[Libre MDJ oui] Folle ivresse ou réalité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Adrea Dunahan
Messages : 10
Date d'inscription : 09/02/2017
avatar

MessageSujet: [Libre MDJ oui] Folle ivresse ou réalité ?   Mer 22 Fév - 18:25

C
ette nuit-là, rien n'est très clair. Normal me direz-vous, c'est la nuit. Mais tout est vague dans ses yeux de jade, tout tourne et tout a l'air amusant. Adrea sort à peine d'une taverne où elle a conclu un nouvel accord commercial qui lui permettra d'avoir un meilleur emplacement au prochain marché, plus grand que ceux qu'elle a déjà eu et peut-être même d'ouvrir sa propre boutique. Ses dernières ventes se sont montrées fructueuses alors elle veut tenter de s'élever, ne serait-ce qu'un petit peu. Avoir pignon sur rue, ce serait l'idéal pour un peu plus de rentrée d'argent.

Mais qui dit accord dans une taverne dit aussi boissons coulant à flot. C'est bien entendu ce qu'il s'est passé ces trois dernières heures, où la rouquine a levé le coude bien plus de fois que de raison. C'est pour la bonne cause, qu'elle s'est dit. Elle salue d'une tape bourrue sur le dos l'homme dont les traits sont flous, celui avec qui elle a signé un bout de parchemin avant de se séparer de lui.

Rien ne tourne très rond dans sa tête, à ce moment-là. Ou plutôt, tout tourne si violemment qu'Adrea pense avoir une hallucination en voyant les quelques flaques creusées dans le sol serpenter vers le ciel. Avec un rire hébété, elle s'approche d'un des phénomènes en touche quelques gouttes filiformes et s'en asperge même le visage. Tout semble si réel… Et plus elle avance vers sa maison, plus le monde autour d'elle semble se tordre avec elle : l'un littéralement, l'autre d'hilarité. Seulement, ce qu'elle voit en arrivant chez elle, ce n'est pas sa maison. Si petite soit-elle, elle devrait être là pourtant mais non. Rien. Son logement bien modeste semble avoir été écrasé par les deux autres bâtiments mitoyens. Ou bien Adrea est encore trop ivre pour se rappeler correctement de son adresse.

D'un regard circulaire et tremblotant, elle s'assure d'être dans la bonne partie de la capitale et c'est bel et bien le cas. Que se passe-t-il alors ? Elle a peut-être trop bu, certes, mais elle sait qu'elle n'est pas folle. Sans se poser plus de questions, elle tambourine à la porte de son voisin, qui occupe désormais l'espace où se trouvait sa maisonnette. En vain.

« Eh oh ? Y'a quelqu'un ? Vous auriez vu ma maison par hasard ?! Je crois que vous êtes en train de l'écraser par je ne sais quelle magie et croyez-moi si c'est le cas, je déteste la magie. »

Coups de poing, coups de pied, coups d'épaule même, rien n'y fait, il n'y a pas âme qui vive dans cette maison. Dans un long soupir, la jeune femme se laisse glisser le long du mur et espère que les effets l'alcool se dissiperont rapidement.

Voir le profil de l'utilisateur

La Fille du Vent
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : ...
Inventaire : Un collier - une flûte - une ceinture de cuir dont les poches sont remplies de mille et une merveilles - un couteau à la lame fatiguée - un bâton recouvert d’étranges runes - un carnet accompagné d’un crayon grossièrement taillé - une balle d’acrylique ébène - une note écrite accompagnée de quelques pièces - une lettre sous scellé.
Messages : 116
Date d'inscription : 01/09/2016
Localisation : Là où souffle le vent
avatar

MessageSujet: Re: [Libre MDJ oui] Folle ivresse ou réalité ?   Sam 11 Mar - 20:07

Seule la douce caresse du vent et le grattement chantant d’une mine de carbone sur un vieux bout de papier froissé se font entendre. Au sommet d’une tour escarpée, une enfant dessine, sourcils froncés et langue tirée, une esquisse des bâtiments l’entourant. Elle lève ses yeux un instant, penche la tête de côté en tapotant ses lèvres du bout de son crayon d’un air pensif avant de lâcher une exclamation de joie et de se remettre à griffonner avec empressement sur son vieux journal abîmé. Petit à petit, sous ses yeux bleus-gris, prend vie la nouvelle ville où elle se trouve : Nèpres.

Après avoir quitté les terres elyakies en catastrophe, la fille du vent s’est perdue dans la jungle merveilleuse de Malaggar où rencontres et aventures se sont enchaînées à toute vitesse, laissant la jeune fille quelque peu hagarde. Mais qu’importe, c’est oublié. À présent la voilà en Morrokoth pour sa toute première mission.
Un frisson traverse l’enfant, mêlant appréhension, joie et excitation. Une mission ! Et pas des moindres : il lui faut retrouver la trace d’un commerce trop florissant de lanythes. Les premiers indices l’ont menée ici, dans la capitale nazakhine, et l’enfant se doit de les suivre. Résistant donc à son envie irrépressible de se perdre dans la vie coulante et chatoyante de cette nouvelle ville, l’enfant, à peine arrivée, a grimpé sur la plus haute tour qu’elle put trouver. Bien qu’elle n’ait jamais escaladé de bâtiment aussi grand, ce fut un véritable jeu d’enfant : quelle rigolade toutes ces prises offertes en comparaison aux murs lisses en terre dorée des cités du désert !

L’enfant fronce de nouveau les sourcils, lève et baisse les yeux à plusieurs reprises, étonnée.

”Qu’est-ce que...? Ce quartier n’a rien à faire là !
Murmure-t-elle pour elle même tandis que, sur ses épaules, son compagnon à poils s’agite.

La fille du vent se gratte la tête et la secoue, ne comprenant pas. Il lui semblait avoir prêté attention aux moindres détails, observant finement le paysage qui se trouvait face à elle avant de le reproduire avec application dans son carnet. Pourtant, elle a beau comparer, encore et encore, il faut qu’elle se rende à l’évidence : ce qu’elle a dessiné pendant près d’une heure et ce qui se trouve en face d’elle n’ont rien à voir. Rien. Du tout !
Exaspérée, l’enfant lâche un profond soupir et gribouille sans aucune pitié le papier sur lequel elle s’est tant appliquée. Et elle qui pensait avoir progressé! Son attention sera-t-elle toujours si aléatoire qu’elle ne sera même pas capable de se rendre compte de ce bâtiment gigantesque se trouvant sous son nez ?

”Que..?!”

L’enfant ne peut s’empêcher de s’exclamer de surprise. Cette structure immense à l’architecture si saugrenue se trouvait-elle réellement présente sans qu’elle n’en prenne conscience ? Comment a-t-elle pu l’oublier ? Sa mémoire est pourtant censée s’être améliorée ! Que lui est-il arrivé ? S’est-elle encore perdue dans les affres de ses pensées, dévorée par le vide de son être qui s’étend à l’infini sous ses pieds ? A-t-elle oublié ?

L’enfant suffoque, prise de panique. Depuis combien de temps est-elle là ? Que fait-elle ? Sur ses épaules, elle ne s’en rend pas compte de l’affolement de son compagnon, trop emportée dans son propre tourbillon pour en prendre conscience. Prise de vertige, elle a besoin de s’appuyer et de se redresser, de retrouver le contact du vent si familier. Mais même lui ne parvient pas à l’apaiser, ne parvient pas à la ramener à la réalité. C'est même tout le contraire. Il lui échappe, se dérobe. Lui qui est toujours présent en elle se montre à présent insaisissable. Elle ne le touche plus, ne le sent plus. Que lui arrive-t-il ? Où est-il ? Qui est-elle ?

Une voix, phare dans la tempête de ses pensées, la ramène sur la rive. Le souffle coupé et le cœur battant à toute allure, l’enfant s’approche du bord et observe la chevelure flamboyante qui se trouve quelques mètres plus bas.

”Tout va bien ? Lui demande-t-elle d’une voix encore quelque peu tremblante.

L’enfant vacille un instant. Elle vient de se rendre compte. Quelques mètres seulement..? Alors qu’elle pensait se trouver au sommet d’une des plus hautes tours de cette ville..! Ses bras lâchent un court moment, sa tâte bascule dans le vide et c’est par miracle si elle parvient à se rattraper au rebord de pierre brûlant. Dans un cri mêlant surprise et douleur, l'enfant retire ses mains précipitamment.

Et puis, au-dessus de sa tête, une explosion. Un bruit immense, retentissant dans chacune des rues de la ville, se répercutant sur chacune de ces façades.

Ce qui semble être un navire vient de s’écraser sur le sommet pointu d’un bâtiment étrangement tordu.


Je suis la chieuse en chef du forum.
J'aime emmerder tout le monde.
Je suis idiote comme pas permis.
(Et je remercie Sayka-chou pour ce joli message d'amour! )
Voir le profil de l'utilisateur

 
[Libre MDJ oui] Folle ivresse ou réalité ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Intrigue : la cité hallucinée :: Nèpres-
Sauter vers: