[LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Dim 19 Fév - 16:00

La première fois qu'elle avait vu, elle n'avait pu y croire.

Ce furent les sifflement menaçants de Danztari qui l'avaient réveillée en sursaut. Elle avait bondit sur ses pieds, couteau en main, prête à se battre ; mais avait vite vu qu'il n'y avait aucun intrus dans la chambre. Le chuintement perçant, accompagné de claquements de bec secs ne s'arrêtait pas pour autant. Caragh se retourna pour voir ce qui pouvait mettre son compagnon dans un tel état. Danztari était dressé sur le bord du lit, le plumage hérissé, les ailes ouvertes et frémissantes, les yeux braqués sur la fenêtre. Caragh sentit une peur sourde monter en elle. Elle n'avait jamais vu son compagnon dans un tel état. Il était complètement terrifié ; sourd et aveugle à toute tentative de la jeune femme pour le calmer.
Elle tendit néanmoins sa main libre vers le rideau de chanvre couvrant la fenêtre, se crispant sur son poignard, et tira. Le griffon poussa un cri strident alors qu'elle même sentit son sang se glacer. Le ciel était d'une couleur de sang, ouvert comme une plaie béante. Oui, le ciel semblait saigner. Le souffle coupé par l'épouvante, elle voyait la rue dehors convulser et se tordre comme un animal en peine tandis que des serpents ondulaient vers le ciel. Elle tira avec brusquerie le rideau devant elle, cachant ce spectacle infernal, et se laissa tomber assise contre le mur, les yeux grands ouverts dans l'obscurité. Sa propre respiration était sèche. Danztari avait disparu du lit mais elle entendait encore son feulement dans la pièce. Ce fut probablement la première fois que ce bruit lui sembla rassurant. Elle fermait les yeux et cacha son visage entre ses mains, les genoux ramenés vers elle. Ce ne pouvait être qu'un cauchemar. Un de ses rêves atroces dont on se réveille hagard et trempé du sueur. Ce qu'elle allait faire dans quelques instants, sans même se rappeler de son rêve peut-être. Elle avait du manger quelque chose de pas très frais la veille. C'était la seule explication. La seule possible, la seule imaginable, la seule acceptable.

Elle rouvrit les yeux et rampa, tremblante, vers le sifflement. Prostré dans un coin, le griffon se releva en la voyant, les yeux fous. Elle l'appela tout bas, d'une voix qui se voulait douce mais qui était blême. Elle déglutit et fit une deuxième tentative. L'animal ne bougeait pas d'un muscle, haletant lourdement. Elle tenta comme elle put d'imiter son roucoulement en se rapprochant. C'est à peine s'il semblait la reconnaître. Elle rampa un peu plus près et tendit une main vers lui, caressant doucement son épaule. Il tourna la tête vers sa main mais ne la mordit pas. Il était tout aussi perdu qu'elle.

- Tout va bien, Danztari… c'est moi… Danztari… Je suis là, tout va bien. continua-t-elle de psalmodier en se rapprochant de lui. Elle le sentait tendu comme un arc sous ses doigts. Elle le tira bon gré mal gré à elle alors qu'il la pinça de la pointe acérée de son bec. Elle se cala elle même dans le coin, les jambes croisées, penchée sur l'animal et se mit à chantonner doucement en continuant de le caresser. Il finit par se calmer au son de la berceuse et coucha sur ses genoux, sans se départir de son air inquiet, le bec toujours tourné vers la fenêtre. Ils restèrent tous deux ainsi un moment.

Ce qui inquiétait le plus Caragh, c'était justement cette sensation que le temps s'écoulait, qu'elle ressentait ce qui était autour d'elle comme elle avait senti le bec de Danztari la pincer. Elle devait se faire à l'idée qu'elle ne rêvait pas. Cette idée devint soudainement beaucoup plus clair lorsqu'un cri d'orfraie retentit, les faisant sursauter. Elle souleva son compagnon, se leva et alla voir à la fenêtre. Le paysage n'avait pas changé, pire, il semblait plus déformé encore. Danztari se percha sur son épaule, feulant bas contre ce qu'ils voyaient.


***


Quelques heures après leur réveil agité, il fallait se rendre à l'évidence : ils ne dormaient pas. Ils partageaient le cauchemar éveillé de toute la ville. Perchée sur … elle n'en avait aucune idée, une saillie de la pierre, ou d'un bâtiment. Perchée sur son perchoir, donc, Caragh observait le quartier en contre-bas. Plus rien n'avait de sens. Des gens erraient, hagards, tandis que d'autres restaient cachés chez eux, observant le monde dehors d'un œil apeuré. De loin en loin, on entendait des pleurs, des cris, des gémissements, des voix suppliant les dieux. Si Caragh ne voyait pas de ses propres yeux le calme apparent du quartier, elle aurait cru que Nèpres était attaquée et sa population massacrée. Encore qu'elle commençait à douter de ses propres sens. Le vent s'était levé, l'horizon était sombre, comme lors des jours de tempête, mis à part qu'au lieu de la teinte d'un gris sombre qui caractérisait habituellement un ciel de tempête, l'horizon avait prit une teinte verdâtre, semblable aux nuages sillonnant le ciel, qui ressemblait de plus en plus à une plaie infectée. Inquiet, Danztari restait sur l'épaule de Caragh, plantant fermement les griffes dans son vêtements, au lieu de voleter de toits en toits comme à son habitude. De temps à autre, Caragh sentait sa tête se lover dans son cou à la recherche de réconfort, ou ses plumes frôler sa joue lorsqu'un serpent passait trop près d'eux à son goût.

Elle reconnaissait à peine son quartier, et pour être tout à fait honnête, elle était trop choquée pour penser à faire quoique ce soit.



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Gardien des brèches
MAÎTRE DU JEU
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2015
Localisation : Par-delà les mondes
MAÎTRE DU JEU
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 25 Fév - 17:06

Trois créatures se tenaient sur les toits de Nèpres à observer le spectacle.
La première créature était une humaine à la peau pâle et à l'air désemparé.
La deuxième était un griffon paniqué agrippé à l'humaine.
La troisième créature n'était touché ni par la panique ni par l'angoisse, mais par la curiosité. De longs tissus lui recouvraient le corps et un masque cachait son visage de sorte qu'aucune forme de peau n'apparaissait.

Il avait vu une déformation. Une horreur. Il avait pénétré dans ce domaine et bravé la tempête pour voir la chose de plus près. Une atrocité, une abomination s'était posée sur son monde, une corruption. Statique, laide, froide...

Mais c'était le genre d'esprit analytique qui pouvait aisément délaisser ce genre de bas sentiments pour se concentrer sur une curiosité dépassant la conception d'un esprit humain.

Ainsi il s'était posé en hauteur, pour observer, pour sonder les esprits, démêler la vérité des apparences mais tout ce qu'il voyait n'était qu'apparence. De la pierre, sans substance, sans vérité.
Et il avait vu cette jeune créature féminine se poser et observer avec lui. Il pouvait, d'un regard, conclure nombre de choses. La première était que ce qui arrivait n'était pas naturel pour ces formes de vie inférieures, que de leur point de vue, ce qui arrivait était terrifiant. Comme s'ils sortaient d'une caverne pour observer le monde extérieur, l'immensité les épouvantait.

Mais il fut interrompu par ses observations, voyant le petit animal sur le dos de la fille la lâcher et commencer à augmenter de volume puis s'envoler, devenant noir et hurlant. Hurlant follement vers le ciel et se dirigeant vers un grand bâtiment dans une volée de battements d'ailes. C'était prévisible, quoique soudain.

C'est ce moment qu'il choisit pour manifester sa présence. Avançant, lévitant les pieds au dessus du toit, il leva une voix qui résonna dans le crâne de la fille.

« Il semble que ce soit la période de chaleurs de votre animal. Il cherche à attirer des compagnons, à commencer une couvée et sa couvée aura besoin d'être nourrie. Il est chanceux que des grosses proies juteuses grouillent dans cette zone. Une fois une compagne arrivée, ils chasseront jusqu'à garnir leurs nids de plusieurs dizaines de kilos de viande fraîche. Puis viendra une couvée. »

A cet instant, le ciel fut fendu par une énorme chute, un bruit cataclysmique d'un bateau tombé du ciel qui s'écrasait sur une tour.

« Et voici le point le plus élevé. »

Le jel'gari eut un sourire sous son masque, les décisions que prendraient la chose seraient intéressantes.
Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 25 Fév - 19:32


Elle ne réagit pas directement en sentant Danztari piétiner nerveusement sur son épaule. Elle même était nerveuse, et c'était un euphémisme, mais qui ne l'était pas. Puis brusquement, son poids se détacha de son épaule, comme tous les matins lorsque le griffon se décidait à partir pour ses excursions en quête de nourriture. Cependant, ce n'était pas tout les matins, et l'image qui se gravait dans sa rétine était loin d'être celle, presque poétique, du jeune griffon dans les rayons d'Olè'ktar . C'était une bête enflant, noircissant d'instant en instant qui prenait son envol, avant de pousser un grand cri. Aucun ne sortit de la gorge de Caragh cependant, qui ne poussa d'un hoquet horrifié en se tâtant l'épaule et le dos, se frappant presque, à la recherche de son ami, ou pire, de son sang. Elle faillit tomber de la saillie en voyant la large silhouette. C'est alors que la voix retentit. De nulle part. Comme une réflexion qui lui aurait été propre. Comme le son d'un souvenir.

« Il semble que ce soit la période de chaleurs de votre animal. Il cherche à attirer des compagnons, à commencer une couvée et sa couvée aura besoin d'être nourrie. Il est chanceux que des grosses proies juteuses grouillent dans cette zone. Une fois une compagne arrivée, ils chasseront jusqu'à garnir leurs nids de plusieurs dizaines de kilos de viande fraîche. Puis viendra une couvée. »

Ce que disait cette voix, peut-être celle de la chose. ne faisait de plus pas le moindre sens. Elle impliquait que cette chose hurlante soit Danztari. Qu'il y en ait d'autres. Elle pensa aux griffons errant dans les rues de Nèpres. Mais surtout, la seule proie qu'elle connaissait ici qui puisse être qualifiée de grosse était les habitants de Nèpres. C'était tout bonnement impossible. Mais pouvait-on encore qualifier quoique ce fut d'impossible à Nèpres ? Elle jeta un regard à l'animal. C'était pourtant le même vol de guingois. Malgré elle dansait devant ses yeux l'image du jeune griffon, blessé et ensanglanté qu'elle avait trouvé. Un jeune qui à peine le nid quitté avait du se frotter à la mauvaise personne, avait dit le rebouteux devant son patient pour le moins inhabituel. Cette chose ne pouvait pas être Danztari. Mais si elle ne l'était pas, alors ... Elle se sentit prise d'un vertige et se planta les ongles dans la main jusqu'au sang, cherchant à se reprendre au plus vite. Rourke était mort. La ville partageait le même cauchemar. Danztari était ça. Il fallait le voir en face, et envisager comment agir plutôt que de se laisser mourir.

Et surtout, il fallait faire face à celui qui se tenait devant elle. Quoique tenir soit un bien grand mot. Il flottait. Il ou elle. Ça. Ça flottait. Mais ça ne l'avait pas attaqué. Elle déglutit, ouvrit la bouche, et alors une détonation se fit entendre. Un bruit atroce vers lequel elle tourna la tête en panique par réflexe, plus blême que jamais. Un bateau se brisait contre une tour, dans les plus hauts quartiers, pierres et planches volaient, l'hystérie redoublait, les cris étaient à peine humains. Mais ça ne paniquait pas. Ça fit à peine une observation d'une voix posée, une constatation.

« Et voici le point le plus élevé. »

Elle était muette de stupeur. Sa gorge était sèche. Mais elle ne pouvait reculer. Derrière elle, l'abîme, la mort, devant elle, l'inconnu. Une survie potentielle. Elle entendait presque son père lui aboyer de se calmer et de se servir de sa cervelle. C'était ce qui faisait la différence entre les morts et les vivants.

... c'est là-haut qu'ils vont nicher, hein. dit-elle d'une voix plus étranglée qu'elle ne l'aurait voulu. Elle reprit son souffle, se râcla la gorge et demanda
T'es quoi et qu'es'tu veux.

Ça ne l'avait pas tué (pour le moment). Ça lui donnait des informations (peut-être fausses). Mais ça ne méritait pas sa confiance pour autant.



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Gardien des brèches
MAÎTRE DU JEU
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2015
Localisation : Par-delà les mondes
MAÎTRE DU JEU
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 25 Fév - 20:16

Il fallait admettre qu'il avait du mal à comprendre la question. Ce qu'il était ? N'était-ce pas évident ? Il était la créature qui lui parlait. Cette question semblait paradoxale mais peut-être était-elle simplement mal formulée ?
Il projeta son esprit et se mit à fouiller celui de la créature, sans se soucier d'une quelconque intimité. Un homme couvert de poils avec une corde autour du cou ? Rien à voir. Il voulait une signification à cette question.
Il conclut que "t'es quoi ?" équivalait à dire "quelle est ton identité ?" ce qui équivalait à dire "Explique moi ton existence de son commencement jusqu'à présent, tes sentiments, ta personnalité et les moindres détails de ta personne". En revanche "qu'es'tu veux" devait plutôt se traduire par "Pourquoi es-tu ici actuellement et dans quel but as-tu engagé une communication avec moi ?"
La réponse à cette question était trop complexe. Il était impossible de définir son identité en une phrase concise, c'était impossible, de la folie pure...

Mais elle avait posé la question et il était une créature de la vérité. Mentir le répugnait, esquiver une question était bien pire à ses yeux.
Alors il envoya à l'intérieur de la fille des images.

Le monde onirique, incompréhensible d'elle.
Les n'yrs et la facilité avec laquelle il pouvait les utiliser contre ses rivaux.
Ces mêmes rivaux qui massacrèrent le groupe de n'yr à son service.
La première fois qu'un nécromancien l'avait invoqué dans cet autre monde étrange et répugnant de mensonge.
La manière dont il avait pris le contrôle de ce nécromancien et l'avait poussé à tuer ses proches.
Puis le goût de la cervelle du nécromancien, par curiosité. Il fallait tout expérimenter, n'est-ce pas ?
Se cacher des sans-visages.
Les vingt années au service d'un dragon qui l'avait invoqué, à l'époque où ils régnaient sur ce pitoyable archipel de l'autre monde.
Ainsi il lui envoya toute son existence et toutes ses expériences.

Bien sûr il avait suffisamment d'expérience avec les formes de vie inférieures. Leur esprit était trop fragile et risquait des dommages s'ils devaient procéder toutes ces informations. Ainsi il donna à chaque souvenir une durée de vie limitée, de manière à ce qu'elle n'en retienne qu'une infime fraction.

« Vos esprits sont imparfaits. Vous ne devriez pas poser des questions aussi complexes alors que vous êtes incapables de vous souvenir de l'intégralité de vos vies. Il n'est guère étonnant que vous mentiez si souvent quand vos mémoires sont poreuses. Mais je suis tout ceci. Et il nichera probablement là-haut, il s'y dirige en tous cas. Quant à ce que je veux, je peine à voir quelle importance ce peut avoir pour vous mais soit. Je veux comprendre cette abomination. »

Le mot "abomination" était accompagné d'images de pierres sculptées et d'un sentiment d'horreur assez révélateur.

« Mais je ne comprends pas votre tristesse. Votre compagnon est devenu réel. Il est devenu vrai. N'est-ce pas une bonne chose ? »
Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 25 Fév - 22:59

Son mal de crâne devint aigu à l'en faire gémir. Des images déferlèrent, mêlées, tressées entre elles. Des créatures étranges, difformes, improbables. Des humains, des crânes ouverts, du sang. Un dragon. Incapable de savoir qui avait tué qui, qui faisait quoi. Incapable aussi de résister plus longtemps à la nausée . Un spasme la secoua, son estomac se contracta tandis qu'elle s'effondrait sur sa corniche, utilisant ses dernières forces pour s'accrocher au relief rocheux et pour vomir, principalement de la bile qui lui brûlait la gorge en se tordant. Elle reprit péniblement son souffle tandis que son nouvel ''allié'' la sermonnait.

Vos esprits sont imparfaits. Vous ne devriez pas poser des questions aussi complexes alors que vous êtes incapables de vous souvenir de l'intégralité de vos vies. Il n'est guère étonnant que vous mentiez si souvent quand vos mémoires sont poreuses.

Elle gémit d'une façon qui semblait affirmative. Il venait clairement de lui prouver pourquoi il ne fallait pas lui poser de questions. La prochaine fois, elle se contenterait de réponse ne demandant qu'un oui ou un non. Quoique son esprit, qui semblait avoir abandonné l'idée de trouver un sens à tout ça et à ce contenter de petite logique, soit plein de questions envers cet être qui semblait comprendre ce qui se passait mieux qu'elle, et qui, selon ce qu'elle avait compris des émotions la secouant, était aussi puissant qu'il n'était pas digne de confiance. Du moins était-il coopératif pour le moment. Dépassée, elle sentit qu'il ne servait à rien de mentir, et tenta de se concentrer sur ce qu'il disait tout en se relevant péniblement et en crachotant ce qu'il devait lui rester de vomi dans la bouche donc elle tira quelques mèches souillées.

 Et il nichera probablement là-haut, il s'y dirige en tous cas. Quant à ce que je veux, je peine à voir quelle importance ce peut avoir pour vous mais soit. Je veux comprendre cette abomination.

Il fut un peu plus doux cette fois, et des images de son cauchemar défilèrent devant ses yeux. Ils avaient donc plus ou moins le même objectif. Comprendre qu'est ce qui pouvait bien se passer, et, dans son cas personnel, s'en sortir.

Mais je ne comprends pas votre tristesse. Votre compagnon est devenu réel. Il est devenu vrai. N'est-ce pas une bonne chose ?

Bon, il allait falloir qu'elle formule de façon à ne surtout pas lui donner l'envie de lui donner trop de précision.

Avant d'vous répondre, j'vais vous d'mander d'vous décaler. J'flotte pas moi, et j'ai pas envie d'crever sur le pavé. Parce c'est comme ça qu'on fonctionne, nous. On aime pas trop ça, crever.

Elle se traîna donc un peu plus sur le toit et s'y affala pour reprendre son souffle, lorsqu'un serpent se décida de se lover sur sa face, ayant pour seul remerciement d'être empoigné au visage et jeté plus loin. Elle gardait un œil fixé sur la chose, avec l'air farouche d'une bête mise à terre. Il semblait drapé et caparaçonné à la fois, comme fait uniquement de tissu, de métal, et d'un masque inexpressif, qui ressemblait plus au visage d'une chouette qu'à celui d'un homme. L'humaine ne put s'empêcher de se dire qu'il ressemblait un peu, au final, à l'idée qu'elle se faisait du cadavre d'un des grands bonnets de Nèpres. Soigneusement apprêté, et étalant sa richesse même dans la mort. Elle rota une dernière fois, à moins que ce ne fut un haut-le-cœur, avant de répondre à la chose.

La bestiole, là, c'est Danztari. C'mon compagnon, mon pote si vous préférez. Et je sais pas si l'concept de pote vous est familier, mais en gros, on les laisse pas tomber si facilement. Je l'ai aidé, recueilli quand il était tout petit et blessé, et il m'a aidé aussi une ou deux fois. Donc réel ou non, ça fait pas que du bien d'le voir partir. Et je connais assez les bestioles de mes rues pour vous dire que ça, ici, c'est pas normal.
Elle respirait avec une certaine ampleur et n'aurait pas refusé quelques gorgées d'eau. Ou mieux : que son univers lui revienne, avec son griffon en prime. Pas cet espèce de monstre cornu. Elle fronça les sourcils alors qu'une idée commençait à s'éveiller dans son esprit, tel l'ivrogne après une grosse cuite. Si cette bestiole était son Danztari, sa petite bête à elle, alors quelque part en lui, il devait se souvenir d'elle un peu. Elle n'était pas vifière, mais elle connaissait sa bestiole. Après tout, il ne l'avait pas attaqué, alors que le truc avait été assez clair : ce Danztari gargantuesque n'aurait pas craché sur un bout de viande – quoiqu'en toute objectivité, s'il voulait de la bouffe, il avait effectivement intérêt à monter vers les quartiers riches et leur population adipeuse. Et pour autant qu'elle s'en souvenait, Danztari rejetait rarement une occasion de manger. Même le ventre plein.
Elle serra le poing, puis se gratta le sourcil.

Vers les hauts-quartiers vous avez dit, hein ?

Rourke l'aura baffée pour l'idée qui lui venait, mais Rourke ne vivait pas un cauchemar où toute logique était jetée à l'égout. Elle se releva, reprenant doucement ses esprits, et leva les yeux vers les quartiers huppés de la ville.
Était-elle en état pour grimper là-haut ? Probablement pas.
Les hauts quartiers devaient-ils, avec la panique environnante, être bondés de gardes ? Sans aucun doute.
Allait-elle quand même essayer ? Aussi vrai qu'elle s’appelait Caragh.

Avait-elle une forte envie de se foutre une baffe ? Aussi.



Elle regarda le paysage autour d'elle. Le nouveau look de la ville avait un aspect positif, si l'on en cherchait un. Il devenait l'environnement de rêve pour tout acrobate un peu frappé, pour tous les trompe-la-mort habitués à sauter de toit en toit. Elle s'étira, s'offrit même le luxe de s'échauffer à nouveau, commençant sa petite gymnastique, de plus en plus décidée.

Dites, une balade dans les hauts quartiers, ça vous tente ? Ne répondez que par oui ou par non. se précipita-t-elle ensuite de préciser, au cas où il veuille se lancer dans une longue explication sur ses souhaits touristiques.



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Gardien des brèches
MAÎTRE DU JEU
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2015
Localisation : Par-delà les mondes
MAÎTRE DU JEU
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Dim 26 Fév - 10:07

Réflexion intense de la créature pour arriver à une conclusion évidente. Elle allait ce mettre à la poursuite de son animal. Pourquoi ? Il fouilla son esprit pour trouver ses motivations.
Affection pour l'animal, non désir de le voir tuer un paquet d'innocents pour se nourrir... Des motivations étranges. Il était évident que le griffon n'allait pas la manger elle, quelle importance s'il en mangeait d'autres ?
Les hauts-quartiers ? Une ballade ?
« Non. J'observerai la scène de loin. Si je m'implique trop, je risque de modifier l'issue et mes observations seront caduques. »
Sur ces mots, il fit quelques pas en arrière et commença à observer la ville. Animaux paniqués, un vaisseau chargé qui s'apprêtait à quitter le port en toute hâte, une gamine, une femme sous l'effet de psychotropes, un hajhira qui n'était que partiellement ici...
Toute cette situation était très intéressante.
Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Dim 26 Fév - 10:42


Bon spectacle alors fit-elle alors en reculant pour prendre son élan. Le momentum serait son meilleur ami dans les secondes à suivre.

Ses jambes s'activèrent, son cœur gonflé d'espoir de l'adrénaline jusqu'à la dernière fibre de son être. Elle ne pouvait dominer cette situation, mais rien n'allait l'empêcher d'essayer. Elle bondit de toit en toit comme à son habitude, s'accrocha à une tour nouvellement formée pour l'escalader, se servant de chaque interstice, de chaque relief pour s'élever un peu plus haut. Les griffons commençaient à noircir le ciel, laissant entendre leurs cris dissonants. Une femme cria en voyant une horde de Nimors en panique courir entre ses jupons.
Elle se releva dans un équilibre précaire sur la tourelle et siffla son appel à Danztari, les mains en porte voix, sans grand espoir. Effectivement, se fut un échec cuisant. Elle reprit sa course, bondissant, s'accrochant aux reliefs insensés de la ville, léchée à chaque saut par les aspics.

hors rp:
 



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Lun 27 Fév - 11:19

Lia c’était réveillée en mauvais état ce jour là. Elle avait dormi au siège actuel de la guilde, dans un lit pourtant confortable mais, en ce réveillant ce matin, elle avait toujours l’impression de rêver. Elle se sentait dans les vapes, comme incapable de s’arracher aux bras de Morphée.  

Elle descendit les escaliers, accrochée à la rampe, de la nausée plein le ventre avant de s’arrêter nette, de la douleur plein le pif.
La galbuk venait de se prendre un mur en pleine poire. En soit, ça peut arriver me direz vous, hein, mais le problème était le suivant : il n’y avait pas de mur. Quoi que. Si il y en avait un mais…

Elle cligna des yeux. Elle ne parvenait pas à comprendre ce qui se passait.

><><><><><><

Bon, alors, déjà. Qu’est ce qu’elle foutait ici ? Elle était à la guilde hier. Ce matin, elle… Etait à la guilde ? Non ? Qu’est ce que c’était que ce bordel ?

Des serpents se contorsionnaient hors de terre, jaillissant doucement vers le ciel. La voute s’embrasait de sang et l’astre du jour le brûlait méchamment. Toute la ville hurlait et se démenait avec horreur dans ce paysage onirique.

Lia, bouche bée, absente, tournait sur elle-même. Les images fusaient mais elle ne les saisissait pas. Tout était trop complexe et furieux, dansant sans sens, s’en allant dans un lointain inatteignable. Elle s’accroupi, posant la main sur le sol. Elle le sentait violet sous ses doigts. Le poreux de son odeur lui emplit les narines, lui donnant un certain haut le cœur. Les vibrations vertes de l’atmosphère s’emparèrent de son crâne y installant une horreur douloureuse sans nom.

De « l’autre côté », à Pavryon elle se voyait emmenée sur une chaise. Elle alignait des paroles sans sens dans une réalité ordonnée mais qui ici semblaient terriblement réalistes.

Une ombre immense passa au dessus d’elle, couvrant jusqu’à ses perspectives. Une bête, immense sphère noirâtre venait de passer alors qu’un fracas lui tirait un sursaut. Au dessus de sa tête, une caravelle de bonne taille oscillait, en équilibre sur un bâtiment des plus hauts. L’ensemble regorgeait d’insectes noirs gigantesque à plume qui hurlaient à la mort, hurlaient à l’amour, se moquant de ce qui les entourait aussi incroyable que cela puisse paraitre.

Elle s’assit par terre et regarda ce qui semblait rester du ciel. Le bâtiment à côté d’elle lui dit bonjour et elle lui sourit, tendant sa main vers sa bouche immense… Lorsque le porche s’excusa, s’ébrouant comme un diable.

Il avait une jeune femme accrochée à une de ses gouttières et il tentait de s’en débarrasser.

Lia se leva, l’apostrophant.

-Je pense que vous devriez lâcher ! Ca devrait aller, vous n’êtes pas bien haut, ça vous évitera d’être éjectée !

Tout lui semblait terriblement étrange sans qu’elle ne parvienne à trouver ça anormal. A vrai dire, elle ne parvenait à rien. Son cerveau était comme… Lent et pataud. Elle ignorait ce qu’ils avaient mit dans son thé ce matin, mais c’était pas du sucre.
Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Lun 27 Fév - 13:13

Elle avait peut-être parlé trop vite en annonçant sa montée vers les hauts quartiers comme une promenade de santé. Bien que ses sens tentaient de s'habituer à cette nouvelle ville, cherchant à retrouver au plus vite la maîtrise de son corps et des toits, entièrement concentrée sur son environnement. Puis elle bondit sur un toit, roula, et dû faire face au fait que la chaumière se débattait. Caragh fit de son mieux pour se tenir, plantant ses appuis aussi fermement qu'elle le pouvait, mais elle dérapa jusqu'à la gouttière, à laquelle elle dut s'accrocher tandis que son corps ballait dans le vide, grognant sa rage de vivre. Elle tenta de se rétablir, mais le bâtiment se secoua de plus belle, manquant de la faire tomber plus qu'autre chose. Elle savait qu'elle n'allait pas tenir pour l'éternité les pieds battant dans le vide, surtout avec une gouttière si récalcitrante.
Il fallait déjà songer à sauter, à trouver un autre appui. Elle refit un effort pour se soulever sur le toit, arrivant à jeter la moitié de son corps sur celui-ci avant que le toit ne se penche.

Je pense que vous devriez lâcher ! Ça devrait aller, vous n’êtes pas bien haut, ça vous évitera d’être éjectée ! lui conseilla une voix féminine, qui cette fois ci ne venait pas de sa tête, mais de plus bas qu'elle. De toute façon, plus les secondes passaient, moins elle ne voyait d'autre choix.

Elle regarda brièvement vers le sol, eut une pensée pour ses chevilles prochainement broyée et profita du peu d'altitude pour se lâcher dans le vide, se rétablissant au sol avec plus ou moins de souplesse sur les pieds, et plus ou moins de grâce dans le grognement qu'elle poussa lorsqu'elle se laissa ensuite tomber sur le flanc. Elle s'ébroua en grommelant des insultes pires les unes que les autres envers le mur.

Sal'té d'mur d'bordel miteux, foutu d'pisse.

Elle se releva ensuite, se tournant pour mieux faire face à son aide : une petite femme - autant dire une galbuk - aux boucles grisonnantes et à l'air paumé et s'apprêta à la remercier vite fait lorsque le mur se décida de lui répondre, l'apostrophant en retour, la traitant pareillement de plusieurs noms d'oiseaux. Elle secoua la tête et cracha sur la porte, ne se sentant pas de perdre son temps à commencer une dispute avec un vulgaire tas de pierres. Ses chevilles ne lui faisaient pas trop mal. Elle s'en sortirait avec peut-être quelques éraflures mais aucune entorse à priori.

Elle tourna un œil vers la Galbuk. Elle ne se serait pas vantée de connaître tous les visages du coin, mais presque.

Ta tête me dit rien, t'es pas d'ici toi, non ?

Sale temps pour être à Nèpres. Elle aurait peut-être à continuer son ascension par les ruelles habituelles, ce qui était loin de lui plaire. Elle y croiserait plus facilement les gardes, et elle perdrait du temps. Quoiqu'elle n'était plus trop sur de rien.



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Dim 5 Mar - 18:34

La jeune femme et le mur s’échangèrent des politesses assez imagées. La voix du bâtiment était rauque, caverneuse, peuplée d’harmoniques inconcevables. Celle de la jeune femme paraissait atrocement normale à côté. Elle se leva alors que la galbuk regardait dans le vide, tendant la main pour accueillir un grain de poussière à qui des pattes avaient poussé.

-Ta tête me dit rien, t'es pas d'ici toi, non ?

La luthier joua un peu avec son nouveau compagnon, prenant le temps d’intégrer la question. Oui, bah, elle était galbuk, ça se voyait non !? Pour autant Pavryon était sa patrie. Ah moins que… Aaaaaaaaaaaaah ! Elle n’était pas à Pavryon. D’accord. Bon, bah alors non, elle n’était pas d’ici.

-Non. Mais d’ailleurs, je ne suis même pas ici… Et d’ailleurs, c’est quoi ici ? Oh ! Est-ce que vous sentez cette odeur de cannelle ?

L’odeur venait de lui effleurer les narines de manière dérangeante. Elle était très prenante mais restait en retrait… Ah. L’odeur se trouvait à Pavryon. Là bas, on venait de lui mettre une décoction sous le nez pour essayer de la faire réagir. D’ailleurs…

-Aïe ! Ils viennent de me baffer… Je retiens leur finesse tiens. Vous m’aideriez à me relever, j’ai un peu de mal à savoir où je suis, dit-elle en souriant.



Une fois debout, elle analysa ce qui se trouvait autours d’elle. C’était vraiment n’importe quoi. D’ailleurs, elle en fit part à ses camarades de la guilde, leur décrivant la texture de l’air, la couleur du ciel… Leur signalant que le bâtiment à côté d’elle manquait de manière.


-Où vous rendiez vous d’un pas si allègre ? Oh ! Je m’attendais à ce que vous ayez l’air moins… Normale. Vous avez l’air très humaine, presque comme une personne normale.


Elle venait de se tourner vers la jeune femme, lui souriant. Elle se serait attendu à quelque chose à l’image du reste du décor. M’enfin, c’était presque rassurant.
Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Dim 5 Mar - 20:32


Bien que son visage se crispa sur une moue tendue, Caragh ne chercha pas à questionner les allégations de la femme Galbuk. Il ne servait à rien de questionner ce qu'il se passait. Tout Nèpres semblait décidé à parler par énigmes, mais ce qu'elle retint surtout, c'est que la femme était aussi perdue qu'elle. Sinon plus. D'ailleurs, elle posait plus de questions qu'autres choses.

Est-ce que vous sentez cette odeur de cannelle ?

Elle secoua négativement la tête, la regardant d'un air assez farouche. Elle ne sentait que le goût aigre de la bile restée dans sur sa langue ainsi qu'une odeur changeante. Mais qui n'était pas de la canelle. Elle n'aurait même pas su la décrire, ni poser le moindre adjectif dessus. C'était une odeur qu'elle n'avait jamais connue, et qui ne se rapprochait en rien de ce qu'elle avait pu sentir auparavant. C'est alors que la Galbuk poussa un léger cri, se plaignant d'une baffe qu'on venait de lui mettre. Caragh se tenait à cinq pas d'elle, et il n'y avait personne plus près. Elle commençait sérieusement à se demander si elle partageait réellement le cauchemar de chaque habitant de Nèpres ou si chacun avait sa propre version des éléments. Néanmoins, elle s'approcha d'elle, la tirant par l'avant-bras pour l'aider à se relever.

C'est alors qu'elle se mit à marmonner à propos de ce qui se passait autour d'elles. Donc, elles voyaient à priori la même chose, enfin, en partie. La galbuk semblait percevoir quelque chose de plus. Pour un peu, Caragh se serait considérée chanceuse, ne devant faire face qu'à une seule folie à la fois. La Nèpresse commençait à se demander si elle ne perdait pas son temps avec elle au lieu de courir après un griffon bientôt mangeur d'hommes peut-être.

Où vous rendiez vous d’un pas si allègre ? Oh ! Je m’attendais à ce que vous ayez l’air moins… Normale. Vous avez l’air très humaine, presque comme une personne normale.
Pour la faire simple, disons que j'suis humaine, et j'suis normale. Très normale même, grogna-t-elle en se souvenant des mots du truc rencontré plus tôt. "Votre compagnon est devenu réel. Il est devenu vrai." Elle se gratta rageusement le sourcil gauche, laissant ses questions de côté, préférant s'adapter au fur et à mesure à la situation pour en tirer parti.

J'ai même un nom tiens, Caragh. Ça vous gêne si on continue cette conversation en route, j'suis pressée.

Son ton tendu et pressant tenait plus de l'ordre que de la question, elle commença même à avancer vers le haut de la ville, la foulée souple, presque au pas de course. Au dessus de leur tête passa un gros monstre noir, semblable au griffon, qui poussa un rugissement à glacer le sang. Heureusement, il semblait plus intéressé par son ascension que par les deux femmes en dessous. Caragh songea qu'elles n'auraient pas toujours autant de chance.

Au passage, on est à Nèpres. grommela-t-elle à l'intention de l'autre. 'fin 'jcrois. y a pas grand chose dont on peux être sûre aujourd'hui.


Elle s'arrêta brusquement et tira la naine avec elle dans un renfoncement en voyant devant elle un groupe de petits êtres blêmes, mais armés. Non pas des galbuks. Trop maigre pour être un galbuk. Ils échangeaient entre eux dans une langue inconnue. Caragh n'était pas trop pour la discrimination, mais elle préférait se méfier, surtout si ceux-ci semblaient chercher quelque chose avec une certaine frénésie. Elle fit signe à la Galbuk de se la fermer. Autrement, elle aurait peu de scrupules à se tirer en la plantant là.



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Lia Chante-Clair
Vous voilà prêt à rejoindre une guilde !
Guilde : Amicale Antropologiste Inter-Ethnique
Messages : 106
Date d'inscription : 09/06/2016
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 15 Avr - 10:31

Lia se sentait trimballée d’un peu partout. Elle se sentait résolument seule, perdue dans un entre deux où chacune des partie ne pouvait pas la comprendre. Du côté de Pavryon, tous la pensaient folle et l’on commençait à signaler d’autres cas semblables. Du côté de.. Nèpres ? On la pensait tout aussi folle. Autant dire que vu la tronche du décor ça tenait tout de même du comble mais Caragh semblait se méfier d’elle.

La galbuk divaguait entre les deux villes quand soudainement elle fut tirée dans un coin par la jeune femme de Nèpres. A pavryon, on lui hurlait dessus d’être plus précise. Elle se recroquevilla en ce bouchant les oreilles alors qu’à côté d’elles passaient une troupe armée composée d’espèces de galbuks translucides un peu ignoble. Elle ne fit pas vraiment attention à eux, se concentrant sur sa respiration avant de se retourner vers un de ses collègues de musicologie et de lui hurler dessus.

-Je ne suis ni sourde ni débile, je suis juste à deux endroits en même temps espèce d’imbécile et si vous continuez à me hurler dessus ça ne va pas le faire ! Alors soyez gentil et fermez la !


Puis elle soupira alors que l’entièreté de la troupe armé se tournait vers elle et son ‘’amie’’. Mais à dire vrai, elle était trop dans les vapes pour s’en rendre comptes.


Voir le profil de l'utilisateur

Caragh Spurv'ach
Inventaire : Un griffon nommé Danztari
Deux poignards
Quelques vêtements
Des clefs et des rossignols
Une carte de l'archipel
Quelques écales
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2017
Age : 18
Localisation : Nèpres, ne peut rp qu'à Nèpres
avatar

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   Sam 15 Avr - 15:34

Hrp:
 

Caragh blêmit en entendant la galbuk gueuler, son premier réflexe fut de lui plaquer aussi fermement qu'elle le pouvait la main sur la bouche, l'étranglant presque pour la faire taire. Trop tard. La bande armée s'était tournée vers elles et avançaient d'un pas vif vers elles. Paniquée, elle planta les ongles dans le bras de la femme et la traîna derrière elle alors qu'elle reprenait sa course, poursuivie par la meute de Kleroth.

Devrait-elle la lâcher et la laisser aux bestioles ?



Fiche | Questions | Demande de rp


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé   


 
[LIBRE MdJ oui] Cauchemar éveillé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thoronir :: Intrigue : la cité hallucinée :: Nèpres-
Sauter vers: