de deux heures qu'elle se baladait dans la forêt, profitant pleinement de cette journée ayant un temps magnifique. Ses fioles s'étaient remplis de plantes en tous genres, allant de l'Ystol à l'Odyl'kum. Maintenant, elle profitait du paysage, cherchant à croiser des animaux. Bien que son pas était léger, sa présence était remarquée très rapidement par les espèces peuplant les environs. Pendant un instant elle crut apercevoir l'une de ces petites bêtes se camouflant dans les feuillages, mais ce n'était rien d'autre que son imagination.

Mais son admiration pour la nature s'interrompit soudainement. Au loin elle entendit des bruits non communs qui l'alerta. Elle se rendit compte que cela faisait un moment qu'Elir n'était pas venu la voir. Prudente, elle se dirigea vers les sons qui étaient presque recouverts par la douce mélodie du courant de la rivière. Pensant être arrivé près de la source de ce conflit, elle aperçut une masse métallique sortir de l'eau. Sa carapace, bien qu'ayant été nettoyé par le courant, montrait des traces de terre incrustées dans des rainures. Après que cette chose eut analysé la cime des arbres, elle lança d'une voix grave ce qui sembla être pour Valal une menace. Mais le bruit de l'eau l'empêchait d'entendre correctement la conversation. Soudainement elle perçut un bout de phrase, insultant une créature inconnue de "maudite viande ambulante". Un compte à rebours se lança, et Valal comprit rapidement ce qui se passait. Elle ne pouvait pas laisser cette affreuse masse s'en prendre à une innocente bête. Réfléchissant le plus rapidement possible, elle décida d'entrer en action. De son corps frêle, elle se plaqua au tronc d'un arbre et lança d'une voix forte mais posée :
    « Une créature hostile ne se cacherait pas pour fuir une menace. A qui donc lancez-vous ces horribles paroles ? »

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   Mar 1 Mar - 15:37

" Trois, deux, un... Interruption du compte à rebours."

J'avais fait pivoter ma lance, pointe vers le sol, la laissant s'y enfoncer juste ce qu'il fallait pour qu'elle tienne seule. La tête toujours levée vers les hauts feuillages, j'adoptais une stature plus martiale, le corps en i, ma tête ne se contentant simplement de retomber vers mon épaule droite pour capter la source de cette interruption. Analyse sommaire. Il s'agissait d'une femelle humanoïde, plutôt jeune et apparemment frêle et innocente. Aucune raison de s'inquiéter à première vue, n'est-ce pas ? Il était vrai mais n'oublions pas qu'en ce monde, même l'être le moins aidé physiquement pouvait être plus que redoutable, la magie étant ce qu'elle était. A ce titre, je me tournais face à elle, dégainant un des deux sabres que j'avais au dos, le pointant sur elle, bras droit parfaitement tendu, parallèle au sol.

" Une créature hostile ne se cacherait pas fuir une menace ? Analyse rapide de cette affirmation... Verdict : Erroné ! Logique complètement illogique de Viandeux... Sais-tu seulement de quoi tu parles petite chose ? Ce foutu buiboune s'est senti obligé de me délester d'un bien plus que précieux pour moi. Mère m'a demandé d'y veiller comme je veillerais sur elle et de ne jamais laisser quiconque m'en délester, quitte à tuer l'impudent s'il le fallait, ce que j'avais toujours fait jusqu'à ce jour. Il a profité de ce fait que Mère m'a conditionné pour respecter la nature et protéger ses créatures, les... Aimer dites-vous. Questions : S'il n'est pas hostile, pourquoi s'en est-il allé avec mon bien au lieu de me le rendre alors que je le lui ai gentiment demandé à maintes reprises ? Parcourir sciemment une distance aussi grande avec un objet volé, poursuivi par la victime, est-ce amical ? Et toi ? Qui es-tu et de quoi te mêles-tu ? Je ne fais pas confiance aux gens de ton espèce... Nombre d'entre eux ont tenté de me désassemblé ces derniers jours et des pirates sont encore à mes trousses. Je n'ai donc pas le temps de jouer avec toi, ni ce buiboune. Je vais donc reprendre mon bien et m'en aller avant que ces maudits pirates ne pointent leur sales trognes de brigands et tentent de me réduire à l'état de conserve. Je n'ai pas l'intention de me faire capturer et renvoyer dans cet enfer juste pour vos beaux yeux. Je te laisse donc le temps d'une seule et unique réponse pour me convaincre de ne pas te tuer et ensuite, je m'occupe de l'autre... "

La lanythe de ma lame se mit à rayonner d'un halo bleuté mais reflua rapidement. Mes capteurs s'affolèrent, un objet s'approchait à vive allure de moi. Je levais alors la tête et...

#CHKRIIIIIIIIIOOOOOONGGGGGGGG !#


Un branche venait de s'écraser sur mon visage, se cassant en deux sous le choc. Elle avait dû tomer de bien haut. Si j'avais été humain sans casque, quoique, vu la grosseur, de la chose, j'aurais été dans le meilleur des cas, assommé. Cela n'était rien pour moi, n'ayant même pas pu causer la moindre trace sur mon alliage. Analyse des hauteurs rapides, signature verrouillée et confirmée, la la cible était verrouillée, les lanythes la trahissant, elle ne pouvait désormais plus m'échapper. Mon attention se portant de nouveau sur la jeune femme, je pris une dernière fois la parole.

" Question : Cela n'est-il pas une action hostile, être de chair ? Promesse : Si tu me convainc, je te laisse en vie à condition que tu n'attentes pas à mon intégrité existentielle. Si tu m'aides, je consens à t'aider pour une seule et unique tâche, peu importe ce que ce sera. En revanche, si ta réponse ne me plait pas ou que tu esquisse le moindre mouvement suspect, si je détecte la moindre utilisation de magie à mon encontre, ce halo sera la dernière chose que tu verras en ce monde ! "

Ma lame brillait de nouveau, ma voix toujours aussi froide que ma carcasse.

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   Ven 4 Mar - 16:44

Même si Valal n'avait pas beaucoup entendu parler de ces machines, elle aurait dû deviner qu'il n'aurait pas de mal à trouver son emplacement exact. En deux trois mouvements, une lame d'un bleu étincelant se pointa vers elle. La créature débita un nombre important de paroles qui impressionna la jeune fille, incapable de bouger. Elle craignait de voir cette arme bleue finir entre ses deux yeux. Mais la logique qu'il défendait la fit sourire. Pourtant, celui-ci avait l'air d'être programmé pour détruire la moindre chose lui posant problème, ce qui ne plaisait pas à Valal. D'autant plus quand il mentionna un Buiboune. Elle jura intérieurement, combien de fois cette petite crapule ne l'avait-elle pas mise dans des situations embarrassantes ? Ils ne se comptaient plus sur les doigts des deux mains. La semaine passée, Elir l'avait suivi jusqu'à Pavryon, alors que celle ci se rendait au marché. Il trouva amusant de voler un marchand pendant qu'elle achetait quelques bricoles. Ne connaissant pas la discrétion, le vieil homme s'en rendit rapidement compte. Valal ne fut jamais aussi gênée, lorsqu'elle du hurler à Elir de rendre les biens du marchand tandis que ce dernier lui jetait un regard noir, l'insultant de voleuse et tout autres atrocités. Encore une fois, la bouffonnerie de ce buiboune la dépassait, et elle savait que peu importe ce qu'elle essayerait de faire, il ne changerait pas.

« Vous p... » Un bruit fracassant retentit, l'interrompant. Une branche d'une taille relativement importante tomba brusquement sur le crâne de cette carcasse. Valal n'osait pas imaginer dans quel état elle aurait été à sa place. Elle suppliait en silence qu'Elir arrête le massacre qu'il avait suffisamment entamé. Mais vu la masse de cette branche, celui ci prenait un malin plaisir à regarder la scène en plongée tout en y ajoutant lui même de l'Ystol.

« Écoutez, vous n'avez pas l'air de venir du coin et ne connaissez donc pas le comportement des Buibounes, en aucun cas il cherche à vous agresser. Tout ce qu'il souhaite c'est s'am... s'amuser. » Pendant un instant elle hésita. Après tout, est-ce qu'une masse métallique pouvait ressentir des émotions? Elle en doutait fortement. Mais elle ne voulait pas s'attirer plus de foudre qu'elle n'en avait déjà, alors elle évita d'ajouter la moindre réflexion vis à vis de cette interrogation.

« Je peux comprendre votre désarroi et je m'excuse platement pour le bien qu'a pu vous prendre ce Buiboune. Je me permets de me mêler de ce léger accrochage car on peut dire que... que cet animal HOSTILE me tient compagnie dans ma vie. » A vrai dire, elle avait quelques difficultés à trouver de quelle manière prouver qu'Elir était passif après l'incident qu'il avait causé.
« Maintenant, auriez-vous l'amabilité de ranger cette arme pour que nous puissions régler ce problème dans de bonne condition ? Vous voyez bien que je ne suis pas armée et je ne vous veux aucun mal, du moment que vous n'en causez pas. »

Levant les yeux vers la cime des arbres, elle aperçut la petite boule bleue s'asseoir sur une branche visible. Il semblait, encore une fois, très curieux face à cette discussion. Croisant son regard, ce dernier esquissa un sourire pointant la bourse qu'il tenait en bandoulière sur une de ses épaules. Épuisée par les bêtises de cette crapule, elle roula des yeux et reporta son attention sur la machine se tenant raide devant elle.


hrp:
 

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   Lun 14 Mar - 16:41

Tous capteurs en alerte, tous fixés sur mes deux actuelles cibles, je ne prêtais plus attention à quoi que ce soit, d'autre, ou presque. Pour être plus précis, ils accaparaient exactement 93,29% de mon attention générale. Alors que je me tenais toujours en posture menaçante pour l'humaine, je laissais ses mots glisser sur le vent qui le portait à ce qui me servait d'oreilles afin de faire cheminer le tout vers mon cerveau. Capteurs visuels rivés sur elle et un sur le Buiboune, je ne bougeais pas d'un iota.

Analyse en cours, je décortiquais chacune de ses paroles, chacun de ses mouvements. Je n'avais pas l'air de venir du coin ? Elle marquait un point. Logique implacable, rien à y redire. Elle avait entièrement raison, aussi avais-je instantanément décidé de remédier à cela. Avec Connie, je n'avais nul besoin de m'en soucier à ce point. En effet, en sa compagnie, je jouais le rôle d'une simple marionnette qu'elle contrôlait par magie ou un quelconque gadget. Etant Galbuk, cela ne dérangeait nullement les gens, ne heurtant aucunement leurs esprits. Sinon, elle me faisais passer pour un Golem de métal. Quelques rares spécimens ayant déjà été rencontrés, un golem à taille humaine surprenait mais était acceptable d'autant qu'il n'y avait pas de standards esthétiques. Il y en avait des sobres et archaïques jusqu'aux plus colorés et chiadés. Le tout, naturellement, dépendamment de leur univers de base et des lanythes les composant. Ajoutez à cela ceux créés par les mages eux-même. Toutefois, maintenant que nous étions séparés, je me devais d'être plus prudent, essayant de me faire plus discret, surtout avec des Pirates aux trousses. Me pencher dessus ? Oui, mais après avoir pu mettre la main sur mon bien et avoir pris congé de ces deux créatures de viandes.

S'amuser disait-elle ? Encore ce mot. Je n'en voyais nul intérêt. A quoi bon s'amuser. Était-ce parce que... Non, en fait, il me semblait que j'avais aussi des jeux. Oui, je venais de prendre conscience de quelques choses. Merci petite humaine. Plaisir, état de contentement que crée chez quelqu'un la satisfaction de quelque chose. Jouer, plaisir, ces mots étaient indissociables d'après les dires de Mère et de Connie. Partant de ce principes, mes routines, non, mon développement personnel avait fait que j'éprouvais du plaisir à regarder les humains de haut. La condescendance était donc mon jeu, tout comme le combat. Je me sentis fier, pour la première fois peut être. Mes cœurs s'excitèrent en simultané. Léger trouble. Encore des paramètres qui m'étaient totalement étrangers et pour moi, erronés. Erreurs ? Non, ce n'était pas du fait de Mère. Tout ceci arrivait depuis que la rousse avait activé mes cœurs auxiliaires. Développais-je une âme humaine ? Des sentiments avancés étaient-ils en train de m'habiter ou était-ce une suite de calculs qui les simulaient ? La première solution me semblait la plus plausible même si je ne l'expliquais pas. Tout ce que je savais, c'était que cela enchanterait encore plus Mère de savoir que je pouvais éventuellement ressentir des choses. Mon voyage n'en était qu'à son début mais ma mission n'en était pas à la traîne pour autant.

" ... cet animal HOSTILE me tient compagnie dans ma vie. " avait répété à peine suffisamment fort pour que je m'entende moi-même, machinalement, mécaniquement.

Pour sûr, à cette distance, elle ne m'entendait pas, preuve en était, elle continuait dans sa tirade. Je marquais un temps de réflexion, détaillant le tableau avec minutie. Conclusions toutes étudiés, j'optais pour celle qui me semblait la plus appropriée et la plus douce et pacifiste pour cette femme humaine quelque peu intrigante.

" Affirmation : Tu peux me faire fasse sans crainte, je ne serai plus une menace pour toi tant que je ne détecterai pas de menaces à mon encontre. Je vais donc te faire confiance, petit tas de vi... Excuses : Pardon, je pense que petite humaine est plus approprié. "

J'abaissais alors ma lance puis de manière quasi théâtrale, je fis des mouvements amples afin de bien montrer que j'étais de bonne fois et que je ne manigançais rien, la remettant à mon dos. Une fois la chose accomplie, je fis quelques pas en direction de la jeune femme.

" Attente : Quelles-sont vos directives petit être de chairs ? Il me semble que cet être est votre compagnon, non ? Excuses : Je ne voulais pas vous offenser votre ami et vous mais comprenez ma situation je vous prie. Hésitation : Dois-je vous dire qu'il tient ma vie entre ses mains ? Confirmation : Comme je vous l'ai dit, je suis disposé à vous venir en aide si vous m'aidez à remettre la main sur ma bourse. Elle ne contient pas d'argent, juste de la lanythe. Si cela vous tente, je peux éventuellement vous donner un morceau. Je ne suis pas votre ennemi tant qu'une coopération est possible. "

Je sentis soudainement une baisse de condition énergétique, équivalence humaine ? Un coup de fatigue. J'avais usé beaucoup d'énergie ces derniers temps, alimentant mes armes avec ma lanythe. Il me fallait me ravitailler au plus vite ou c'était la veille prolongée assurée. Un détail me revint en mémoire, des paroles. Connie avait mentionné que les femmes aimaient ce genre de choses et que cela les rendaient plus enclines à répondre positivement aux hommes et leurs demandes, lorsque je lui avais demandé pour un villageois avait agit de la sorte devant une femme. Posant le genou gauche au sol, inclinant la tête vers lui aussi, j'ajoutais :

" M'apporterait vous votre aide je vous prie, votre... " Je marquais un temps d'hésitation, me représentant Connie et son air satisfait et suffisant lorsqu'elle me faisait me mettre ainsi. " Votre Grandeur ? "

Je ne dis plus mot, attendant la réaction de l'inconnue. Selon mes calculs basés sur l'enseignement de ma compagne de route et actuelle enseignante des mœurs humanoïdes, j'avais agis comme il se devait être fait par un mâle humain.

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]   


 
[RP Flashback] Au détour de la rivière [ pv Valal Amildeïs ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Portail des mondes :: Récits oubliés :: Rp flashback-
Sauter vers: